Lyon 1-1 FC Barcelone : La machine n'y arrive plus

Discussion dans 'Uefa competitions' créé par simo160, 2 Mars 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]
    Face des Lyonnais conquérants mais limités, le Barça a souffert en balbutiant son football. Le doute semble s'être installé dans la belle machine, mais le retour au Camp Nou s'annonce plutot bien avec ce match nul 1-1.

    Les faits et le jeu
    Privé d’Iniesta et d’Abidal, le onze de départ du Barça était modifié avec la titularisation de Busquets au milieu (préféré à Keita et Gudjohnsen) et de Piqué dans l’axe de la défense, faisant glisser Puyol au poste de latéral gauche. De son côté Lyon alignait une équipe classique mais musclée avec pour ambition d’aller chercher le Barça dans le combat physique du milieu de terrain.

    Le tout début de match était à l’avantage des Blaugrana. Ainsi Xavi était tout proche de trouver Thierry Henry dans le dos de la défense (3’), puis c’était au tour de Marquez d’alerter Samuel Eto’o toujours dans la profondeur (4’). Ces deux alertes réveillaient quelque peu des Lyonnais jusque là attentistes.

    De fait la réaction lyonnaise était immédiate. A la suite d’un coup franc très excentré assez bêtement concédé, Juninho imitait Cristiano Ronaldo, avec une frappe flottante en lucarne (1-0, 7’). Victor Valdes, trop avancé et ayant anticipé le centre, montrait une nouvelle fois ses difficultés à lire les ballons aériens. Un an après avoir encaissé un coup franc de Juninho, Valdes remettait ça. Et le Barça n’avait vraiment pas de besoin de cela ce soir…

    Menés, les Catalans, se mettaient dès lors à complètement déjouer en perdant toute maîtrise au milieu de terrain et en offrant le visage d’un bloc équipe déséquilibré et désarticulé. Lyon, galvanisé par son ouverture du score surprise, dominait clairement les débats en imposant sa puissance au milieu et en remportant la plupart des duels. En apesanteur, la défense du Barça était toute proche d’exploser une poignée de secondes après l’ouverture du score lyonnaise. Marquez trop court laissait Benzema partir dans son dos après une belle ouverture de Makoun. Mais le numéro 10 lyonnais manquait complètement son duel (8’). Asphyxiés dans la transmission défense milieu, les Blaugrana se faisaient à nouveau peur avec une frappe de Makoun (13’), mais réussissaient quand même à sortir la tête de l’eau sur une action magique de Xavi qui trouvait Eto’o, lequel se jouait de Cris pour venir tromper Lloris. Mais le poteau venait sauver Lyon (15’).

    Après un premier quart d’heure haletant, le rythme diminuait. Mais Lyon continuait d’être dangereux et c’était au tour de Benzema de toucher du bois d’une frappe enroulée à la suite d’une grossière perte de balle de Touré (28’). Le jeune attaquant lyonnais était ensuite un peu trop gourmand et exploitait mal une belle situation de contre (36’)

    La fin de la première mi-temps était équilibrée avec un Olympique Lyonnais impérial en défense et contenant parfaitement le trident barcelonais. Mais de tels efforts dans le pressing et le replacement ne pouvaient qu’entamer leur potentiel physique et se payer comme on le verra en seconde mi-temps… La tâche lyonnaise était par ailleurs favorisée par les performances transparentes de Messi et Alves, ainsi que par les limites montrées par Busquets à ce niveau pour ajuster le dernier geste. En l’absence d’Iniesta, Xavi se retrouvait bien seul dans la construction. Le banc blaugrana continue donc de montrer toutes ses limites. Inquiétant quand on sait que ce sont des jokers comme Larsson ou Iniesta qui avaient permis aux Catalans de triompher en 2006. Néanmoins il faut noter que Busquets fut l’auteur de la deuxième meilleure occasion barcelonaise avec une tête de peu au dessus à la 40ème minute.

    Un à zéro à la pause, bilan forcement négatif, mais en même temps on ne pouvait s’empêcher d’avoir le sentiment que la casse venait d’être limitée. En effet on peut légitimement estimer qu’une équipe plus armée offensivement que Lyon aurait plié les débats dès ces quarante-cinq premières minutes étant données les immenses lacunes montrées par les blaugrana.

    Le second acte démarrait avec un Barça un peu plus dominateur, mais incapable de s’approcher des cages de Lloris si ce n’est sur un coup franc dévié tiré par Alves (57’). Un peu maigre… Positionné plus bas qu’en première mi-temps, les Lyonnais n’offraient aucun espace aux joueurs offensifs barcelonais dont le manque d’inspiration était par ailleurs criant. Le match s’engluait donc dans une sorte de tambouille déplaisante avec un rythme déclinant et une multiplication des fautes.

    Incapable de faire la différence dans le jeu, malgré le déclin physique prononcé des Lyonnais, le Barça ne pouvait plus s’en remettre qu’à un coup de génie ou à un coup de pied arrêté. C’est ainsi une percée solitaire de Messi, soudain sorti de sa léthargie, qui allait offrir un premier corner. Exécuté par l’Argentin, le coup de coin finissait sa course sur la tête de Piqué mais Lloris faisait encore des miracles et sortait le cuir d’une parade réflexe spectaculaire (67’). Deuxième corner pour le Barça mais celui-ci était le bon puisque Henry venait égaliser d’une tête plongeante en reprenant le ballon dévié astucieusement au premier poteau par Marquez (1-1, 68’).

    Avec cette égalisation, le vent commença à tourner. Mais Lyon, visiblement très fatigué, arrivait à tenir face à un Barça requinqué mais pas franchement flamboyant, c’est le moins qu’on puisse dire. Privé de véritables alternatives sur le banc de touche, Guardiola se contentait de faire entrer Keita à la place de Busquets (77’). Si le canterano avait été très décevant, il ne fallait pas pour autant attendre de miracle de la part du Malien…

    De fait la fin de match était finalement assez calme, le Barça comme Lyon semblant finalement se contenter du nul.

    Au final, c’est donc un match nul 1-1 que le Barça ramène du Rhône, ce qui met les Catalans en position de force pour le match retour au Camp Nou. Lyon auquel certains prédisaient le pire a certes réussi un bon match en obtenant un nul honnête et en conservant ainsi toutes ses chances de se qualifier. Néanmoins on ne peut s’empêcher de penser que les Lyonnais ont raté le coche en première mi-temps. On a bien du mal à imaginer un Barça aussi emprunté dans quinze jours sur sa pelouse lors du match retour avec qui plus est le retour d’Iniesta. A moins que les doutes levés lors des derniers matches face au Betis et l’Espanyol, et confirmés ce soir à Gerland ne se dissipent pas.

    Le Barça est à un moment charnière de sa saison avec le Real dans le rétroviseur en Liga. Gagner à Madrid contre l’Atletico ce week-end ferait beaucoup beaucoup beaucoup de bien…

    Les joueurs
    Valdes : 3,5
    Il est clairement responsable sur le premier but en analysant très mal la trajectoire du coup franc de Juninho et en anticipant le centre. Néanmoins il ne faudrait pas occulter que le Brésilien a mis un petit bijou de ballon flottant...
    Le reste de son match fut plus satisfaisant sans être très brillant avec pas mal d’hésitations dans les prises de balle.

    Alves : 4
    Un de ses plus mauvais matches de la saison. S’il n’a pas été trop en difficulté défensivement face à Grosso et Ederson, son apport offensif d’ordinaire si important a été quasi insignifiant.

    Marquez : 6
    Malgré un début de match difficile où il manque une interception qui offre une balle de but pour Benzema, le Mexicain a été essentiel en défense pour tenir la baraque quand la navire tanguait dangereusement. Quelques interventions autoritaires et une grande présence dans les airs.

    Piqué : 4,5
    Plus en difficulté que Marquez et trop souvent à la limite.

    Puyol : 5
    Une première mi-temps inquiétante avec un positionnement incertain et une absence totale de participation au jeu. Plus présent en deuxième mi-temps notamment dans les duels. Il a manqué dans l'axe.

    Touré : 4,5
    Très en difficulté en première mi-temps face au défi physique de Lyon. Obligé de jouer les pompiers un peu partout sur le terrain pour combler les vides béants laissé par la désorganisation du bloc défensif catalan, il s’est dispersé. Mieux en deuxième mi-temps. Son match restera marqué par deux pertes de balle dans la zone de relance qui ont amené deux occasions très dangereuses (notamment un poteau).

    Busquets : 3,5
    Grosse déception. On espérait que le canterano aurait les épaules assez larges pour reléguer Keita au rayon des vieilleries hors d’usage. Cela n’a pas été le cas, et le Malien n’avait pas à rougir sur le banc de touche. Imprécis techniquement, dominé dans les duels, lent, mal placé, son volume de jeu a été très insuffisant. Iniesta a beaucoup manqué pour relayer Xavi dans la construction et la conservation.
    Remplacé par Keita qui n’a pas daigné apporter davantage. Signe de politesse sans doute.

    Xavi : 6
    L’un des rares à surnager au milieu et à afficher un peu de maitrise. Bien qu’en difficulté dans la récupération et le repli défensif, il a toujours gardé la tête froide une fois le ballon dans le pied avec à la clé les plus belles actions catalanes.

    Messi : 3,5
    Inexistant et apathique. Que ce soit sur le côté ou dans l’axe, il n’a jamais pesé et a plus protesté contre l’arbitre que couru.

    Eto’o : 5,5
    Un poteau en première mi-temps, il a beaucoup bougé sur le front de l’attaque sans beaucoup de réussite. Trop de densité adverse, un jeu collectif catalan trop brouillon, donc difficile de briller. Exilé à droite en second période, il n’a pas ménagé ses efforts.

    Henry : 5,5
    Difficile de retenir autre chose que son but. Décisif donc et c’est essentiel pour un attaquant. Match assez inconsistant néanmoins.


    Fiche techniqueOlympique Lyonnais : Lloris ; Mensah, Cris, Boumsong, Grosso ; Juninho (Kalstrom, min. 78), Toulalan, Makoun ; Ederson (Delgado, min. 64), Keita (Pjanic, min. 87) ; Benzema.

    FC Barcelone : Valdés ; Alves, Piqué, Márquez, Puyol ; Xavi, Touré, Busquets (Keita, min. 76) ; Messi, Eto'o, Henry.


    Buts : 1-0, min.6: Juninho. 1-1, min.67: Henry.

    Arbitre : Wolfgang Stark (ALL).
    Avertissements : Toulalan (min.23), Grosso (min. 33), Alves (min. 33), Puyol (min. 60), Busquets (min. 62).


    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page