Mamoun Bouhadhoud, ministre interdit de parole !

Discussion dans 'Info du bled' créé par bella999, 25 Novembre 2013.

  1. bella999

    bella999 Accro

    J'aime reçus:
    458
    Points:
    63
    [​IMG]
    Mamoun Bouhadhoud, ministre interdit de parole !
    Mamoun Bouhadhoud, 30 ans, ministre chargé des petites entreprises et de l’intégration du secteur informel dans la version II du gouvernement Benkirane, serait interdit de parole. Le ministre parachuté, timide et discret ne parle que trop peu, tout simplement parce qu’il n’aurait rien à dire. Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane l’aurait tout simplement interdit de parole pour éviter tout problème ou commentaire désobligeant émanant de ses adversaires. A chaque fois que Mamoun Bouhadhoud doit prendre la parole, que ce soit au conseil du gouvernement, devant l’opinion publique ou les députés, Benkirane le remplace toujours par un de ses ministres. Même son patron directe, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce évite d’envoyer en mission son ministre délégué, de peur d’être mal représenté. Mais ce qui embarrasserait encore plus Mezouar et Benkirane, estime rapporte Akhbar Al Yaoum, serait le fait que le décret déterminant les responsabilités du jeune ministre, n’ait pas encore été promulgué et ne le sera peut-être jamais. Tout ce qui est demandé à Bouhadhoud aujourd’hui, est d’"apprendre les principes du métier et de se taire". Inconnu du bataillon, Mamoun Bouhadhoud parachuté à la dernière minute, ne s’est jamais présenté à des élections, ou participé à une campane électorale du Parti du Rassemblement National des Indépendants (RNI), dont il porte pourtant les couleurs. Sa nomination à ce poste, il la doit à son oncle Mohamed Bouhadhoud, trésorier et l’un des piliers du RNI dans la région du Souss, qui voulait à l’origine placer sa fille Amina Bouhadhoud, députée du RNI dans la version II du gouvernement Benkirane, mais comme elle n’avait pas le niveau académique requis, Salahdine Mezouar aurait décliné la proposition, pour ne pas s’attirer les foudres de ses adversaires politiques, écrit Akhbar Al Yaoum.


    A l’origine, une rivalité familiale

    A l’origine de cette nomination, c’est une rivalité historique entre deux des plus grandes familles du Souss. La première est la famille Kayouh, affiliée au Parti de l’Istiqlal, dont le fils Abdessamad a occupé le poste de ministre de l’Artisanat dans la première version du gouvernement Benkirane. Cette rivalité politique d’apparence, est économique en réalité, mais aussi tribale, puisque les familles Bouhadhoud et Kayouh, sont toutes deux dans le domaine agricole dans le Souss, où elles sont parmi les plus gros propriétaires terriens de cette région. Mamoun Bouhadhoud aurait été placé à la dernière minute au Conseil national du RNI, dont il n’a jamais fait partie, avant d’être parachuté dans la version II du gouvernement Benkirane, pour s’y initier à l’exercice du pouvoir. En quelque sorte le jeune homme est en "stage de formation", plaisantent plusieurs observateurs. Officiellement, "le ministre en herbe" a décroché son diplôme de l’Ecole polytechnique de Paris en 2007, et de l’Ecole Nationale supérieure des Mines en 2008, en France, avant d’intégrer Morgan-Stanley, à Londres, où il a occupé le poste de responsable de l’équipe trading. Son père pharmacien et riche agriculteur à Agadir, est aussi membre du Conseil d’administration des Domaines royaux. Mamoun s’est marié en 2012 avec la fille de Saâd Hassar, ex secrétaire d’État à l’Intérieur dans le gouvernement Abbas El Fassi.

    -Mamoun Bouhadhoud, ministre interdit de parole ! | Africatime
     
    the dreamer aime ça.
  2. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Un ministre qui doit aprendre à reflichir avant de parler, reste à lui determiner les étapes à suivre avant d'agir et là c'est une autre histoire: pauvre patrie comment fais tu pour tenir debout?
     
    the dreamer, bella999 et RedEye aiment ça.
  3. the dreamer

    the dreamer M3

    J'aime reçus:
    1717
    Points:
    113
    [24h] wllah ila zwina hadi tani! Wazir-stagiaire ..llah ychoof mn 7alna!
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Quoi que l'on dise sur ce jeune homme, avoir un "diplôme de l’École polytechnique de Paris en 2007, et de l’École Nationale supérieure des Mines en 2008, en France, avant d’intégrer Morgan-Stanley, à Londres, où il a occupé le poste de responsable de l’équipe trading", excusez-moi, il faut le faire. Chapeau !
    Le cerveau est là, il lui manque - peut-être - juste de l'expérience ; et toute expérience n'est acquise qu'après avoir maîtrisé le terrain.
     
    Dernière édition: 26 Novembre 2013
    Meelo, bella999 et the dreamer aiment ça.
  5. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    si seulement il s'était éloigné de la politique
     
    Meelo, bella999 et titegazelle aiment ça.
  6. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Oui, la politique est un monde pourri :p
     
    RedEye aime ça.
  7. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Ces formations et ce mini parcours ne le servent pas du tout, l'apareil politique à besoin de la maturité et de l'experience en amant et non des stagiaires parachutés!!:
    Combien d'autodidactes ont fait le bonheur des grandes nations, il aurait mieux fait de postuler à l' OCP.
     
    bella999 aime ça.
  8. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Ah bon ! Parce que chaque ministre nommé a déjà de l'expérience ?
    Il me semble qu'un ministre ou tout autre haut fonctionnaire ne "travaille" jamais seul.
    Sauf erreur de ma part, il a autour de lui toute une équipe "déjà expérimentée":p dans un domaine donné pour compléter ce en quoi il a été ministrable....
    Quant à la maturité, ce n'est pas une question d'âge.
     
    Dernière édition: 27 Novembre 2013
  9. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Imaginons un instant un cadre, une secrétaire ou un simple employé qui doit compter sur quelqu'un d'autre ou un conseiller, certes le partage des tâches et bénéfique pour la personne, mais une tumeur pour la société et l'état , et comment dans ces cas parler de compétences afin de concrétiser des objectifs et satisfaire les attentes des citoyens?

    Ce genre de comportement ne peuvent que développer un paysage pseudo politique, puisque l'accession et sans régles ni éthique sans parler de convictions et responsabilités, et comme par hasard certains diplômés ou pas sont parachutés par une porte inconnue du grand public , non pas pour servir l'état mais juste pour affirmer une certaines notoriété!!

    Et là comme par magie (dora l'exploratrice) on trouve notre représentant sous les projecteurs tel un grand et bien sûr sans l'aide de personne!!! n'hésitant pas à venter le mérite, l'équité et d'égalité des chances ! ! ce manège est comparable à des séries de la télé-réalité ou l'objectif est la parade , le paraître , le prestige (richesse gloire pouvoir)..

    Et que dire d'une majorité silencieuse qui galère pour trouver ne serait ce qu'un emploi, elle qui ne trouve jamais un conseiller juste pour l'orienter, pourtant diplômée et talentueuse le seule reproche est la pauvreté et le manque de sésame pour déverrouiller les portes politique!!

    Sur le fond je suis contre la mise à l’écart de la part de son supérieur, j’espère que les médias arriveront à le coincer tout seul loin de la sphère politique afin qu'il se lâche tout en se donnant au spectacle de l'obscurantisme et l'illusion politique...
     
    bella999 aime ça.

Partager cette page