Marche de l’UGTM contre le gouvernement

Discussion dans 'Info du bled' créé par titegazelle, 18 Février 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    [​IMG]


    Le syndicat istiqlalien fait cavalier seul et appelle à une marche nationale de protestation, dimanche 23 février 2014 à Rabat.

    lors que trois grandes centrales syndicales, à savoir l’UMT, la CDT et la FDT, ont déposé à la primature, jeudi 13 février 2014, un mémorandum commun, l’UGTM, proche du Parti de l’Istiqlal, lui, a opté pour une autre démarche, celle de descendre dans les rues de Rabat pour une marche nationale de protestation. Une marche programmée pour ce dimanche 23 février sous le signe pour le respect de la dignité des citoyens.


    Pour le président du conseil général. De l’UGTM, Mohamed Kafi Cherrat, la «marche du 23 février est un message clair au gouvernement. Nous lui disons que la classe ouvrière ne laissera pas passer des décisions impopulaires dont les répercussions sur le pouvoir d’achat des citoyens sont néfastes. C’est le cas pour la libéralisation des prix du carburant et la hausse décidée lundi du prix du gazoil en est la parfaite illustration. Pour faire court, je vous dis que nous sommes contre la réforme unilatérale du système de la compensation et du régime de retraite… », déclare-t-il à menara.ma.

    N’y a-t-il pas moyen de lancer des négociations avant de recourir à la grève et aux marches de protestation ? A cette question, M. Kafi Cherrat relève que depuis des mois, pour ne pas dire depuis son arrivée, «ce gouvernement a fermé la porte aux négociations. Les sessions du dialogue social qui étaient devenues des rendez vous incontournables sous les précédents gouvernements ont été purement et simplement annulées… Le gouvernement prend des décisions unilatérales et cela porte atteinte à la paix sociale.»

    Paix sociale

    Comme à l’accoutumée, la décision de l’UGTM a l’appui du parti de l’Istiqlal, dont le comité central réuni le weekend dernier a appelé les membres du parti et ses sympathisants à prendre part massivement à cette marche. La direction du parti, avec à sa tête, Hamid Chabat, ancien secrétaire général de l’UGTM, a «renouvelé la cohésion et l’unité des istiqlaliens aux côtés du mouvement syndical face à toutes les attaques visant les couches populaires et la stabilité du pays, tout en faisant leur l’ensemble les revendications de l’UGTM relatives à la situation matérielle de la classe laborieuse, à la protection des libertés syndicales et à la garantie de la stabilité et de la paix sociale.»

    On attendra certainement comment va se dérouler cette marche du 23 février à Rabat, mais des questions restent posées. Pourquoi les trois autres centrales syndicales (UMT, CDT et FDT) n’ont pas jugé utile d’associer l’UGTM à leur mémorandum et vont-elles cautionner d’une manière ou d’une autre la marche de Rabat ?



    Menara.ma / 18.02.2014 : 17h05
    Marche de l’UGTM contre le gouvernement | Portail Menara.ma
     

Partager cette page