Maroc: 15 corps découverts seraient liés aux manifestations de 1984 à Nador

Discussion dans 'Scooooop' créé par alexander, 2 Mai 2008.

  1. alexander

    alexander Weld Azrou Membre du personnel

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    Quinze corps ont été découverts au Maroc dans une caserne de Nador (nord-est) et des "indices forts" conduisent à une éventuelle relation avec les manifestations de janvier 1984 dans cette ville, a indiqué mercredi le Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH, public).

    Mardi, l'agence marocaine Map avait fait état de 12 corps découverts.

    Dans un communiqué parvenu à l'AFP, le CCDH affirme avoir constaté mardi à Nador, en présence d'un procureur, les restes de 15 corps dans une caserne de la Protection civile, organisme dépendant du ministère de l'Intérieur.

    Les corps ont été retrouvés au cours de travaux dans la caserne.

    "Des indices forts conduisent à une éventuelle relation de ces cas avec les événements de 1984", a indiqué le CCDH, ajoutant que les corps ont été transférés à la morgue et une équipe médicale s'est chargée d'en vérifier l'identité.

    Le 19 janvier 1984, des manifestations d'étudiants, rejoints par d'autres couches pauvres de la ville, avaient éclaté à Nador sur fond de tension sociale due à la hausse des prix. Sous le règne du roi Hassan II, les autorités avaient riposté par une vaste campagne de répression, en utilisant des armes à feu.

    Le CCDH affirme que "les événements douloureux que Nador a connus en 1984 avaient déjà fait l'objet d'investigations de l'Instance équité et réconciliation (IER)", une commission de vérité marocaine chargée d'enquêter sur les graves atteintes aux droits de l'Homme de 1960 à 1999.

    "L'IER avait limité le nombre des décès dans ces événements à 16 cas", rappelle le CCDH, ajoutant que les résultats des investigations en cours, sur les 15 corps retrouvés, seront communiqués aux familles des victimes.


    Le CCDH est chargé de l'application des recommandations de la comission de vérité dont le mandat s'est achevé en novembre 2005 après avoir rendu son rapport au roi Mohammed VI.

    La commission de vérité avait instruit 16.000 dossiers de victimes de l'ancien régime et avait recommandé notamment de faire la lumière sur les cas de disparition non encore élucidés.


    source http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35270052@7-60,0.html
     

Partager cette page