Maroc: 500.000 spectateurs à Essaouira

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 28 Juin 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Pendant quatre jours, Essaouira est redevenue une immense scène dédiée à la musique gnaoua et aux musiques du monde. La fête, présente à tous les coins de rue, avait réuni, dans un même élan, 500.000 personnes. Un chiffre qui confirme, d'année en année, l'engouement des Marocains et des étrangers (les organisateurs avancent le chiffre de 15.000 touristes) pour une manifestation d'une telle envergure.

    La soirée de clôture du dimanche 25 juin avait drainé un public nombreux venu admirer les prouesses du jeune Casablancais Barry qui a électrisé l'atmosphère en fusionnant les musiques reggae, gnaoua, chaâbi et latino. La place Bab Marrakech arrivait, alors, à peine à contenir tout ce beau monde qui s'était amassé pour chanter en choeur avec Rachid Taha. Dansant sur le rythme de ses nouvelles chansons, comme "Ya rayeh", "Abdelkader", le public n'arrivait pas à laisser partir le chanteur franco-algérien, ni à se quitter. L'émotion était perceptible. Les mélanges de rock, raï, punk, reggae, chers au coeur de Rachid Taha faisaient le bonheur des festivaliers qui avaient vécu de merveilleux moments tout au long d'un festival magique.

    Dans les dix sites réservés aux quelque 300 artistes, venus du Maroc et de l'étranger, les festivaliers n'avaient que l'embarras du choix. Ils pouvaient à loisir se laisser transporter par la magie et la transe distillée à flot par les Maâlems gnaouis, comme Mahmoud Guinea, Mustapha Bakbou, Abdeslam Alikane, Hamid Kasri ou encore goûter à des morceaux choisis des guitaristes, de saxophonistes et de pianistes de renom. Les festivaliers garderont, ainsi, un souvenir ébloui des prestations de Pat Metheny, de Scott Kinsey ou encore de Correy Harris, etc. Chacun des musiciens étrangers présents à Essaouira a donné la pleine mesure à cette fête qui se veut universelle et cosmopolite.

    Un air africain n'a pas manqué de souffler à Essaouira, emplissant de ses percussions, de ses tintamarres et de ses airs entraînants et envoûtants la Cité des alizés. La programmation, toujours aussi éclectique et d'une qualité exceptionnelle, contribue d'année en année, à asseoir la réputation d'une manifestation qui ne cesse de véhiculer les valeurs de fraternité, de tolérance et d'ouverture sur l'Autre. La préservation du patrimoine musical gnaoua demeure aussi une priorité.

    Avec la dixième édition, programmée en juin 2007, le Festival Gnaoua d'Essaouira entame une nouvelle étape dans son développement. Il devra, comme nous l'a déclaré sa directrice générale, Naïla Tazi, initier des résidences d'artistes à Essaouira. Celles-ci devraient accueillir quatre musiciens étrangers qui seraient appelés à travailler avec des maâlems gnaoua. Une autre façon de tisser de précieux liens entre des créateurs d'ici et d'ailleurs.

    Source - AllAfrica.Com

     

Partager cette page