Maroc-Banque Islamique de Développement

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 24 Novembre 2010.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Maroc-Banque Islamique de Développement
    Plus de 51 millions de dollars pour l'électrification rurale



    Le Maroc et la Banque islamique de développement (BID) ont signé, mardi 23 novembre à Rabat, plusieurs conventions relatives au financement de la dernière tranche du programme d'électrification rurale.
    Portant sur un montant global de 51,7 millions de dollars (environ 410 millions de DH), ces conventions permettront de parachever ce programme visant à généraliser l'accès à l'électricité en milieu rural.







    Le ministre de l'Economie et des finances, Salaheddine Mezouar, a mis l'accent à cette occasion sur la contribution de la BID aux différents projets de développement socioéconomique initiés par le Royaume. Dans une allocution prononcée lors de la cérémonie de signature, le responsable gouvernemental a mis en avant le montant du financement octroyé par cette banque au Maroc en 2010.

    « Le partenariat entre cette institution financière et notre pays a réalisé un saut qualitatif en 2010 dans la mesure où les financements de la BID ont dépassé 740 millions de dollars ».
    M. Mezouar a insisté par ailleurs sur l'appui financier de la BID depuis sa création en 1975.


    «La Banque islamique de développement joue un rôle de premier ordre dans l'accompagnement des chantiers ouverts au Maroc. Depuis 1975 et jusqu'à janvier 2010, le total de ses financements s'élève à 3,8 milliards de dollars, soit quelque 31 milliards de DH, ce qui démontre clairement l'importance de l'appui de cette banque qui constitue un partenaire stratégique pour nous », a-t-il affirmé, se disant convaincu « que les prochaines années permettront de fructifier davantage les relations entres le Royaume et la BID».

    Pour sa part, le président de la Banque islamique de développement, Ahmed Mohamed Ali, n'a pas manqué de rappeler l'excellence des relations de partenariat liant les deux parties, précisant que le Maroc a pu « relever avec succès le pari de l'électrification rurale » et que son expérience en la matière est considérée comme une référence.

    «Nous sommes particulièrement fiers de notre coopération avec l'Office national d'électricité avec lequel nous venons de signer une convention relative à la réalisation d'un projet d'électrification rurale au Sénégal».

    «C'est un premier pas. Nous aimerions voir le Maroc jouer un rôle accru dans le développement des pays africains membres de la BID ».
    A cet égard, M. Mohamed Ali a indiqué qu'il comptait sur le Maroc pour dynamiser la solidarité entre les pays membres de la BID à travers le transfert de son savoir-faire et de son expertise.

    Amina Benkhadra, ministre de l'Energie et des mines, a réitéré de son côté l'engagement du Royaume à coopérer avec le Banque islamique de développement, notamment dans le domaine de la coopération Sud-Sud.
    Elle a souligné également que l'appui de la BID avait permis au Maroc d'atteindre les objectifs tracés en matière de généralisation d'accès à l'eau potable et à l'électricité dans le milieu rural.

    Connexion électrique

    Le directeur général de l'ONE, Ali Fassi Fihri, a souligné que le Maroc et la BID joueront un rôle crucial dans le projet de connexion de la Mauritanie et du Sénégal avec le réseau qui relie déjà le Maroc, la Tunisie, l'Algérie et l'Europe. A noter que l'ONE s'est positionné comme acteur important sur le marché de l'électricité en Afrique, et ce grâce d'une part aux interconnexions dont il dispose avec les pays voisins, qui jouent leur rôle dans la stabilisation et l'équilibre des réseaux tant maghrébins qu'européens et, d'autre part, au savoir-faire qu'il a cumulé à travers ses expériences de planification, d'exploitation, de maintenance et d'électrification rurale.
    Son savoir-faire, fruit de plus de quarante-cinq ans d'expérience, lui a permis de gagner la confiance de ses partenaires au Maroc et de nombre d'entreprises étrangères d'électricité.



    Source : lien
     

Partager cette page