Maroc : débattre du pouvoir sur le web

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 19 Avril 2011.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    Un site à succès fondé au Maroc après un récent discours du roi annonçant d'importants changements politiques permet à des milliers de personnes de s'exprimer librement sur chaque article de la Constitution, y compris les plus sensibles, et de faire des propositions de réforme.

    "On est partis de l'idée suivante: avant de réformer une Constitution, le meilleur moyen est de la lire et de la commenter librement article par article", a déclaré ce mardi Tarik Nesh-Nash, 31 ans, co-fondateur de 'reforme.ma'.

    "Le site compte aujourd'hui plus de 100.000 visiteurs, un succès qui dépasse nos prévisions et traduit l'envie des Marocains de s'exprimer librement sur tous les sujets politiques, y compris les plus sensibles", ajoute M. Nesh-Nash.
    Dans un discours tenu le 9 mars, le roi Mohammed VI a annoncé d'importants changements politiques visant notamment à renforcer l'indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs, et mis en place, le lendemain, une commission pour la réforme de la Constitution.

    C'est après ce discours que M. Nesh-Nash et Mehdi Slaoui Andaloussi, deux ingénieurs en informatique, ont décidé de lancer à Tanger le site +reforme.ma+.
    "Le principe est simple: l'internaute a la possibilité d'émettre le commentaire qu'il veut sur l'article de la Constitution qu'il veut, et faire les propositions qu'il veut", explique M. Nesh-Nash.

    L'article 19 de la Constitution, relatif au statut de commandeur des croyants du roi, est l'un des plus visités avec près de 10.000 commentaires.
    Les avis sur cet article sensible de la Constitution, qui fait l'objet d'importants débats parmi la classe politique marocaine, sont très partagés sur le site +reforme.ma+: 5013 y sont favorables contre 4090 d'opinions défavorables.
    "Personnellement je pense que le fait que le roi soit le symbole (...) de notre religion c'est acceptable. Le problème réside dont la façon avec laquelle on l'interprète", écrit une internaute sur le chapitre consacré à l'article 19.


    "Pour ce, je propose qu'on limite ses tâches, mais pas jusqu'à ne plus en avoir. Je pense qu'il devrait plus être un arbitre plutôt qu'un décideur !!", poursuit-elle.

    Vendredi, M. Nesh-Nash a été contacté par les responsables de la commission pour la réforme de la Constitution, qui doit rendre ses conclusions au roi le 16 juin.
    Le Mouvement de jeunes du 20 février, qui revendique des changements politiques profonds au Maroc, a appelé récemment, pour la 3ème fois sur le réseau social Facebook, à de nouvelles manifestations le dimanche 24 avril.


    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...0410-maroc-debattre-du-pouvoir-sur-le-web.php
     

Partager cette page