Maroc et Tunisie ne craignent plus la fin des quotas chinois

Discussion dans 'Info du bled' créé par kochlok03, 12 Novembre 2007.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Cette année encore, la Chine était très présente à Fatex, Salon international de la sous-traitance d'habillement, qui se tient à Villepinte (Seine-Saint-Denis) du 6 au 8 novembre. Le pays constitue un peu plus de la moitié des 327 exposants. L'empire du Milieu confirme ainsi sa domination dans le marché du textile malgré la réintroduction des quotas, instaurés le 10 juin 2005, par l'Union européenne (UE), pour limiter ses importations.

    Le démantèlement de ces contingents, qui portent sur dix articles précis (pantalons, tee-shirts...), est prévu pour le 1er janvier 2008. Et l'idée que le textile chinois puisse de nouveau déferler sur l'UE n'inquiète plus le Maroc et la Tunisie, concernés par la sous-traitance.

    Pourtant, lors de la première levée des quotas effectuée en janvier 2005, les deux Etats du Maghreb avaient perdu de nombreuses parts de marchés. Les donneurs d'ordre n'avaient, à l'époque, pas hésité à quitter leurs fournisseurs naturels pour l'Asie où le coût du travail était trois fois moins cher.

    Les exportations vers l'UE du Maroc et de la Tunisie avaient respectivement chuté de 7 % et 3 %. Au premier semestre 2007, elles ont augmenté de 5 % et 19 %, selon l'Institut français de la mode (IFM). "Le Maroc et la Tunisie sont plus solides qu'à la veille du premier démantèlement de 2005", estime Gildas Minvielle, responsable de l'Observatoire économique à l'IFM.

    "On s'est préparés", assure Larbi Bourabaa, chef du département textile au Centre marocain de promotion des exportations (CMPE). Le royaume a, en effet, profité des quotas pour restructurer son industrie en se spécialisant dans le "fast-fashion". Une méthode qui permet de répondre rapidement aux changements de tendance de la mode, en produisant de petites séries. "Il faut une réactivité et flexibilité que n'a pas la Chine", souligne M. Bourabaa.

    Ce regain d'optimisme manifesté par les professionnels tranche avec le discours tenu jusqu'à lors par Rabat qui demandait une prolongation des quotas (Le Monde du 11 juin). "Nous n'avons désormais aucune peur de la concurrence chinoise", assure le CMPE.

    En outre, des fabricants de chemises, de pantalons, de sous-vêtements... se sont regroupés au sein de consortium afin de proposer aux clients le "total look". "L'acheteur se fournit en vêtements des pieds à la tête", se réjouit Hakim Hambouche, un des responsables du consortium Mosaïc. Une manière de capter et fidéliser une nouvelle clientèle.


    Du côté de la Tunisie, les entreprises ont choisi de ne plus se contenter d'être de simple sous-traitant, mais de fabriquer le produit de leur création jusqu'à l'emballage. Depuis plus d'un an, le Maroc et la Tunisie ont vu revenir d'importants donneurs d'ordre. Ces derniers ont parfois déchanté en Chine : qualité défectueuse, délais non respectés. Et au Maghreb, on comprend le français.

    lemonde
     
  2. vanlee

    vanlee Abou Mouataz

    J'aime reçus:
    118
    Points:
    0
    merci bob pour le partage
     

Partager cette page