Maroc & Gambie :Un accord commercial préférentiel programmé

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 10 Décembre 2010.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Maroc/Gambie

    Un accord commercial préférentiel programmé

    DNES à Banjul, Mohamed AZMANI

    · Agriculture, tourisme, industrie, enseignement supérieur… les secteurs prioritaires

    · Un appui présidentiel pour l’étape gambienne

    LA Gambie, seul pays anglophone de cette caravane de l’export, est de loin le marché le plus prometteur. En tout cas, la présentation de l’offre Maroc, telle que déclinée par Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce extérieur, et Saâd Benabdellah, DG de Maroc Export, était très percutante. C’était aussi l’avis du président gambien, Yahya Jammeh.
    Le choix de la Gambie n’est pas du tout fortuit. Le timing de cette étape a été étudié au préalable. L’escale vient compléter la visite du Souverain effectuée en 2006 afin de donner vie et concrétiser les différents accords signés avec ce pays. «La Gambie est un pays qui offre beaucoup d’incitations fiscales tant pour les importateurs que pour les exportateurs», a tenu à préciser Fatou Jallow, présidente du GIEPA, l’agence gambienne d’investissement et de la promotion des exportations.
    Concrètement, la Gambie offre des exonérations fiscales qui peuvent atteindre 10 ans pour les entreprises dont le chiffre d’affaires à l’export dépasse 70% du chiffre d’affaires global.
    Ce qui donne plus de visibilité aux opportunités d’affaires qui s’offrent au Maroc. Plus encore, l’appui présidentiel à la Caravane marocaine était manifeste tout au long de cette étape. Lors d’une réception officielle au Palais présidentiel de Banjul, le président Yahya Jammeh n’a pas manqué d’exprimer sa ferme volonté d’aider tout investisseur marocain qui souhaiterait entreprendre en Gambie. La présidence a notamment mis l’accent sur certains secteurs prioritaires, où les deux pays ont beaucoup à y gagner. En premier lieu, l’agriculture. Un secteur qui emploie près de 75% de la population gambienne. Viennent juste après l’industrie, l’énergie et le tourisme. La ministre gambienne du Tourisme n’a pas manqué de promouvoir son secteur devant la délégation marocaine. La destination Gambie dispose d’une capacité hôtelière de 9.000 lits. La plupart de ses touristes sont principalement anglophones. «Je souhaiterais que la prochaine visite de la délégation marocaine soit réservée au secteur touristique et pour une durée encore plus significative», insiste la ministre. Un avis partagé avec Maâzouz. Selon le ministre du Commerce extérieur: «Le tourisme est l’un des secteurs où les deux pays peuvent développer de grands projets en matière d’investissements, de développement et de commercialisation de circuits intégrés». En termes de liaisons maritime et aérienne, deux lignes maritimes lient le port TangerMed à celui de Banjul et 4 vols hebdomadaires lient le hub de Casablanca à la capitale gambienne, poursuit Maâzouz.
    Autre détail et non des moindres sur l’étape gambienne, la présidence a émis le souhait «d’éviter tout intermédiaire dans les opérations commerciales en Gambie afin que le prix final des marchandises soit assez compétitif et accessible au consommateur». En termes de garanties, les opérateurs marocains devront désormais bénéficier «de toutes les facilités possibles» pour exercer en toute sécurité. «Une rencontre avec le ministre gambien du Commerce est prévue incessamment au Maroc. Nous essayerons à cette occasion de concevoir et signer un accord commercial préférentiel entre les deux pays afin de concrétiser cette visite», a tenu à préciser Abdellatif Maâzouz.

    L’université à l’honneur


    LA coopération universitaire et la formation des cadres avaient également leur mot à dire, non seulement en Gambie mais même durant la première étape en Mauritanie et certainement dans les prochaines destinations. Un marché africain, notons-le, où le Maroc est fort présent. La présence de l’université internationale de Rabat et l’université privée de Marrakech a pour but de stimuler et compléter la mission de la délégation marocaine en Afrique.
    L’université privée de Marrakech a été fortement sollicitée par le ministère du tourisme gambien. Ce dernier ayant la volonté de moderniser et développer son secteur tient à disposer son personnel de formation continue dans le domaine du management touristique. Reste à concrétiser dans un avenir proche par les deux parties.


    Volume des échanges


    LES échanges commerciaux entre le Maroc et la Gambie se sont élevés à 16 millions de dollars en 2009.Depuis 2005, les principaux produits exportés sont l’agroalimentaire (produits divers, conserves de poissons…). Ils ont enregistré un trend baissier de 52% en 2008 avant de reprendre en 2009 (45 millions de DH). Viennent juste après les produits énergétiques et ceux finis qui représentent 35,5% des exportations en 2009. Jusque-là, les articles de textile, les médicaments et produits sanitaires restent très timides à l’export. Quant aux ventes des articles d’électricité notamment les fils et les câbles, ils ont connu une légère baisse en 2009. N’empêche que les membres de la Fédération nationale de l’électricité et de l’électronique (Fenelec) restent confiants. Khalil El Guermaî, directeur de la Fédération, précise que «vingt entreprises membres de la Fenelec opèrent en Gambie». Le Maroc vient ainsi concurrencer la Chine, le Sénégal, le Brésil, les Pays-Bas et les Etats-Unis.


    Source : lien
     

Partager cette page