Maroc: Genèse de l'action associative marocaine

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 5 Avril 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    L'action associative, au sens moderne du terme, est un phénomène récent au Maroc. Il s'est introduit avec le protectorat au début du siècle dernier.

    Certes, nous ne pouvons pas nier que le Maroc, à travers son histoire, a connu auparavant d'autres formes institutionnelles, issues de ses traditions qui revêtaient, d'une manière ou d'une autre, des aspects associatifs . En revanche, il serait aberrant, sinon exagéré d'affirmer que "la jeunesse " constituait un centre d'intérêt pour ces institutions traditionnelles. Au contraire les jeunes trouvaient des difficultés pour accéder à ces institutions sociales.


    Le travail associatif au Maroc, dans sa forme réglementaire et institutionnelle, datait des premières années de l'installation du protectorat français et c'est dans les secteurs de la jeunesse et des sports et le secteur caritatif et pieux que se sont structurées les premières associations. Leur trait commun répondait en fait aux caractéristiques de cette période du protectorat, à savoir l'affirmation de leur marocanité, l'attachement à leur identité et la mise en oeuvre du patrimoine marocain.

    A l'indépendance du pays et notamment après la promulgation de Dahir de 1958, relatif aux libertés publiques, l'action associative commence à s'affirmer.

    On parle habituellement de quatre générations d'associations qui correspondent à quatre grandes périodes de l'histoire du Maroc, qui débutent toutes après l'indépendance, même si, les années sous protectorat français et espagnol ont connu la création de plusieurs associations, oeuvrant dans les domaines de la culture, l'éducation, le scoutisme, le sport et l'action sociale .

    La première période qui s'étend approximativement de 1956 à 1975 se caractérise par la création d'associations spécifiquement marocaines dans un climat de relative liberté. Ainsi, plusieurs associations spécialisées dans le domaine de l'enfance et la jeunesse et des sports se créent au fil des années.

    La seconde période, 1975-1984, a connu une nette régression de l'exercice des libertés d'association, liée à la limitation des libertés en générale. Malgré cela, les associations ont joué un rôle important dans l'animation sociale, culturelle et sportive du pays. C'est à cette époque que remonte la création des premières associations de droit de l'Homme, des associations féminines et des associations de protection de l'enfance: l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH) fut créée en 1975, l'Organisation marocaine des droits de l'Homme (OMDH) en 1978 et la Ligue marocaine des droits de l'Homme en 1979.

    Mais durant cette période, en l'exception de celles qui oeuvrent dans le domaine des droits de l'Homme, les associations existantes n'étaient pas perçues comme une expression des aspirations de la société civile ni comme des espaces de participation et de maturation des citoyens et des citoyennes pouvant s'impliquer dans le processus de démocratisation politique, économique, culturelle, sportive et sociale.

    La troisième période s'étend de 1985 à 1994. En effet, il faut attendre la fin des années 80 pour assister à une nouvelle orientation dans le développement du mouvement associatif marocain. Sous l'effet du contexte international et des changements qui se sont opérés au niveau interne, les associations ont commencé à être perçues comme des partenaires incontournables dans le processus de réaménagement des équilibres économiques et social du pays. En fait, depuis, nous assistons à un essor du mouvement associatif et à l'instauration de nouvelles vocations associatives qui cherchent non pas à offrir des services mais à mobiliser les citoyens en tant que partenaires des pouvoirs publics dans le choix et la conduite du développement.


    La période actuelle qui débute vers la moitié des années 90 et qui correspond à une affirmation effective du mouvement associatif marocain. Ainsi, àartir de 1995 va apparaître un nouveau type d'association, comme Afak, Alternative et Maroc 2020.

    Apparaissent aussi, les premières associations de protection de l'environnement ainsi que la complexification du tissu associatif par l'émergence de plusieurs associations professionnelles, santé MST/SIDA, de consommation de quartier, des usagers, les fondations (Fondation Mohammed V pour la solidarité, Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus). Ce type d'associations cherche à promouvoir les valeurs de responsabilité civique et de citoyenneté constructive pour une société moderne. Leurs actions se veulent à large diffusion auprès de la population et les médias sont largement utilisés pour véhiculer leurs messages.

    Aujourd'hui, les associations connaissent au Maroc une impulsion spectaculaire.

    Des documents officiels font état de chiffre qui est de 30.000 associations. L'administration a développé un discours très positif sur les bienfaits des associations qui serait une manifestation confirmée de l'ouverture démocratique du pays et du dynamisme d'une société civile en structuration . L'Etat s'appuie désormais, de façon explicite, sur le support associatif pour engager un certain nombre d'actions qui se déploient dans le cadre d'une formule contractuelle.

    Source - AllAfrica.Com
     

Partager cette page