Maroc: Les bidaouis vibrent pour toutes les musiques

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 24 Juillet 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Tout s'est bien passé et la qualité de la programmation m'incite à croire que le Festival de Casablanca s'est hissé parmi les meilleurs du Maroc.

    Je suis heureux d'avoir partagé la scène avec la grande pointure qu'est Gentleman (chanteur reggae allemand). C'est important surtout pour les jeunes artistes marocains de partager la scène aux côtés des grands. C'est une expérience enrichissante. Le public a été formidable avec tous les artistes.


    Maintenant, je vais me consacrer à mon prochain album, « Sleeping système », qui sortira dans les bacs dans une quinzaine de jours. L'album est une fusion de plusieurs rythmes: reggae, chaâbi, gnaoua et compte onze titres. Mais aussi me préparer à faire une tournée au Maroc, probablement à partir du mois d'août. Je compte également sortir un vidéo-clip juste après


    le CD ».

    Younès Askaoui: plus de concert à l'avenir

    « Sincèrement, j'étais un peu surpris par la ferveur qui a gagné le public casablancais durant les spectacles. Il a été tout simplement formidable. Comme l'a été le Festival qui nous a permis d'apprécier plusieurs groupes qui se sont produits lors de cette manifestation. Pour l'instant, on n'a pas d'album, mais cela ne saurait tarder. On y travaille. D'ici quatre mois, on sera en mesure de répondre aux attentes des mélomanes. Une vidéo est aussi en vue. On espère que ce Festival nous ouvrira de nouvelles portes et nous permettra de rencontrer d'autres managers. On prévoit aussi d'organiser un peu plus de concerts car, jusqu'alors, on a donné quatre à cinq seulement par année.»

    Hel lmkane : la voix du vécu

    Fondé en 1998 par Sabiu et Ismaïl, le groupe de rap Hel Lmkane, précédemment connu sous le nom de Fès Mafia, rappe en arabe et en français. Leur premier concert en 2001a connu un grand succès dans la ville de Fès. Forts de cette première expérience réussie, ils ont commencé à composer sur des sujets et des thèmes concernant leurs quartiers et leurs problèmes, communs à toute la jeunesse marocaine. Après un premier album en 2005, le groupe, qui a déjà participé à plusieurs évènements, concerts, tournées et festivals, travaille actuellement sur son deuxième album composé de 18 titres.

    C'est à la place Rachidi que le groupe s'est produit.

    Chab Khaled : Le raï ouvre le bal

    Sur la Place Sidi Bernoussi, Cheb Khalid a ouvert le bal. Devant une foule immense qui a scandé ses succès et ses chants, celui que l'on considère comme le premier chanteur du raï à faire découvrir ce style musical de la culture maghrébine aux sonorités chaudes accompagné d'instruments traditionnels. C'est en 1992 que Khaled connaît son premier véritable succès avec Didi, titre raî, groove. Au fil de ses voyages, Khaled enregistre plusieurs albums, enrichis par ses nouvelles rencontres, ce qui donnera naissance à Aïcha, son plus gros carton chanté en France.

    Artiste autodidacte, comme il l'a proclamé lors de la conférence de presse organisée l'après- midi même du concert, Cheb Khaled joue pourtant de plusieurs instruments. La conférence de presse a également pris une tournure politique puisque les journalistes ont profité de cette occasion pour poser des questions sur tous les évènements et les conflits qui secouent le monde arabe. Même si le chanteur a esquivé toutes ces questions, il n'en demeure pas moins que le Cheb a de nombreux fans au Maroc. En témoigne, ce jeune venu d'Agadir et qui, à l'issue de la conférence, a chanté les succès du Cheb.

    Bigg : le rap est un moyen

    Chapeau aux groupes qui ont participé à ce festival tels que Casa Crew et Zanka Flow, mais aussi Hall lmkan que je ne connaissais pas. C'était beau de voir de milliers de personnes crier tout haut, voir une jeunesse qui a besoin de s'exprimer et des artistes qui la représentent.

    Je me suis produit à une heure tardive et le public est resté là pour m'attendre. Il a été très chaleureux et répétait en choeur les refrains et les verves de mon album. Cela m'a vraiment touché. J'ai eu un avant-goût lors du Boulevard mais là, c'était l'apothéose : tout le monde criait Bigg. C'est la preuve que le public n'est pas dupe et qu'une fois tu leur offres un truc qui sort du coeur et surtout qui soit direct et sincère, tu as le feed-back qui va avec.

    Je suis vraiment fier d'être Marocain, fier de l'ouvrir si grand. On n'est plus les béni oui oui qui disent amen. Je ne suis pas prêt de la fermer tant que je suis en vie et que j'ai une gueule. Je ne fais que relater le vécu des miens, "mgharba 'tal moute" n'est que le petit-fils de la génération ghiwane rien d'autre.

    Source - AllAfrica.Com
     

Partager cette page