Maroc: Nos attentes de 2007, les chantiers de tous les espoirs

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 29 Janvier 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Efficience de la gestion administrative et répartition des pouvoirs, voici les deux clés qui semblent indispensables pour avoir l'accès aux réalisations des chantiers de l'espoir. Mais tout d'abord, qu'attendons nous de 2007 ? "Il ne faut pas se situer au niveau d'une année budgétaire, mais élargissons cette période jusqu'à 2012", tient à signaler dès le début Abdelali Benamour, l'un des trois intervenants venus débattre du sujet. Proposition qui sera soutenue par les autres participants et qui annonce déjà les couleurs des débats.

    Nous sommes lundi 22 janvier et le forum de Libé a pour thème " Nos attentes en 2007 ". Sujet vaste certes mais nos invités Abdelali Benamour, fondateur d'Alternatives, Hassan Rachik, anthropologue et Brahim Rachidi, économiste qui ont répondu présents, tiennent à en préciser les contours. C'est ainsi qu'ils évoqueront, dans une ambiance plutôt conviviale, ce qui leur semble nécessaire pour bâtir le Maroc de demain. Un Maroc où il y aura moins de pauvres et plus d'équité sociale, un redressement économique et une propulsion démocratique. Un Maroc où l'éducation sera valorisée, où la jeunesse aura son mot à dire et où l'économie s'ouvrira sur d'autres domaines grâce à une fiscalité plus raisonnée capable de la projeter vers un avenir meilleur.


    Abdelali Benamour, Hassan Rachik et Brahim Rachidi reconnaissent qu'il y a des acquis mais il y a aussi un long chemin à faire au niveau social et notamment l'éducation "un système plutôt souffreteux", dénonce Benamour, au niveau politique avec l'urgence de "rétablir les valeurs politiques", invoque Hassan Rachik et au niveau économique "avec une réforme fiscale et la simplification des procédures à même de lutter contre la corruption", prône Brahim Rachidi.

    Les trois grands chantiers, à savoir le social, la politique et l'économie renferment de nombreuses difficultés qu'il fallait éclaircir. Avec un bilan certes positif mais mal vendu et mal représenté, les réalisations semblent minimes, voire inexistantes. Et nos invités le relèvent, le commentent et proposent des alternatives pour remédier à ces insuffisances. Dans son introduction Hassan Rachik, soulève deux problèmes majeurs. Le premier est le manque d'un discours idéologique et prospectif capable de redynamiser l'opinion publique et le deuxième concerne l'élite qui devint une institution.


    Pour Brahim Rachidi, la clarification du champ politique est plus qu'indispensable. "J'estime que le consensus est une maladie infantile" déclare-t-il avant d'appeler à ce que "la Koutla arrive par tous les moyens à présenter un programme commun avec d'autres partis politiques et qu'il soit présenté aux électeurs en 2007 ". Une attente impérative capable de réconcilier le citoyen avec la politique "ce qui aura un impact direct sur le taux de participation des citoyens aux élections".

    Pour Abdelali Benamour, les changements doivent toucher tous les domaines quece soit au niveau social, économique ou politique. Mais ces réalisations ne doivent pas se passer seulement en-dehors du cercle "Pour avancer, il faut pénétrer le domaine de l'intouchable" insiste-t-il. C'est ainsi qu'il évoquera le manque d'une gestion efficace au niveau de l'Administration marocaine, la faiblesse de l'Entreprise marocaine qui ne s'investit pas dans la croissance fiscale, les déséquilibres dont souffre l'environnement juridique, fiscal et syndical. Avant de mettre en avant quelques propositions capables de sortir le pays de son blocage. Benamour appellera à des réformes audacieuses en prônant plus de flexibilité et un revenu social minimum et de conclure: "On ne peut résoudre ce problème que par des actions politiques courageuses. Nous avons besoin au cours du prochain quinquennal d'un gouvernement qui fasse la réforme et qui soit impopulaire mais auquel l'histoire reconnaîtra le mérite d'être le meilleur gouvernement que le pays a connu ".

    Source - AllAfrica.Com
     

Partager cette page