Maroc, terminus noir

Discussion dans 'Scooooop' créé par milagro, 4 Septembre 2005.

  1. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Au Maroc, certains les traitent de "négros" , azi , en arabe dialectal. D'autres, moins nombreux, citent le Coran et parlent des "enfants de la route" (abna essabil ). A Oujda, ville frontalière au nord-est du royaume chérifien, à moins de 15 km de l'Algérie, on n'a guère pitié de ces clandestins subsahariens venus du Mali, du Nigeria, de Guinée ou de Sierra Leone, avec l'espoir ­ de plus en plus souvent déçu ­ d'atteindre l'Europe.


    Depuis les accords passés ces derniers temps avec l'UE, la route de l'exil est devenue un cul-de-sac. Et la prison remplace souvent le centre de rétention. "Dès notre arrivée à Oujda, la police nous a arrêtés. On est restés quatre jours enfermés. Sans rien à manger. On buvait l'eau de la douche ­ la seule de toute la prison", raconte Williame Kouame, un Ivoirien de 22 ans. "On était 37 dans une même cellule : 36 hommes, plus Nina" , ajoute-t-il, désignant sa jeune épouse assise sur une couverture sur le sol. Nina Kouame a 20 ans. A Bouaké, elle était coiffeuse.

    Quand les rebelles antigouvernementaux prennent la ville à l'automne 2002, Williame et Nina, dont les parents ont été tués, décident de quitter la Côte d'Ivoire avec un copain, Joël Jackson. Joël prétend avoir 18 ans. Il en paraît 16. Son père était gendarme. "On s'est dit qu'une fois au Maroc, ce serait comme d'être en Europe : il n'y aurait plus qu'un pas à faire. On pensait trouver le HCR ou l'Unicef."

    En fait d'Europe, les voilà tous coincés au milieu du gué. Sans un dirham en poche. Entre les bandits et la soldatesque rencontrés, les trois amis se sont fait piller jusqu'à leurs derniers biens. "Même ma photocopie du baccalauréat, ils l'ont prise ! On est revenu à zéro, comme des bébés" , s'indigne encore Williame, sanglots dans la voix. C'est la deuxième fois qu'ils se font refouler par la police marocaine jusqu'à la frontière algérienne. La troisième fois qu'ils reviennent à Oujda. Encore ont-ils eu de la chance. Dans cet enfer désertique baptisé "la maison du diable" , un vaste no man's land à cheval sur le Mali et l'Algérie devenu, selon Williame, "un grand cimetière de Noirs" , nombre de migrants sont morts de soif et de faim. Viols, bastonnades, arnaques et racket sont le lot commun des "enfants de la route" .


    Williame, Nina et Joël paraissent fatigués, mais à peu près en bonne santé ­ à l'instar de leurs compagnons d'infortune, une centaine de personnes, des hommes surtout et quelques femmes, certaines avec enfant ou nourrisson, échoués là, dans un coin du campus de l'université, avec leurs maigres baluchons posés au milieu des ordures. La veille, les Ivoiriens ont mangé un peu de pain. "Certains commerçants, gentils, font crédit et nous donnent de l'eau." La seule alternative, c'est d'aller mendier au marché ou à la sortie des mosquées. "On ne peut rien faire d'autr e. Le travail, c'est pour les Marocains d'abord" , constate Elimane, un malabar au tee-shirt poussiéreux, qui se dit natif de Guinée. Le terrain de sport que les clandestins ont squatté, entre la cité universitaire et la faculté de sciences juridiques, est écrasé de soleil. Les quelques arbres qui y poussaient ont servi de bois de chauffage. Fin juillet, quelques jours avant que l'université se vide de ses derniers étudiants, les autorités ont ordonné que le mur entourant le terrain des squatters soit surélevé et que toutes les issues ­ sauf une ­ soient bouchées. Les campeurs indésirables ont compris le message. Avant que la police ne vienne les rafler, la plupart sont partis se cacher dans les forêts alentour.

    "Les difficultés que pose la traversée du détroit de Gibraltar transforment le Maroc, et, en particulier, les régions du Nord et du Nord-Est ainsi que les provinces sahariennes en escale permanente" , constate l'universitaire Mohamed Khachani, dans Les Marocains d'ailleurs, la question migratoire à l'épreuve du partenariat euro-marocain (édité en 2004 par l'Association marocaine d'études et de recherches sur les migrations). Naguère terre d'émigration et de transit, le Maroc a "tendance à devenir un pays d'immigration" , souligne le chercheur. Le basculement date de 2003 : cette année-là, "pour la première fois" , le nombre des migrants subsahariens interpellés (23 851 personnes) "a dépassé celui des nationaux" (12 400 personnes), explique le professeur Khachani, citant les chiffres du ministère marocain de l'intérieur.

    Plus nombreux que par le passé à rêver de gagner l'Europe, les migrants subsahariens sont aussi plus nombreux, désormais, à se retrouver bloqués au sud de la Méditerranée. Certains tentent donc désormais de se fixer en Afrique du Nord. "Sans que l'on puisse connaître avec exactitude le nombre d'irréguliers qui parviennent à traverser la Méditerranée (soit par les côtes marocaines, tunisiennes ou libyennes), ou à passer par l'Atlantique en transitant des côtes sud-marocaines vers les Canaries, il apparaît, selon les chiffres des autorités espagnoles et marocaines, que le nombre des migrants en situation irrégulière arrêtés par les unes et les autres a fléchi en 2004, par rapport à 2003" , rapporte, dans une étude publiée en mars par la Commission européenne, Mehdi Lahlou, professeur à l'Institut national de statistique et d'économie appliquée (Insea) de Rabat.

    Ce "net reflux" serait la conséquence de l'"effic acité des systèmes de contrôle" installés des deux côtés de la Méditerranée, indique-t-il. Le nombre de "pateras" (grandes barques à moteur) saisies "s'élève à 740 en 2004 contre 942 en 2003, une baisse de 21 %" , tandis que les disparus seraient "deux fois moins nombreux" . La mise en place progressive, à partir de 2002, le long des côtes espagnoles, îles Canaries incluses, du Système intégré de vigilance extérieure (SIVE) ­ dispositif impressionnant, évalué à 260 millions d'euros, comprenant 25 stations de détection, une douzaine de radars mobiles et quelques dizaines d'unités de patrouilleurs ­ explique, en partie, cette inflexion.

    Sous la pression de l'Union européenne (UE), les pays maghrébins, Libye en tête, sont en passe de devenir de véritables souricières pour les Subsahariens. Soucieuse de se doter d'un "cordon sanitaire" anti-immigration, l'UE a eu, dès le début des années 1990, l'idée de créer, au Maghreb, des centres d'accueil pour migrants, rappelle Mehdi Lahlou. A charge, pour ces "Etats-tampons", de trier le bon grain de l'ivraie clandestine et de réadmettre, sur leur sol, les immigrés illégaux renvoyés d'Europe. Ce que fait déjà, avec diligence, la Libye du colonel Khadafi, signataire d'accords en ce sens avec l'Italie de Silvio Berlusconi (Le Monde du 6 juin). Le Maroc n'en est pas là. Mais 5 charters à destination du Nigeria n'en ont pas moins été affrétés, entre novembre 2004 et mars 2005, pour renvoyer vers Lagos quelques centaines d'irréguliers. Une loi "relative à l'entrée et au séjour des étrangers, à l'émigration et l'immigration irrégulières" a été promulguée, en novembre 2003, à Rabat, qui punit sévèrement les contrevenants. En Algérie, il y aurait aujourd'hui, selon l'universitaire algérien Ali Ben Saad, entre 500 000 et 600 000 immigrés en provenance de pays subsahariens. Logique, note le professeur Lahlou, puisque "85 % à 95 % des migrants qui transitent par le Maroc" ou qui s'y trouvent clandestinement "y auraient accédé par la frontière algérienne" .

    SOURCE : le Monde <03/09/05>

    NB :Migrant camerounais dans le forêt de gourougou au Maroc.
     
  2. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Maroc, terminus noir

    Merci mily pour cette info (je viens de la lire)

    C'est vraiment malheureux et touchant ce qui se passe pour ces pauvres gens qui sont rejetés par tout le monde :( la 7awla wa la 9owwata illa bi llah
    Tout le monde les rejette, et on plus ils se font piller, violer et insulter par les autres.
    Les marocains doivent commencer par arrêter d'être racistes, même si je comprends la difficulté d'admettre la venue des subsahariens chez nous alors qu'on a déjà nos problèmes qu'on a du mal à règler.

    Les marocains qui émigrent à l'étranger, vivent une partie de ça aussi, et "kama todiino todane", wa Allaho a3lam
     

Partager cette page