Maroc: trois mille clandestins subsahariens refoules

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 29 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Plus de 3.000 clandestins subsahariens ont été refoulés en trois semaines à partir de plusieurs aéroports marocains, selon un décompte de l'AFP établi samedi à Rabat.

    Selon des ambassadeurs africains au Maroc, des centaines d'irréguliers cherchent par ailleurs à rentrer dans leurs pays d'origine après avoir perdu espoir de gagner l'eldorado européen


    Les Maliens et les Sénégalais ont été les plus nombreux à quitter le Maroc. Depuis le 10 octobre, date à laquelle a débuté le pont aérien, 1.281 Maliens et 1.190 Sénégalais ont regagné Bamako et Dakar.

    Samedi soir, 19 autres Sénégalais et 21 Guinéens doivent aussi rentrer chez eux à bord de vols réguliers à partir de l'aéroport de Casablanca, a indiqué une source du ministère de l'Intérieur.

    "Il ne reste que 3 Sénégalais malades à Nador et un à Rabat. Ce dernier a été gravement blessé en mars par une mine alors qu'il tentait d'entrer au Maroc par le Sahara occidental", a indiqué à l'AFP l'ambassadeur du Sénégal Ibou Ndiaye.

    Il a précisé avoir ouvert un registre à l'ambassade pour tous ses compatriotes qui souhaitent rentrer au pays. "Ils viennent s'enregistrer car ils savent que la fenêtre d'opportunité de gagner l'Europe via le Maroc est fermée alors ils veulent rentrer", dit-il.

    Selon lui, les autorités marocaines, qui financent ces retours, ont promis de mettre un nouvel avion à sa disposition, dès qu'un nombre suffisamment important de clandestins se sera fait enregistrer.

    Son collègue malien, Moussa Coulibaly, partage cet avis. "Il est difficile de dire combien il reste de Maliens clandestins mais ce qui est certain c'est qu'ils nous téléphonent pour savoir comment rentrer. Dans notre pays, il n'y a pas de guerre mais ils sont attirés par le rêve d'une meilleure vie en Europe".

    Le diplomate camerounais, Mougnol Amougam, qui s'est rendu dans les centres militaires de transit de Nador (nord) et Guelmim (sud) essaie lui aussi de convaincre la centaine de ses ressortissants qui s'y trouvent de rentrer chez eux.

    "Je leur ai expliqué qu'il n'y avait pas d'issues pour eux ici et qu'il fallait saisir l'opportunité de rentrer", dit-il à l'AFP. Le 17 octobre, 121 Camerounais avait regagné leur pays.

    Jeudi, un avion transportant 431 Nigérians avait fait route vers Lagos. Par ailleurs, près de 130 Guinéens et 80 Gambiens ont également regagné leur pays.

    Selon le ministère marocain de l'Intérieur, il y avait samedi 400 émigrants dans le centre de Nador et 267 à Guelmim.

    Par ailleurs, les arrestations se poursuivent: 7 migrantes subsahariennes et cinq enfants ont été arrêtés samedi matin dans les bois de Gourougourou, près de l'encalve espagnole de Melilla (nord) alors que dans la nuit de jeudi à vendredi, une patera (embarcation de fortune) avec 30 migrants clandestins a été arraisonnée au large de Dakhla, au Sahara occidental, selon les services de sécurité marocains .

    Le Monde

     

Partager cette page