Marock. Le film de tous les tabous

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 5 Mai 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Marock. Le film de tous les tabous

    [​IMG]

    Sexe, alcool, argent, gros mots, insouciance religieuse et, “pire” que tout, l’amour entre un juif et une musulmane… Si Marock (dans les salles le 10 mai) déclenche une telle passion, c’est qu’il nous colle le nez sur des réalités indiscutables. Et c’est pour ça qu’on l’aime !

    La jeunesse, sa quête de liberté, sa soif d'interdits. L'accroche qui accompagne l'affiche de Marock n'est certainement pas le fruit du hasard. Laila Marrakchi a 30 ans. Il y a dix ans, elle en avait vingt, l'âge de tous les possibles. L'après-bac, les sorties entre copains,
    l'amour, le sexe, Dieu, la famille, etc. Pour son premier long métrage, la jeune réalisatrice a choisi d'écrire un scénario à partir des souvenirs de ses vingt ans. “J'ai aussi choisi de me tourner vers tous mes amis, les invitant à me raconter leurs histoires”. Le résultat est une compilation de situations, de personnages, à mi-chemin entre la comédie et le drame. Ça rit, ça pleure, ça balance des gros mots, ça se rebelle à la première occasion et ça finit, le plus souvent, par se plier à la réalité de son monde.

    La jeunesse marocaine dans toute sa splendeur, basculant constamment entre ces deux bornes a priori antinomiques que sont la modernité et la tradition. “J'ai justement choisi le titre Marock, explique la réalisatrice, pour rendre compte des paradoxes d'une jeunesse partagée entre la tradition du Maroc ancien et certaines aspirations plus rock'n'roll”.

    En 2005, Marock est présenté au prestigieux Festival de Cannes dans la sélection Un certain regard, mais aussi en avant-première dans le premier Festival de Casablanca. Les deux projections sont chaleureusement accueillies par le public qui y a pris part. Mais en décembre de la même année, le film concourt cette fois-ci au Festival du film marocain à Tanger et c'est la polémique. Avant même la projection officielle, la rumeur enfle dans les salons des hôtels de la ville du détroit : “Il faut se solidariser pour dénoncer le film, Laila Marrakchi ne connaît rien aux réalités marocaines”.

    Certains rappellent, toujours dans les coulisses, que la réalisatrice est mariée à un juif, Alexandre Arcady, et que son film pourrait être l'étendard d'un “lobby sioniste”. Aussi incroyable que cela puisse paraître, l'argument sera repris en public, par des artistes et des intellectuels, le lendemain de la projection. Mohamed Asli, brillant réalisateur de A Casablanca les anges ne volent pas, argue notamment que “Marock n'est pas un film marocain” et va jusqu'à dénoncer sa programmation dans un festival national, insinuant que l'Etat marocain… serait complice d'un mystérieux “lobby sioniste”. Aujourd'hui, à la veille de la sortie nationale du film, le même Asli modère ses propos mais n'en démord pas pour autant : “Si les Marocains aiment ce film, je serai avec eux. Je suis d'ailleurs content que le film sorte en salle parce qu'il nous poussera, enfin, au débat, le vrai, sur notre société, sur notre politique mais aussi sur le financement de notre cinéma. On a tous besoin de ce débat, mais à condition d'aller jusqu'au bout, sans insulte ni diffamation”.



    Telquel
     
  2. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    Le film est ainsi mis en boîte durant l'été 2004, entre Casablanca et la station balnéaire Dahomey qui sert de décor principal pour les scènes de plage. “Le tournage flirtait avec le danger, mais toujours dans la bonne ambiance”, se souvient ce régisseur qui a participé au film. Laila Marrakchi et sa jeune équipe savent qu'ils ont une petite bombe entre les mains. Un petit film qui, sous ses airs de roman-photo pour adolescents gâtés, bouscule probablement plus de tabous que la moitié de la cinématographie marocaine. Une astuce budgétaire donne une idée très précise des audaces du film : Marock est censé se dérouler dans la deuxième moitié des années 1990. Les seuls indices permettant de situer le temps seront les plaques d'immatriculation des voitures en circulation… et un plan furtif montrant le défunt Hasan II sur l'écran de la télévision. Ça ne coûte rien mais ça vous plonge tout de suite dans un univers plein de significations. Et la pirouette est d'autant plus audacieuse que le plan de Hassan II correspond au moment, dans le film, où la petite famille discute du manque à gagner que peut être, parfois, le ramadan. Extrait :

    Le père de Ghita (pendant qu'à la télé, Hassan II récite la prière de l'Aïd Al Fitr) : Heureusement que c'est fini ce ramadan... Le travail va pouvoir reprendre normalement. Un jour de plus et je les aurais tués à l'usine !

    Dès les premiers jours du tournage, le ton irrévérencieux du film provoque des déflagrations jusqu'à l'intérieur du plateau. La scène qui ouvre Marock l'illustre parfaitement : Ghita flirte avec un ami à l'intérieur d'une voiture quand la police, qui rôdait dans les parages d'une boîte de nuit, débarque. Situation classique rudement éprouvée par tous les jeunes amoureux de ce pays… Pour tourner, l'équipe du film doit composer avec un invité obligé : un officier de police, chargé de superviser le tournage. Une présence d'autant plus électrique que la scène montre, justement, un policier en plein exercice de sa fonction. L'officier (le vrai) demande à lire les dialogues au préalable et l'équipe lui donne une version édulcorée du scénario, débarrassée de toutes les audaces verbales. Quand la réalisatrice crie “Action”, la surprise de l'officier de police est totale. Jugez-en par les dialogues de la scène :

    Le policier (à Amine, le petit copain de Ghita) : C'est qui cette fille ?

    Amine : C'est une amie

    Le policier : Comment ça une amie, tu te crois en Suède ? Chez nous, y a pas d'amie, soit c'est ta femme avec le papier soit c'est le poste de police…

    Ghita : Putain mais envoie-le chier ! Pays de merde, on n’a rien le droit de faire...

    Le policier (à Amine) : T'as du mal à tenir ta copine ?
    Ghita : On n'a rien fait de mal. Mais, c'est vrai les gens comme nous, ça rapporte plus que les putes et les dealers…

    Le policier : Pour qui elle se prend celle-là, c'est quoi cette manière de parler ? Une petite nuit au poste, ça te remettra les idées en place…

    Ghita (à Amine) : Va, va, donne-lui à manger pour qu'il ferme sa grande gueule !!!

    À la fin de la scène, le policier empoche un billet de banque et laisse le couple tranquille… L'officier qui supervise le tournage manque de s'arracher les cheveux. “Il nous a dit de changer le dialogue et le plan final, exigeant que le policier finisse par embarquer le couple plutôt que de se laisser corrompre, si on voulait tourner avec les uniformes de la police, se souvient ce membre de l'équipe. On lui a répondu que cette scène correspondait à une réalité bien connue, que l'on avait toutes nos autorisations de tournage et que, avec ou sans tenue, un flic reste un flic”. Au final, les deux parties finiront par couper la poire en deux : la scène sera finalement tournée conformément aux lignes du scénario mais le policier corrompu ne portera pas d'uniforme…
     
  3. sadalif

    sadalif Visiteur

    J'aime reçus:
    105
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    Ce film n'a pas fini de faire parler de lui... à mon plus grand regret.
     
  4. linvite

    linvite L'âme de samurai!!

    J'aime reçus:
    135
    Points:
    63
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    et c'erst pour une longue saison sadalif, 3alla tji l3am jjay ou tel9ach chi film tabou oula t7erggou [22h]
     
  5. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    tel quel (j'ai fait exprès de le mettre en lettres minuscules car ce n'est pas le Maroc tel qu'il est, mais tel qu'ils le dessinent) font de ces sujets son fond de commerce!
    si on parcours leur dossier c'est laïcité+anti-islamisme+anti-PJD+anti-l3adl wal i7sane+ limite anti-mosquée..

    c'est bien d'oser parler pour bousculer les idées, mais l'acharnement risuqe de faire perdre la crédibilité aux "révolutionnaires" (des fois ils ne font que l2a7dath lmaghribiya version française). Curchil disait: Un fanatique est quelqu'un qui ne veut pas changer d'avis et qui ne veut pas changer de sujet.
     
  6. ch3ayba

    ch3ayba Touriste

    J'aime reçus:
    8
    Points:
    18
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    ce film n'as pas cessé de faire parlé de lyui, mais ce qui m'etonne il y a bien des films marocains aussi pire que celui la je ste les film "raja".
     
  7. adilol

    adilol Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    salam

    vraiment kallat adabe hadi o c de la provocation commerciale iwa mabkach l art de cinema,on sait tres bien cette realite nous les jeunes kolchhi wkaff alih police au maroc maa sa copine et aarfine ts ca mais c veut dire quoi ce film?donc il profite pour gonfler la situation et faire de l argent men walo,iwa had realisatrice majabt walo d innovation,ana kdar ktab scenario ri ala chi boite ola karyane o goll voila un sujet tabou,walllllah yahdi had khayti,nass ils produisent des films geants o hia jayba 2 barhhouchates men chi bar et elle dit voila le maroc,aarfine ca o aaychino nous les jeunes,o n oublions pas qd mm on est musulman o thhadda ayyi wahd apres la jeunesse jamais radi bka comme ca,preuve de quoi deja kant bhali bhal les jeunes o mnt je me marie o bka ts des souvenirs de jeunesse mais qd mm je defend notre diginite et notre religion iwa ila kant hia katachrob biere maa son mari elle doit savoir que malgre tous au fond de nous kayn lah o islam o thhadda ayyi wahd une fois il ecoute juste 10mn de couran radi yahdih lah,machi bhal had realisatrice qui attaque les poches de nos jeunes.

    conseil d ami,aller voir un film peu importe americain chinois ola prendre un cafe mieux d aller voir un film de rien,elle n a rien d ajouter de nouveaux had sayyda on sait deja ts,c une realite kay stafdo menha les cinemato safi tkadaw les sujets bane lihom ri peuple marocain,iwa tamchi taawd formation ola takra chwia pour innover qlq chose de nouveau dans les salles.
     
  8. soule

    soule Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    chaque film ou documentaire qui est critique de l'islam ou d'une communautee musilmane est le bienvenue dans les grand festivales!! je n'ai pas vu ce film, je vais essayer de le voire, mais bon il y'a pas mal de gens qui utilisesent nos points faible pour faire entendre d'eux .... le maroc n'est pas un maroc des derniers 60ans, le maroc est un pays multuculturelle qui a plusieurs facettes, et celle dont on parle ici n'est qu'une .... qu'elle soit marier a un juiv ou je ne sais quoi, c'est son probleme, esperont seulement qu'elle ne va pas oublier qui elle est et d'ou elle vient ....
     
  9. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    Ce qui me fait mal aussi, c'est qu'on fait (sans s'en rendre compte) de la pub pour ce magazine sur la une de wladbladi..
     
  10. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    @A_mir: ce n'est pas de la pub que je fais, mais c un film qui a sucite divers avis et opinions.....c un article qui illustre le deroulement du tournage et aussi ses contraintes. n'oublions pas que le magazine a aussi montre les plusieurs tabous de ce film (je ne sais si tu as lu tout l'article)..... en fin de compte, c comme si on parlait de Nadia Yassine....un sujet qui fait parler de lui beaucoup.
     
  11. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    je suis d accord avec toi , telquel cherche tjs la "une2 la plus provocatrice possible et s enfou carraiement des sentiments de la societe marocaine
    est ce que vs avez vu la foto de ce numero :celle l homme qui fait swa priere et la femme nue devant lui??? on dirait un film fait par juifs .
     
  12. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    @Casawia: ne le prends pas contre toi, j'ai fait une remarque générale.

    D'abord je te félicite pour l'effort et l'esthétique de la présentation des articles apportés. Ceci ne peut être que louable.

    N'empêche que quand je me connecte sur la une de wladbladi et que je vois la une de "Tel Quel" reprise telle quelle, je sursaute pour vérifier l'adresse que j'ai tappée ;.)) En fait, ce qui me chagrine c'est qu'ils se ventent d'être un magazine qui reflète la réalité marocaine, alors que pour moi ils ne montrent que ce qu'ils veulent (j'ai déjà parlé de ça précedemment). Et puisqu'ils ne montrent pas tout, ne faisons pas leur promotions auprès des marocains résidents à l'étranger. Ils ne le méritent pas à mon avis!

    Maintenant pour revenir à ta remarque sur l'importance que prend ce film dans l'actualité, je suis d'accord avec toi dans le sens qu'il a succité bcp de polémique.. il y'a quelques mois, mais avant que Tel Quel ne le ressort, on en parlait moins. N'empêche qu'il reste le fait marquant du cinéma marocain cette année, un peu comme l'exemlpe de Nadia Yassine en politique l'année dernière comme tu as dit.

    Merci Casawia :)

    @Matapayos: oui je l'ai vue, c'est le film dont parle cet article justement.
     
  13. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    Non A_mir je ne l'ai pas pris contre moi wallah, j'ai juste explique ma vision des choses. je ne suis pas tjrs d'accord avec leurs articles mais le plus important pour moi est 2isstifafa meme si on doit lire des propos qu'on n'acceptent pas. Telquel a essaye de rester neutre en ce qui concerne "Marock", ils ont parle de la "realite" marocaine et puis encore les tabous en terme de religion et societe.

    Merci a toi [06c]

    MATAPAYOS: la photo de la Une n'a pas ete faite par le magazine mais c un extrait du film lui meme. Elle a ete juge choquante au sein du forum et c pour ca que je ne l'ai pas mise. [06c]
     
  14. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    @casawia: oui c est vrai tres choquante , w telquel ma le9at ghir dak l extrait du film bach ses numeros yteba3ou mezian
     
  15. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    c normal! ils jouent sur le consomateur comme ils veulent...mais bon ds un autre sens.....le film est deja ds les salles de cinema marocaines [07h]
     
  16. fassi

    fassi Citoyen

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    38
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    khti casawia ils ne sont pas neutre : quand ils disent au debut c pour ca qu'on l'aime. ou est la neutralité la?

    en ce qui concerne le film, au debut c t interdit au maroc, mnt c permis, mais ki a pris c decision a la fin?

    leila merrakchi a su comment faire remplir sa tire-lire, en projetant tous ce dont on ne veut pas parlé sur le grand ecran, et il y aura une generation qui croira que tous ca est normal et la vie continue...
     
  17. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    oui c vrai, j'ai pas aime cette contradiction

    Extrait de l'article:

    Censure. La commission a dit oui

    Marock a passé avec succès la redoutable épreuve de la commission de censure, cette instance qui statue sur la “correction” de tout film avant de lui délivrer un visa d'exploitation en salle. Aucune scène n'a été censurée mais le film, et c'est là un moindre mal, a été estampillé “interdit aux moins de 12 ans”. La décision, qui a été rendue au nom de l'Etat marocain, a été le fruit des travaux d'une commission représentant les départements suivants : les ministère de la Culture et de la Communication, le centre cinématographique marocain (CCM) et les délégués de la chambre d'exploitation et de distribution des films. “D'habitude, nous explique une source autorisée au CCM, la commission de censure peut faire appel au ministère des Habous pour les films qui posent un problème religieux… Tel n'a pas été le cas de Marock, qui a été interdit aux moins de 12 ans pour les allusions sexuelles et les dialogues qu'il comporte”. Rappelons au passage qu'il fut un temps où le ministère des Habous (et celui de l'Education nationale) siégeaient régulièrement à ladite commission de censure.
     
  18. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    wakha hakdak raha ghalyia 50 dh!!! 3emeri cheritha fel meghrib kankhlihoum heta yedirou le nº online w ne9erah 3ela khateri.
    50 dh nechri biha les journaux dial semana w 9hiwa dialhoum en plus [22h]
     
  19. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    J´aimerais voir le film avant de le juger tout en se méfiant des articles publié par la presse....et je ne crois pas que Telquel est notre sujet de discussion ici.
     
  20. manisman

    manisman Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Marock. Le film de tous les tabous

    ana maak adilol hadi qallet aladab onssat rah almojtame almaghrebi rah meslem rah faqat bagha trbeh liha shweyat lflos ala hessab almgharba we addin lah ihdeha osafi
     

Partager cette page