Marouane Chamakh marque son 9ème But

Discussion dans 'France' créé par simo160, 15 Mars 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Bordeaux redécolle
    [​IMG]

    Après la claque reçue à Toulouse (3-0), les Girondins de Bordeaux se sont repris face Nice (2-1), lors de la 28e journée de Ligue 1. Avec ce succès et avant les rencontres de dimanche, les hommes de Laurent Blanc prennent provisoirement position sur le podium du championnat (3e). Nice reste 8e.
    BORDEAUX-NICE : 2-1
    Buts : Chamakh (19e) et Henrique (48e) pour Bordeaux - Bamogo (24e, sp) pour Nice

    Les Girondins se sont appliqués à la vengeance en gardant fraîches leurs blessures. Depuis la gifle reçue par Toulouse (3-0) le week-end dernier - le pire camouflet dans un derby de la Garonne depuis 1946 -, Laurent Blanc a haussé le ton et réorganisé ses plans. La mise à pied de Fernando a été vécue comme une "mini-tornade", tout comme l'indisponibilité de Cavenaghi. Mais l'ancien international a de la ressource et de la suite dans les idées. L'association de Bellion et Chamakh à la pointe de l'attaque et l'abattage de Gourcuff ont suffi pour le tirer provisoirement de sa réserve. "La blessure de notre meilleur buteur est une chance pour les autres de briller", avait-il prévenu, attendant de la réaction et de la cohésion. Son message a trouvé bon entendeur. Nice, à la recherche d'un premier succès à Chaban-Delmas depuis 1977, en a de nouveau fait les frais (2-1).

    Chamakh, le déclic

    Solidement posés à l'entrejeu dans le sillage de Gourcuff et Wendel, les Girondins ont retrouvé des couleurs. Sans le crâne de Kanté (3e) et les réflexes d'Ospina (8e, 11e), Gourcuff aurait pu inscrire son septième but. Finalement, la délivrance est venue de Chamakh, à la réception d'un de ses tirs dévissés (1-0, 19e). Pourtant, la sérénité n'est pas de mise. Car la charnière centrale girondine n'est pas tout à fait au diapason d'une attaque bien rodée. Une bévue de Diawara est près d'offrir à Rémy son premier but en sept journées (6e). L'attaquant d'origine martiniquaise, formé à Lyon, se transforme peu à peu en poison. Sa force d'accélération fait souvent mouche face à Chalmé et Henrique. Si Diarra lui barre in extremis le chemin des filets (13e), sa vivacité gêne Ramé sur un centre d'Apam, qui entraîne le penalty de l'égalisation, transformé par Bamogo (1-1, 24e).

    Blanc ne perd pas la tête pour autant. Henrique non plus. Le défenseur brésilien ponctue du front un centre de Wendel (2-1, 48e). Dès lors, la plus grande force girondine aura été de tenir le résultat pour prolonger sa série d'invincibilité dans son antre (vingt-huit matches de Ligue 1). Cette victoire a le mérite de calmer les esprits et de mettre fin à une piètre série (deux victoires, quatre nuls et trois défaites) qui les avait fait plonger aux portes des places européennes. Désormais troisième avant le choc PSG-OM, Bordeaux a prouvé qu'il savait gagner sans son "goleador", trouver des solutions dans la "crise" et réagir avec aplomb. Au grand dam des Aiglons.

    LA DECLA : Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux)


    "Comme toutes les victoires, elle fait du bien, mais celle là encore plus, car on en avait besoin après le match très délicat à Toulouse. Ce soir, les joueurs ont fourni une belle réponse. Le match a été de qualité, notamment en première période, que ce soit Bordeaux ou Nice. On l'a gagné, on est heureux, et je dois dire un merci au public que j'ai bien aimé. Après le non match que l'on a fait à Toulouse, eux (les spectateurs) aussi ont été très bons. Outre le fait qu'on a marqué deux buts, on s'est créé des occasions, Nice aussi, il y a eu du jeu. On a retrouvé certaines vertus techniques qui nous ont permis de mettre en difficulté cette équipe qui n'est pas facile."


    Eurosport
     

Partager cette page