Masters Cup Londres : Del Potro et Federer y sont

Discussion dans 'Tennis' créé par simo160, 27 Novembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    En battant Roger Federer au terme d'un très bon match (6-2, 6-7, 6-3), Juan Martin Del Potro s'est qualifié jeudi pour les demi-finales du Masters de Londres. L'Argentin profite d'un meilleur pourcentage de jeux gagnés pour éliminer Andy Murray. Federer est lui aussi qualifié dans le groupe A.

    MASTERS (Londres), groupe A :


    . Juan Martin Del Potro (ARG, 5) bat Roger Federer (SUI, 1) : 6-2, 6-7(5/7), 6-3

    Un jeu. Tout s'est joué à un jeu entre Juan Martin Del Potro et Andy Murray pour accompagner Roger Federer en demi-finale du Masters. Dans un groupe qui aura réjoui tant les amateurs de mathématiques que les inconditionnels de Hitchcock, le cas de figure le plus improbable s'est finalement passé avec trois joueurs pour deux places lors d'un set. Un Suisse, un Argentin et un Ecossais sont dans un bateau, qui tombe à l'eau ?

    Les esprits les plus retords affirmeront que Federer, déjà qualifié après avoir marqué un jeu dans le troisième set face à Del Potro, n'a peut-être pas tout donné pour arracher la victoire, sinon au moins un 4e jeu qui aurait sorti l'Argentin de la course au dernier carré en même temps qu'il aurait qualifié Murray. Oui mais quand on connaît l'inimitié qui lie le n°1 mondial au Britannique... mais laissons cela aux tabloïds. Le fait est que Juan Martin Del Potro méritait bien sa qualification. Peut-être même plus que Murray, assez attentiste contre Verdasco plus tôt dans la journée.

    Murray à quai

    Après tout, la Tour de Tandill ne vient-elle pas de battre pour la 2e fois de rang le roi Roger en personne ? Le géant sud-américain a confirmé au passage que sa finale victorieuse à l'US Open ne devait rien au hasard ni à la chance des débutants. Lui qui avait été dominé lors de ses six premières confrontations face à l'Helvète a semble-t-il trouvé la parade et ce même si, à bien y regarder, la recette a l'air assez basique. Un coup droit explosif par-ci, un revers supersonique par-là et une première balle à assommer un bœuf pour être tranquille sur sa mise en jeu. En 2h08 de jeu, Federer ne sera jamais parvenu à breaker son adversaire. Un cas de figure que le Suisse n'a pas dû souvent connaître dans sa carrière !

    Le grand mérite de JMDP aura été de croire à ses chances jusqu'au bout. Même après la perte du second set alors qu'il menait tout de même 5 points à 4 avec deux services à suivre dans le tie-break. L'Argentin a-t-il fait ses calculs à l'entame de la dernière manche ? Toujours est-il qu'à 3-3, alors qu'un jeu de Federer suffit à le sortir de la course, il sauve trois balles de break et se met à retrouver sa frappe à la sécheresse "safinesque". Face à un adversaire qui se bat pourtant jusqu'au bout, il termine en trombe cette dernière manche qu'il conclut finalement sur un ace. Au classement de ce groupe, Federer termine donc en tête avec un jeu-average de +4, Del Potro présente un bilan de +2, soit un de plus que Murray (+1), dindon de la farce de ce "qui perd gagne" à trois !

    . Andy Murray (GB, 4) bat Fernando Verdasco (ESP, 8) : 6-4, 6-7(4), 7-6(3)

    Face à un adversaire déjà éliminé, l'Ecossais a dû batailler pendant près de deux heures, montrant des signes d'impatience et d'agacement qui trahissaient bien la nervosité du numéro 4 mondial. Pourtant, Murray ne pouvait pas prétendre que le jeu de Verdasco ne lui convenait pas, lui qui avait dominé l'Espagnol 7 fois lors de leurs 8 confrontations. Le Britannique a en effet tout le loisir, grâce à sa vista et son anticipation, de s'appuyer sur la puissance de la frappe de Verdasco pour mieux le contrer. C'est ce qu'il met en pratique en début de match, où un seul break va lui suffire pour empocher la première manche (6-4). Le Madrilène commet beaucoup trop de fautes directes pour espérer inquiéter Murray sur son service mais au moins a-t-il le mérite de s'accrocher sur son propre engagement. Au courage, il efface huit balles de break au cours de cette manche pour emmener son adversaire au tie-break. Dans ce jeu décisif, Murray, qui a dû sauver une balle de set à 4-5, va payer ces occasions ratées. Placé sur le reculoir par les coups de boutoir ibériques, le sujet de Sa Majesté craque en terminant cette manche sur une double-faute et se retrouve embarqué dans un set décisif.

    Math Sup-Math Spé pour les demi-finales

    Si sa raquette n'est pas loin de voler en éclat, l'Ecossais parvient finalement à se maîtriser. Toujours aussi serein sur sa mise en jeu, il continue de distribuer le jeu depuis sa ligne de fond de court quand Verdasco riposte à grands renfort de coups droits pleine puissance. Le sort ne parvient pas à départager ces deux tactiques et c'est tout logiquement qu'un nouveau tie-break vient officier en juge de paix. Plus frais, plus lucide que son adversaire qui dispute son 3e match en trois sets et qui boîte bas lors des derniers points du match, Andy Murray fait entendre raison à son valeureux rival qui aura eu le mérite de combattre jusqu'au bout. Une dernière volée liftée de coup droit "à la desperado" dans le couloir et c'est terminé, Murray s'impose 7 points à 3 dans ce tie-break. Mais, au "jeu-average", l'Ecossais est finalement contraint à prendre la porte de sortie.


    Eurosport
     

Partager cette page