Masters Paris-Bercy : Nadal recadre Tsonga

Discussion dans 'Tennis' créé par simo160, 13 Novembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Rafael Nadal a fait chuter le tenant du titre Jo-Wilfried Tsonga en quart de finale à Bercy (7-5, 7-5). Cette défaite élimine Tsonga de la course au Masters de Londres pour lequel Verdasco est définitivement qualifié. Auparavant, Djokovic a sorti Söderling 6-4, 1-6, 6-3.

    M1000 Paris-Bercy, quarts de finale :

    Rafael Nadal (ESP, 2) bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA, 8) 7-5, 7-5
    Prochain adversaire : Djokovic.

    Rafael Nadal est plus solide que le mur de Berlin. La défense du N.2 mondial, un peu plus affûté que lors de ses deux premières rencontres dans le POPB, a résisté aux coups de boutoir (coup droits et services) de Jo-Wilfried Tsonga, pour se qualifier pour les demi-finales. C'est la deuxième fois qu'il atteint ce niveau après sa finale en 2007. Pour Tsonga, qui perd un titre acquis après un parcours flamboyant en 2008, c'est le retour à un sentiment qui aura dominé sa saison : la frustration. Deuxième remplaçant pour le Masters de Londres, derrière Robin Söderling, le Français ne sait pas encore s'il se rendra dans la capitale londonienne. Nadal, que l'on sent encore fragile physiquement, retrouve par moments ce qui a rendu son tennis irrésistible l'an passé. Il s'évertue surtout à en conserver les fondations : la défense et le contre.


    Un schéma de jeu qui fait mal

    Toni Nadal et son neveu avait pris un malin plaisir à faire de Tsonga le "favori" de cette rencontre, et de rajouter que les conditions ne favorisaient pas le Majorquin. Surface trop lente, court en indoor ou pas, Nadal, déjà finaliste en 2007, savait parfaitement comment organiser son tennis : jouer le revers de Tsonga dès que possible et plus généralement pousser ce dernier à courir derrière son coup droit. Tant que le leader du tennis français a su sortir de ce cadre de jeu, il a tenu Nadal en respect et il a même surclassé. Le problème, c'est qu'au jeu de casse-briques, il lui a manqué un peu de poids en revers pour ouvrir définitivement les brèches.

    Au premier set, Tsonga a eu cinq balles de break. Dès le premier jeu (deux) puis trois à 3-2 (0/40). Nadal a très bien servi sur la plupart de ces balles de break, mais il restera un échange sur lequel Tsonga pourra nourrir des regrets : A 15/40, Tsonga monte sur un excellent coup droit côté revers, mais sur sa volée de revers, il tente un contre-pied. Nadal le lobe astucieusement. Il n'aura plus d'autres occasions aussi nettes. Dans la seconde manche, il n'aura d'ailleurs qu'une seule balle de break de plus.

    Tsonga s'est progressivement épuisé à tourner autour de son revers. En service et en coup droit, JWT c'est Cassius Clay. En revers, face à des joueurs du calibre de Nadal, c'est trop souvent "Bisounours". Nadal, sans être exceptionnel, a calmement imposé le schéma de jeu : jouer revers et surprendre le Français si nécessaire en montant au filet sur son propre engagement. Quand Tsonga a eu l'énergie de frapper ses coups droits très loin côté revers, Nadal a fait le dos rond. Dès que le jeu de jambes n'a plus été aussi précis, l'Espagnol a pris le match à son compte. "C'est à l'image de ma saison. J'ai les occasions. J'ai tout ce qu'il faut dans la raquette pour terminer, mais finalement je ne le fais pas", a-t-il commenté. Il y a eu trop de matches cette année où j'ai eu dix ou douze balles de break sans en faire une". Le Manceau a aussi admis du bout des lèvres qu'il s'était ressenti de la douleur aux poignets qui l'avait contraint à l'abandon la semaine dernière à Valence, mais sans s'apesantir sur le sujet. "Le jour où je serai plus fort que lui je le battrai, mais pour le moment ce n'est pas le cas", a-t-il dit. C'est la troisième fois depuis son inoubliable demi-finale de l'Open d'Australie 2008 que Tsonga est dominé par le Majorquin, la quatrième au total. Quant à lui, Nadal aura l'occasion de vérifier samedi en demi-finale, s'il mérite le surnom de "mur de Bercy"...

    Novak Djokovic (SER, 3) bat Robin Söderling (SUE, 9) 6-4, 1-6, 6-3.
    Prochain adversaire : Nadal.


    Eurosport
     

Partager cette page