Mauvaise foi

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 10 Octobre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Selon Attajdid, la création de banques islamiques en France ferait perdre 23 milliards de dirhams par an au Maroc.

    Attajdid s’est de nouveau distingué. Mardi dernier, en pleine crise financière mondiale, le journal du PJD a contribué au débat en publiant, en gros titre de Une, cette surprenante information : “L’intégration par la France du modèle de financement islamique dans son système bancaire menace de faire perdre au Maroc 23 milliards de dirhams par an, soit l’équivalent des transferts des MRE* de France en 2007”. Rien que ça.


    Se basant sur un rapport du Sénat français préconisant une telle “intégration”, ainsi que sur les prémonitions d’un “expert bancaire”, la prophétie du journal islamiste se base sur trois a priori. Primo : tous les Marocains de France s’identifient d’abord comme musulmans, avant de s’identifier comme Marocains (Attajdid n’envisage même pas, en passant, qu’ils puissent s’identifier comme Français). Secundo : la disponibilité de produits bancaires islamiques en France changerait instantanément les habitudes d’épargne et de crédit de tous ces gens, soit environ un million de personnes. Tertio : ce million de personnes, pour peu qu’on flatte leur “islamité”, cesseraient immédiatement de transférer de l’argent vers leur pays d’origine.

    Ces trois préalables sont, bien entendu, faux. D’abord, les transferts de fonds des MRE vers le Maroc sont d’abord et avant tout destinés aux membres de leurs familles relativement démunis qui vivent encore au “bled”. Cela ne va pas changer de sitôt, à moins de considérer que les émigrés marocains en France sont tous des massakhit l’walidine (“maudits par leurs parents”). Ce qu’Attajdid n’ira pas jusqu’à considérer - du moins, on l’espère. Ensuite, ce n’est pas parce qu’on est musulman qu’on est forcément attiré par le modèle de financement islamique (en gros : partager les gains (ou les pertes) d’un investissement avec le prêteur, plutôt que de lui payer des intérêts religieusement illicites). C’est une philosophie qui se défend, mais qui n’est pas forcément celle de tous les musulmans.

    Enfin, et c’est le plus important, tous les émigrés marocains en France, et notamment ceux des deuxième et troisième générations, se considèrent-ils forcément comme “musulmans” ? C’est loin d’être une évidence. Culturellement, ils le sont, puisqu’ils ont été élevés par des parents ou des grands-parents respectueux, dans leur grande majorité, de la religion de leurs ancêtres. Mais la situation des Marocains du Maroc n’est pas transposable à la situation des Marocains d’Europe, et de France en particulier. Là-bas, ce n’est pas comme ici : on ne naît pas musulman, légalement parlant, par simple effet de filiation. La France est une terre laïque, et un citoyen, même d’origine maghrébine, n’a a priori pas de religion – à moins qu’il ne déclare publiquement, par conviction personnelle, son adhésion à l’islam. Un sondage sur cette question a-t-il jamais été réalisé en France, ou ailleurs en Occident, auprès des populations dites “musulmanes” ? Ce n’est pas parce que les médias occidentaux les désignent abusivement ainsi, juste pour accréditer les thèses plus ou moins racistes du “danger vert” porté par les émigrés, qu’il faut les prendre à la lettre.

    Au Maroc, la laïcité est un combat encore minoritaire, mais qui gagne du terrain chaque jour. En Europe, et notamment en France, c’est une réalité institutionnelle. Là bas, on considère à raison que la foi est une affaire de choix individuel, et que personne n’est censé “naître croyant”, et encore moins adepte de telle ou telle foi (l’islam tout autant que le christianisme ou la judaïsme, d’ailleurs).

    Les gens d’Attajdid et leurs semblables ne sortiront sans doute jamais de leurs fantasmes d’“Oumma” unie et indivisible. Ce n’est pas une raison pour les laisser dire n’importe quoi. Et notamment pas subordonner un marchandage politique avec le gouvernement (oui ou non, y aura-t-il des “banques islamiques” au Maroc ?) à un alarmisme de mauvaise foi sur les transferts des émigrés – qui représentent, ne l’oublions pas, la première source de revenus de notre pays. Un peu de tenue, mes frères…


    http://www.telquel-online.com/342/edito_342.shtml

    dsl, je viens de remarquer que cet édito est DP sur scoop.
    http://www.wladbladi.com/forum/scoo...o-u-o-u-u-o-o-o-u-u-23-u-u-uso-o-o-o-u-u.html
    aux modos d'agir.
    avec mes réspects.
     

Partager cette page