Meknès: 32 millions de DH pour un village d’artisans

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 28 Juin 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    · Le textile en tête des activités artisanales à Meknès-Tafilalet.
    · La concurrence des produits industriels handicape le secteur
    · Un complexe d’exposition pour relancer le secteur

    VIVIER de métiers traditionnels, la région Meknès-Tafilalet occupe le 6e rang sur le plan national au niveau des exportations des produits artisanaux. Elle dispose aussi d’un savoir-faire spécifique, notamment en ce qui concerne l’art du bois (sculpté, teint), du tissage (tapis, hanbel, broderie..), du fer forgé et damasquiné, du cuir et de la céramique, des pierres taillées et des fossiles (Erfoud).


    Le secteur est un grand pourvoyeur d’emplois avec près de 50.310 artisans, soit 7,4% de la population active, et ses retombées sociales sont importantes. Mais il est loin de connaître le développement souhaité au regard du niveau de ces différents indicateurs de performance. Cela s’explique, selon Rachid Bennaciri, délégué régional du ministère de tutelle à Meknès, par des contraintes liées essentiellement à la faiblesse des ressources financières et au manque d’organisation et d’approche commerciale moderne. Le secteur souffre aussi de la forte concurrence des produits industriels, des mutations dans les modes de consommation et du faible niveau de productivité. Ce qui limite la capacité des unités artisanales à répondre à des commandes importantes. A cela s’ajoute la flambée des prix de matières premières à l’international. Aussi, comme partout au Maroc, les artisans de la région sont-ils en mauvaise posture. Des pans entiers de l’artisanat sont même en voie de disparition, tels les tisserands traditionnels, les babouchiers, les ferronniers…
    Cependant, bon nombre de professionnels croient encore en l’avenir du secteur. Ils tablent sur les différents projets inscrits dans le plan de convergence entre l’artisanat et le tourisme, lancé par le ministère du Tourisme, pour retrouver un nouveau souffle. Notamment face à la forte concurrence des produits étrangers entre autres asiatiques et aux nouvelles donnes du marché. «Nous comptons beaucoup sur l’aide du ministère de l’Artisanat pour relancer le secteur et permettre à des milliers d’artisans de subvenir aux besoins de leurs familles», indique Mohamed Yamani, artisan meknassi.
    Pour rappel, ces projets visent à revaloriser les espaces de vente existants et en développer de nouveaux pour promouvoir l’artisanat ainsi que l’utilisation des hôtels, maisons d’hôtes comme des canaux de promotion et de distribution d’artisanat. De nouveaux centres d’artisanat sont programmés dans les villes culturelles. Des ateliers de finition, vente et animation dans les fondouks et en musée dans les médinas sont également prévus.
    Il s’agit aussi de mettre en place des villages d’artisans permettant aux touristes de suivre de près toute la chaîne de valeur, du traitement de la matière première à la commercialisation de produits finis. A ce titre, un village dédié à l’artisanat a été créé à Meknes. Ainsi, selon ses promoteurs, le projet Rimka offrira les meilleures conditions de travail aux artisans, à travers le regroupement des métiers artisanaux dans le même espace. Il est installé sur 8 hectares et destiné à abriter plus de 200 artisans. «Ce projet, d’un montant d’investissement de 32 millions de DH, vient renforcer les projets réalisés dans le cadre de l’INDH» (Initiative nationale pour le développement humain), ajoutent les responsables locaux.

    Plus de 20.000 unités


    L’ARTISANAT à Meknès-Tafilalet occupe près de 50.310 artisans. La ventilation selon les principaux métiers montre que le textile est la branche la plus importante avec 18.181 artisans. Elle est suivie par le travail du bois, de la terre et du cuir avec respectivement 6.736, 5.548 et 3.068 artisans. Le reste est réparti entre le travail des métaux, la vannerie et les services. Le secteur compte près de 20.557 unités artisanales.
    La production vient en tête avec 11.852 unités suivie des services avec 8.705 unités, 56 coopératives avec 11.48 adhérents et 45 associations composées de 3.918 adhérents.

    Rachida BAMI
    L'économiste

     

Partager cette page