meme le JOURNAL (ABC: DROITE ESPAÑOL) TE3LIH EL POLIZARIO F RASSE

Discussion dans 'Scooooop' créé par MATAPAYOS, 27 Janvier 2006.

  1. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Le journal ABC appelle à réfléchir à l'expulsion du Polisario des îles Canaries
    Posté par Virtuoz le 26/1/2006 14:26:40 (2 lectures)
    Le journal espagnol ABC a appelé jeudi à réfléchir à l'expulsion du "polisario" des Iles Canaries, après la tentative des séparatistes de saboter une conférence internationale sur le Sahara, organisée par un forum de débat indépendant et soutenue par le gouvernement autonome canarien.

    Dénonçant le lynchage auquel a été soumis le Directeur général canarien des relations avec l'Afrique, Luis Padilla, de la part du "polisario" et de leurs soutiens aux Iles Canaries, le journal met à l'index "les organisations radicales liées aux mouvements arabes séparatistes au Sahara", en allusion aux associations canariennes de soutien au "polisario".
    "Les radicaux arabes veulent paralyser toute action liée au dialogue autour de la question du Sahara", note le journal.

    "Cet agenda dicté depuis Alger empêche l'archipel des Canaries de tracer sa propre ligne des relations internationales en toute objectivité et avec une vision sur le futur", affirme ABC qui s'élève contre le "grave lynchage auquel a été soumis le Directeur général des relations avec l'Afrique de la part des radicaux arabes qui veulent monopoliser un débat insulaire sur le Sahara dans le pays qui les accueille".
    Sortant en défense des organisateurs de la conférence "Sahara: Visions pour le futur", ABC souligne "le plus intéressant en réalité dans cette conférence est la présence de hautes personnalités de l'Onu, qui destine chaque année 47 millions de dollars pour maintenir le calme dans la région, avec la participation de onze professionnels".
    "La présence des radicaux arabes (le polisario) aux Iles Canaries a été respectée depuis 30 ans du moment qu'ils ont commencé à parler du Sahara", relève le journal, précisant qu'en "moins de 10 ans le gouvernement canarien a débloqué près de sept millions d'euros et personne n'a vérifié la destination de cette aide (...) discutable".
    Si les séparatistes du "polisario" se trouvent aux Iles Canaries "qu'ils sachent qu'il existe un gouvernement capable d'assumer ses décisions en marge des extorsions", ajoute ABC, notant que l'Archipel accueille des personnalités et des citoyens d'anciennes colonies espagnoles ayant des problèmes internes, comme la Guinée Equatoriale et Cuba. Ces derniers, ajoute-t-il, "font la Une de l'actualité quand ils célèbrent leur journée nationale ou pour être de bons professionnels".
    "C'est le moment de réfléchir si les radicaux arabes qui jettent le doute sur le pays qui les accueille méritent leur présence parmi nous", conclut le journal espagnol.

    MAP

    Las Palmas, 26/01/06-. Le journal canarien "La Provincia" a dénoncé jeudi la tentative de sabotage de la conférence "Sahara: Visions pour le futur" par certains politiciens canariens amis du "polisario", affirmant que les séparatistes sont responsables de l'impasse actuelle dans la région en s'en tenant à des positions passéistes.

    "S'il y a quelqu'un qui a le plus besoin de convaincre l'opinion publique c'est la fantomatique +rasd+ établie dans les camps de Tindouf dans le sud de l'Algérie et dont le budget est alimenté par l'abondante aide humanitaire étrangère", écrit Angel Tristan Pimieta dans une chronique intitulée: "Les erreurs du polisario".

    Le directeur du plus important journal canarien se demande si cette aide étrangère "n'est pas en fait une raison pour éterniser la recherche d'une solution actualisée et réaliste du problème", exprimant son étonnement face à l'immobilisme des séparatistes dans "un monde qui évolue".

    Il s'interroge aussi sur les véritables desseins des "saboteurs" de la conférence et sur l'intérêt pour apporter à l'archipel leur "plate-forme pour la paix" qui "non seulement a décliné l'invitation de participer à la conférence mais a expliqué que cette réunion est neutre, et la neutralité n'est nullement une voie qui mène vers la solution".

    "Il faut partager les thèses du polisario du début à la fin ou on est taxé d'agent de l'ennemi, de compagnon de voyage, d'imbécile utile, une terminologie de prédilection du marxisme nihiliste", ajoute le journal.

    "C'est ahurissant que l'on utilise des arguments démocratiques pour organiser une manifestation contre une activité qui n'a pour objectif que de réunir autour de la même table ceux qui ont des points de vue différents sur la question, dont des experts de renommée et des hauts fonctionnaires de l'Onu", souligne "La Provincia".

    Le premier tirage de la presse canarienne a vertement critiqué les saboteurs de la conférence et leur acharnement contre les organisateurs de la rencontre, estimant que leurs arguments "sont tout simplement non fondés et le sont à tel point qu'ils suscitent la honte des autres".

    "Abstraction faites des démagogies et des bobards, il s'agit d'une excellente occasion pour parler du Sahara et pour avoir l'opportunité d'écouter des personnages qui ont été des acteurs directs ayant une profonde connaissance de ce qui arrive à quelques miles marins de l'Archipel canarien", estime le journal.

    La publication juge nécessaire un tel débat sur une question de grande importance pour les Canaries, s'étonnant du refus des amis du "polisario" "d'assister (à la conférence), d'écouter ce que l'on dit et de faire un Master gratuit sur un thème d'une importance géostratégique pour les Canaries".

    "C'est impossible de nier que le plus grand responsable de la situation actuelle c'est le polisario", souligne "La Provincia", rappelant les atrocités commises par les séparatistes dans les années 80.


    MAP
     

Partager cette page