Meurtre sauvage sur l'autoroute A13... Mohamed, lynché et tué devant sa famille

Discussion dans 'Scooooop' créé par ringo, 24 Juillet 2010.

  1. ringo

    ringo Accro

    J'aime reçus:
    196
    Points:
    63
    histoire triste ... pauvr muhemmed :(


    Un jeune homme de 30 ans, a été lynché et tué par une dizaine de voyous après un léger accrochage survenu le 27 juin 2010 sur l’autoroute A13 à hauteur des Mureaux, dans les Yvelines.


    Agression autoroute : Mohamed, "tué par des barbares, des sales cons" sur l' A13 !
    Un enquêteur a dû mal à cacher son écœurement à l’égard des agresseurs. « Ce sont des barbares, des sales cons ! Il faut l’écrire ! » Dans un langage plus policé, le procureur de Versailles, Michel Desplan, souligne le sort de la victime, « tuée d’une manière sauvage, avec une violence incroyable ».

    Policiers et magistrats s’accordaient,lundi 28 juin au soir, pour ne trouver aucune circonstance atténuante aux meurtriers de Mohamed. Cet homme de 30 ans est décédé à l’hôpital Georges-Pompidou (Paris XVe) dans la nuit de dimanche à lundi. Il a succombé des suites de ses blessures après une rixe survenue vingt-quatre heures plus tôt sur l’autoroute A13, dans les Yvelines.

    Les faits se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1 heure du matin. Trois voitures se suivent et prennent l’A13 à hauteur de Chapet. A l’intérieur des véhicules, les parents, leurs trois fils et leurs petites amies. Ils viennent de passer la soirée dans les environs chez d’autres membres de leur famille et sont maintenant sur le chemin du retour, direction la Seine-et-Marne.

    « Vous n’allez pas faire vos Français ! »

    A la bretelle d’entrée d’autoroute suivante, celle des Mureaux, une Renault Clio force le passage et érafle l’Audi A3 à l’intérieur de laquelle Mohamed est simple passager. Tout le monde s’arrête sur la voie d’urgence. Les Seine-et-Marnais veulent établir un constat amiable. La conductrice de la Clio et un passager ne veulent pas en entendre parler.

    « Vous n’allez pas faire vos Français ! » disent-ils à la famille de Mohamed. Le ton monte. Le passager de la Clio téléphone à des amis. Il faut moins de cinq minutes pour que déboulent deux voitures en provenance de la cité des Musiciens. Ce quartier sensible des Mureaux est distant de moins d’un kilomètre de l’autoroute. Dix à onze hommes descendent. Le passager de la Clio, très excité, harangue les renforts : « Il faut les tuer ! » Ses amis s’exécutent, et assènent coups de poing et coups de pied à toute la famille, y compris les femmes. En tout, quatre personnes seront blessées et se verront prescrire entre deux et six jours d’incapacité totale de travail. Mohamed, qui, d’après une source judiciaire, n’était pas intervenu dans les débats, est pris plus particulièrement pour cible. Il est lynché sous les yeux de ses parents, fait un œdème cérébral et est abandonné par ses agresseurs en état de mort clinique. Son autopsie sera pratiquée jeudi et devra déterminer si des armes ont été utilisées. A priori, non.

    Deux suspects ont été interpellés quelques minutes après le drame. Les policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) des Mureaux ont le signalement d’un véhicule utilisé par les barbares. Une Peugeot 106. Ils la repèrent sur l'autoroute A13 et interpellent les deux jeunes à son bord. Il s’agit d’habitants des Musiciens, âgés de 21 et 22 ans, « abondamment » connus des services de police, selon une source proche du dossier. En garde à vue, ils ont reconnu avoir été sur le lieu du drame mais assurent ne pas avoir participé au drame.

    Ils ont été présentés lundi après-midi à un juge d’instruction qui les a mis en examen pour «meurtre et violences volontaires en réunion». Le parquet de Versailles a requis dans la soirée leur placement en détention.

    L’enquête a été confiée à la sûreté départementale des Yvelines, qui a déjà dénoué plusieurs affaires qui avaient pour cadre les tristement célèbres cités des Mureaux. La plaque d’immatriculation de la Renault Clio a été relevée par un témoin, mais elle ne correspond à aucun véhicule. La voiture a pour l’heure disparu.

    Interrogée lundi soir, une source policière évoque la dignité de la famille de la victime et la sobriété de leurs témoignages, et les oppose aux déclarations des suspects. «Quelqu’un est mort, mais pour eux ce n’est pas grave…»

    Mohamed, tué à 30 ans sous les yeux de sa famille par des sauvages, habitait Torcy, en Seine-et-Marne et travaillait dans une imprimerie.
     
  2. la3ziza

    la3ziza Visiteur

    J'aime reçus:
    62
    Points:
    0
    Et bien sûre et comme toujours et une fois encore, les autorités marocaines vont dénoncer ceci
    oui et aprés ça va être quoi ? ça sera le "walou" comme d'acoutumé et ça va continuer !!!
     
  3. ringo

    ringo Accro

    J'aime reçus:
    196
    Points:
    63
    il est algérien ! MOMO.
     
  4. la3ziza

    la3ziza Visiteur

    J'aime reçus:
    62
    Points:
    0
    ah ok
    n'empêche que ce que j'ai dis à propos de nos autorités est vrai
     
  5. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    la 7awla wala 9owata illa bi Lah
    Allah ira7mou w sebbar nassou
     

Partager cette page