Microsoft donne PhotoDNA à la police pour lutter contre la pédophilie sur le Net

Discussion dans 'High tec' créé par RedEye, 28 Mars 2012.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    Microsoft donne PhotoDNA à la police pour lutter contre la pédophilie sur le Net, un fléau en progression constante d'après l'éditeur

    En 2009, Microsoft mettait au point avec l’Université privée Darthmouth College, située dans la ville de Hanover aux Etats-Unis, une technologie baptisée PhotoDNA. Cette dernière permet de mieux traquer les images à caractère pédophile qui polluent la Toile.

    Offerte dans un premier temps au National Center for Missing and Exploited Children (Centre National de Recherche des Enfants Disparus et Exploités ou NCMEC), une organisation américaine travaillant avec le ministère de la justice, elle était proposée aux différents fournisseurs d’accès dans le but de les aider dans leur lutte contre les images à caractère pédophile.

    En partenariat avec la société suédoise NetClean Technologies, une entreprise qui développe elle aussi des solutions logicielles pour combattre la circulation sur Internet de ce type de contenus, Microsoft donne aujourd'hui PhotoDNA aux forces de l’ordre pour qu’elles puissent détecter et combattre les actes d'abus sexuels sur les enfants.


    PhotoDNA crée une signature unique pour une image numérique qui pourra être comparée aux signatures d’autres images qui circulent sur la Toile pour trouver des correspondances. Cette signature, dite « robuste », permet de traquer des copies de l’image même si elle a été redimensionnée ou modifiée.

    PhotoDNA permet aussi de rechercher sur le réseau social les enfants portés disparus. Le réseau social Facebook, qui voit l’échange de plusieurs millions de photos, a adopté cette technologie en début d’année 2011 pour contrer la diffusion d'images sexuelles de mineurs.

    Cette technologie bloque ensuite les images reconnues comme délictueuses et oriente la police vers la source de l’image.

    D'après Bill Harmon, de la Digital Crimes Unit de Microsoft, ce genre de contenus ne cesserait de croître sur la Toile. Et les victimes seraient de plus en plus jeunes. « Depuis 2002, le NCMEC a passé en revue plus de 65 millions d’images et de vidéos à caractère pédophile. Les images sont de plus en plus violentes et les victimes de plus en plus jeunes : 10% des images examinées par le NCMEC concernent des enfants en bas-âge et des nourrissons ».

    Source FR: Developpez.com
    Source EN: Microsoft
     

Partager cette page