Mise sous contrôle de l'arsenal chimique syrien : une possible "percée" pour Obama

Discussion dans 'Info du monde' créé par dul2, 10 Septembre 2013.

  1. dul2

    dul2 salam alikom

    J'aime reçus:
    5698
    Points:
    113
    [​IMG]
    La Russie a tenté de reprendre la main dans le dossier syrien, lundi 9 septembre, en proposant à Damas de placer son arsenal chimique sous contrôle international, quelques heures avant l'intervention du président américain devant le Congrès, pour le convaincre de la nécessité de frappes militaires contre le régime de Bachar Al-Assad.

    "Nous appelons les dirigeants syriens à non seulement accepter de placer sous contrôle international leur stock d'armes chimiques, et ensuite à le détruire, mais aussi à rejoindre pleinement l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques", a déclaré le chef de la diplomatie russe, disant espérer une réponse "rapide et positive" de Damas.

    La réponse syrienne n'a pas tardé, par la voix du chef de la diplomatie Wallid Mouallem, qui a dit accueillir favorablement "l'initiative russe, fondée sur les inquiétudes des dirigeants russes concernant la vie de nos citoyens et la sécurité de notre pays".
    • Un développement "potentiellement positif" pour Obama
    Le président américain a qualifié la proposition russe de développement "potentiellement positif" dans le conflit, et a promis de la prendre "au sérieux". M. Obama, qui a accordé des interviews à six chaînes de télévision, a toutefois mis en garde contre toute tentative de diversion du régime de Bachar Al-Assad, et a estimé que ce changement d'attitude était le résultat des menaces de frappes émises par son administration pour punir Damas d'avoir eu recours à son arsenal chimique.

    "Ce à quoi nous assistons à mon avis, c'est que la menace digne de foi d'une frappe militaire des Etats-Unis (...) les a fait réfléchir sur la possibilité de prendre cette mesure", a déclaré le président à NBC. "Et s'ils le font, alors cela pourrait constituer une percée importante. Mais il nous faut rester sceptiques parce que ce n'est pas ainsi que nous les avons vus fonctionner ces deux dernières années" au cours de la guerre civile qui déchire le pays, a ajouté le dirigeant américain. M. Obama doit s'adresser mardi soir à la nation depuis le cadre solennel de la Maison Blanche.

    Lire la note de blog : "Syrie : les Etats-Unis pris de court par l'annonce russe"

    • Le vote du Congrès reporté
    Prévu mercredi, le vote de procédure au Sénat américain sur la résolution d'autorisation du recours à la force en Syrie – des frappes "limitées", d'une durée maximale de 90 jours, sans troupes au sol – a été reporté. "Nous devons faire en sorte que le président ait l'opportunité de parler à tous les cent sénateurs et aux 300 millions d'Américains avant [notre vote]", a annoncé le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid.

    Alors que l'administration Obama se livre, depuis dix jours, à une opération de grande envergure pour convaincre les élus et l'opinion publique de soutenir cette opération, ce report du vote pourrait sauver la face du président américain, qui se heurte à une importante opposition. Dans un entretien à NBC lundi, il a d'ailleurs confié ne pas être certain d'obtenir le soutien des élus – qui nécessiterait soixante voix favorables sur les cent sénateurs. Le New York Times a décompté lundi que vingt-trois d'entre eux s'étaient déclarés pour une intervention à ce jour, vingt-cinq contre, les cinquante-deux autres restant indécis.

    Lire l'éclairage : "Syrie : la Maison Blanche mobilisée pour convaincre le Congrès"

    • Ban Ki-moon appelle à une destruction sous l'égide de l'ONU
    Le secrétaire générale de l'ONU a pour sa part estimé que la Syrie devrait accepter la proposition russe, ajoutant qu'il y aurait dans ce cas "une action très rapide" de la communauté internationale pour s'assurer que ces stocks d'armes chimiques soient détruits.

    "J'étudie la possibilité de demander de manière urgente au Conseil de sécurité d'exiger le transfert immédiat des stocks d'armes et de précurseurs chimiques dans des zones en Syrie où ils pourraient être entreposés en sûreté et détruits", si les enquêteurs onusiens confirment l'utilisation d'armes prohibées dans le conflit syrien, a-t-il précisé.

    Lire : "Au Conseil de sécurité de l'ONU, une longue histoire de blocages"

    • Laurent Fabius pose les conditions françaises
    La proposition russe est "recevable à au moins trois conditions", selon le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius : Bachar Al-Assad "doit s'engager sans délai à mettre sous contrôle international et à laisser détruire l'ensemble de son arsenal chimique", et "cette opération doit se faire sur la base d'une résolution contraignante du Conseil de sécurité, avec un calendrier court et des conséquences fermes s'il ne respectait pas ses engagements", a-t-il dit.


    Le chef de la diplomatie a aussi réclamé "des engagements précis, rapides et vérifiables" de la part de Damas. Il a en outre appelé à la saisine de la Cour pénale internationale pour que soient jugés les auteurs de l'attaque chimique du 21 août dans la région de Damas.

    • "Un grand pas" pour Cameron, "intéressant" pour Merkel

    Le premier ministre britannique, David Cameron, a quant à lui estimé que la mise sous contrôle international de l'arsenal chimique syrien "serait un grand pas", tout en soulignant qu'il fallait s'assurer qu'"il ne s'agit pas d'une manœuvre de diversion".

    La chancelière allemande, Angela Merkel, a jugé "intéressante" la proposition russe de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international, tout en réitérant son opposition catégorique à une intervention militaire.

    • Damas veut "gagner du temps", selon le chef des rebelles syriens

    Le chef des rebelles syriens, Selim Idriss, a pour sa part accusé le régime de Bachar Al-Assad et son allié russe de mentir au sujet de la proposition russe. "Nous avertissons la communauté internationale que le régime dit des mensonges, et que le menteur Poutine est son professeur", a déclaré le chef d'état-major de l'Armée syrienne libre à la chaîne de télévision Al-Jazira.

    Damas et Moscou "savent qu'un vote au Congrès [américain] arrive, et ils savent que de telles frappes entraîneront la chute du régime", a également affirmé le général Idriss, qui continue à "appeler à des frappes" internationales.http://www.lemonde.fr/proche-orient...22_3218.html#ens_id=1481132&xtor=RSS-3208
     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Ça patauge dans la semoule et pendant ce temps-là des innocents dont personne ne s'en soucie tombent sous les bombardements de ceux qui sont supposés les protéger !

    Allah Yakhod l7a9
     
    Dernière édition: 10 Septembre 2013

Partager cette page