Mohamed El Farae enfin convaincu de son échec. Le raz-de-marée salvateur à la tête de

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 28 Juillet 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Raz-de-marée. La commission nationale élargie des délégués et administrateurs de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP) a raflé la mise aux élections du nouveau Conseil d’administration qui se sont déroulées les 25 et 26 juillet à Marrakech.
    L’autre bonne nouvelle, c’est que l’on n’entendra plus parler de celui qui avait été déchu de la présidence de la MGPAP. En principe du moins. Faut-il rappeler que Mohamed El Farae, puisque bien évidemment c’est de lui qu’il s’agit, avait essuyé un cuisant échec lors des élections des délégués de la MGPAP dans le secteur des Finances au niveau de la ville de Rabat. Mais il a réussi tout de même à être présent à l’assemblée générale et à se porter candidat pour l’étape finale de Marrakech et ayant parvenu, la veille des élections, à obtenir un jugement en sa faveur et en un temps record.
    Il fallait deux tours aux 366 délégués votants pour trancher, puisque aucun des candidats n’est parvenu à recueillir la majorité absolue (51%) au premier tour.
    Contacté par Libé, Abdelmoula Abdelmoumni, coordinateur de la commission nationale élargie, nous a déclaré que la voix des urnes et celle des grands électeurs ont décidé de la plus belle manière pour une nouvelle ère dont l’objectif essentiel est de servir les adhérents, améliorer les services et instaurer les fondements pour démocratiser les instances de la Mutuelle générale. Par leur vote, a-t-il affirmé, les grands électeurs ont décidé d’en finir, une fois pour toutes, avec les symboles de prévarication et de la mauvaise gestion. Le résultat obtenu aujourd’hui est le fruit des tournées et de la grande mobilisation des membres de la commission effectuées dans les 13 régions du Royaume. Autre revers subi par ceux qui sont dans le giron de l’ex-président de la MGPAP, c’est que les délégués de la commission nationale élargie ont pu remporter l’ensemble des sièges en lice de la Commission de contrôle qui sont au nombre de 10.
    C’est une victoire pour tous les militants intègres et les délégués de la commission élargie, constituée de toutes les sensibilités syndicales (FDT, UNTM, ODT, UMT, et un groupe de l’UGTM et la CDT) et d’acteurs sans appartenance syndicale (SAS) qui ont mené une lutte sans merci, pendant 8 ans, pour que l’ordre et la légalité soient rétablis au sein de la Mutuelle générale, nous a affirmé Abdelmoula Abdelmoumni.
    A propos de la CDT qui soutenait par le passé l’ex- président de la MGPAP, ladite centrale avait fait part de sa position le 18 juillet, via un communiqué, à l’égard de Mohamed El Farae et avait demandé à l’ensemble de ses membres et sympathisants de ne plus « avoir de contact » et de couper tout lien avec lui.
    La CDT qui avait renié El Farae avait informé les membres de la Centrale ainsi que les délégués de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques que ce dernier n’est plus cautionné par la CDT. De ce fait, il n’a nullement le droit d’exploiter le nom du syndicat ou de parler en son nom.
    A noter que suite au verdict rendu le 03 décembre 2008 par le tribunal de 1ère instance de Rabat annulant les résultats des élections de 2007 et après la décision des deux départements concernés, les instances de la MGPAP et celles de la Mutuelle avaient été dissoutes.
    Il n’est pas sans rappeler aussi que la gestion de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP) était entachée de graves irrégularités et violations de la loi soulignées par les autorités publiques compétentes et par les partenaires sociaux depuis l’année 2002. Par ailleurs, plusieurs autorités publiques de tutelle, et des partenaires sociaux ont attiré l’attention sur les défaillances et manquements aux règles juridiques de base, commises dans la MGPAP, notamment les ministères des Finances et de l’Emploi, les délégués, les administrateurs, les membres de la commission de contrôle, les députés et les conseillers parlementaires, les organisations professionnelles de la santé, l’IGF, les organisations des droits de l’Homme, les syndicats, les partis politiques et autres organisations de protection des deniers publics.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page