Mohamed El Guerbouzi nie tout rôle dans les attentats de Londres

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 11 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Contrairement à ce qui a été annoncé récemment, l'islamiste britannique d'origine marocaine Mohammed El Guerbouzi a démenti dimanche être recherché par les autorités en relation avec les attentats de Londres dans une déclaration qu'il a lue sur la chaîne qatariote Al-Jazira. Apparaissant en silhouette noire avec derrière lui un panneau représentant Londres, l'homme, qui parlait en arabe avec un accent marocain, a décliné son identité, disant qu'il est porteur d'un passeport britannique. "Je ne suis pas en fuite. Les autorités britanniques savent parfaitement où je me trouve. Je démens formellement les accusations de la presse concernant mon implication dans des actes de terrorisme à Londres ou à Madrid.

    Il s'agit de fausses accusations répandues par les autorités marocaines", a-t-il dit.Résidant en Grande Bretagne, El Guerbouzi a été le premier cité par la presse dans l'enquête sur les attentats perpétrés à Londres, rapporte l'agence de presse française, AFP.


    Une demande d'information le concernant a été diffusée à toutes les polices européennes ont indiqué samedi les quotidiens londoniens The Daily Mail et The Independent.

    Pour sa part, le parquet général près la Cour d'appel de Rabat a confirmé qu'un mandat d'arrêt international (no- 400, année 2003) a été lancé, en date du 29/12/2003, contre le dénommé Mohamed El Guerbouzi, cité par les médias britanniques comme le principal suspect des attentats de Londres.

    Un communiqué du parquet général, diffusé par l'agence marocaine MAP, indique qu'à la suite de ce mandat d'arrêt, les autorités britanniques avait exprimé leur disposition à extrader la personne précitée, rappelant qu'une demande officielle a été présentée en ce sens en date du 1/4/2004. Une délégation judiciaire marocaine s'était rendue à Londres et avait eu une rencontre avec des responsables britanniques pour obtenir l'appui de la demande d'extradition de Mohamed El Guerbouzi.

    Le communiqué ajoute que jusqu'à nos jours la personne en question n'a pas été extradée, les autorités judiciaires britanniques ayant demandé à leurs homologues marocaines davantage d'information sur ses activités.
    La même source rappelle que la Chambre criminelle près la cour d'appel de Rabat avait condamné par contumace le dénommé El Guerbouzi à 20 ans de prison ferme en date du 19/12/2003 (dossier numéro 941/03/22).
    Le communiqué précise que Mohamed El Guerbouzi, alias Abou Issa, est marocain né le 02/09/1957 à Larache, cuisinier de son état établi à Londres et portant la carte d'identité nationale no- IL 53496.

    Il a été chargé d'étudier la situation économique, politique et économique au Maroc et de collecter des fonds au profit du groupe islamique combattant, ajoute la même source, relevant que son séjour en Angleterre lui a facilité la tâche de collecter les fonds nécessaires. Il s'employait aussi à fournir des papiers et de faux passeports aux membres dudit groupe.
    Il a eu des connexions avec le groupe islamique des combattants libyens et s'était rendu en Espagne en compagnie de Noureddine Nafia pour recruter de nouveaux membres.

    En juin 2001, Mohamed El Guerbouzi a été désigné émir assistant et conseiller du « groupe islamique des combattants marocains » et président du comité chargé de la collecte des fonds au profit de ce groupe. Il a reçu, ainsi que des membres de son groupe, des instructions de Abou Massaâb les appelant à déclencher une révolution islamique au Maroc et à faire preuve de vigilance et de circonspection vis-à-vis des autorités marocaines.

    Sa dernière rencontre avec Oussama Ben Laden et Aymen Al Dawahiri, ajoute le communiqué, a eu lieu à Kandahar où il a reçu la bénédiction de Ben Laden qui l'a assuré de mettre tous les moyens financiers et logistiques à sa disposition pour accomplir sa mission.

    Dans le même ordre cde rappel, une source autorisée a annoncé que "Certains milieux occidentaux qualifiaient les demandes de poursuites judiciaires d'atteintes aux droits de l'Homme", avait ajouté cette source,
    Par ailleurs, interrogé par l'AFP à Londres, un porte-parole de Scotland Yard, refusant de confirmer si une demande d'extradition avait été faite concernant Mohammed al-Guerbouzi, a affirmé que « toute référence dans la presse concernant cet personne ne constitue pour l'instant que de la spéculation ».
    Dans une déclaration, John Stevens, patron de Scotland Yard jusqu'en janvier dernier, a annoncé que les auteurs des attentats de Londres sont « presque certainement » nés au Royaume-Uni. Et d'ajouter que c'était « un voeu pieux » de soupçonner des terroristes venus de l'étranger.


    Source: Le matin.
     

Partager cette page