Mort du docteur Murray, auteur de la première transplantation d'organe de l'histoire

Discussion dans 'Info du monde' créé par RedEye, 28 Novembre 2012.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    [​IMG]

    Le docteur Joseph Murray, qui a réalisé la première greffe de rein de l'histoire et reçu un prix Nobel pour son travail pionnier, est décédé à Boston lundi. Il était âgé de 93 ans. Le docteur Murray a souffert d'une attaque dans sa maison, située dans la banlieue de Boston. Il est décédé lundi au Brigham and Women's Hospital, a rapporté le porte-parole de l'hôpital, Tom Langford.

    Depuis la première transplantation d'organe humain réalisée par Joseph Murray en 1954, des centaines de transplantions ont été effectuées dans le monde. Joseph Murray a reçu le prix Nobel de médecine en 1990, avec Donnal Thomas, pour récompenser un travail pionnier dans la transplantation de moelle osseuse.

    Au début des années 1950, aucune greffe d'organe humain n'avait jamais été réussie. Travaillant à l'époque au Peter Bent Brigham Hospital de Boston, le docteur Murray et ses associés avaient alors développé de nouvelles techniques chirurgicales, grâce à des essais de greffes de rein sur des chiens.

    En décembre 1954, le docteur et son équipe ont réalisé la première greffe humaine de l'histoire. Après l'opération, le patient, qui souffrait d'une insuffisance rénale terminale, a vécu pendant huit ans grâce au rein de son frère jumeau.


    "Ils croyaient que nous jouions à être Dieu"

    "La transplantation de reins semble si routinière maintenant", avait déclaré Joseph Murray au New York Times après avoir reçu le prix Nobel. "Mais la première, c'était comme la traversée de l'océan atlantique en avion par Lindbergh".

    Le travail pionnier du docteur Murray a suscité à l'époque de nombreuses critiques de la part d'instance religieuses ou éthiques. Certaines personnes "croyaient que nous jouions à être Dieu et que nous ne devions pas réaliser (...) ces 'expériences' sur l'être humain", avait déclaré Joseph Murray à l'agence Associated Press.

    La réussite de la transplantation de 1954 avait ouvert la voie à de nombreuses autres opérations. "Ce succès spectaculaire a été une démonstration évidente que la transplantation d'organes pouvait sauver des vies", s'est félicité Joseph Murray lors de la conférence donnée après l'annonce de son Nobel.

    Une fascination née pendant la guerre

    Joseph Murray a réalisé de nombreuses transplantations d'organe par la suite, sur des jumeaux ou des membres de la même famille, parvenant à réduire le rejet par le système immunitaire humain des tissus étrangers, permettant parfois à ses patients de vivre pendant plusieurs dizaines d'années. Mais c'est le développement des médicaments permettant de supprimer la réaction immunitaire du corps humain, une technique moins radicale que la radiation, qui a permis de réels progrès dans l'histoire de la transplantation. En 1962, le docteur Murray et son équipe ont ainsi réalisé avec succès la première transplantation venant d'un donneur non membre de la famille du patient.

    L'intérêt de Joseph Murray pour les transplantations est né lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il a été assigné à l'hôpital général Valley Forge, dans l'Etat de Pennsylvanie (nord-est des Etats-Unis). L'hôpital réalisait de nombreuses opérations de chirurgie réparatrice sur les soldats blessés pendant la guerre. Les patients brûlés, souvent soignés par des greffes de la peau, avaient immédiatement intrigué le docteur Murray. "Le rejet lent des greffes de peau étrangères me fascinait", avoue le médecin dans une biographie préparée pour la cérémonie du prix Nobel.

    Après ses premiers travaux pionniers, Joseph Murray avait poursuivi une longue carrière dans la chirurgie plastique, sa spécialité d'origine, et dans les transplantations d'organes. Il était guidé par ses propres convictions religieuses. "Le travail est une prière", avait-il ainsi déclaré à la Gazette de l'université d'Harvard en 2001, affirmant: "Je commence chaque journée, en la dédiant à notre créateur."


    Source
     

Partager cette page