Moscou contre le traité FCE

Discussion dans 'Info du monde' créé par osiris, 15 Décembre 2007.

  1. osiris

    osiris Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Nouvelle salve de Moscou contre le traité FCE et le bouclier antimissile


    [​IMG]
    Le chef d'état-major russe, le général Iouri Balouïevski

    La Russie a lancé samedi une nouvelle salve contre les Occidentaux, les accusant d'instrumentaliser contre elle le Traité FCE sur les forces conventionnelles en Europe et mettant en garde contre une riposte en cas de déploiement du bouclier antimissile américain en Europe.

    Le chef d'état-major russe, le général Iouri Balouïevski, a accusé "les Etats occidentaux" de se servir de ce traité symbolique de la fin de la Guerre froide "à des fins politiques" contre la Russie.

    "Les Etats occidentaux ont délibérément transformé ce qui est un accord de contrôle des armements en un instrument au service de visées politiques", a dénoncé le général Balouïevski lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision.

    Ces critiques interviennent alors que la Russie a cessé le 12 décembre d'appliquer le traité FCE, une des clés de voûte de la sécurité sur le Vieux continent, qui limite les armements de l'Atlantique à l'Oural.

    Elles coupent court aux espoirs exprimés vendredi par le secrétaire général de l'Otan Jaap de Hoop Scheffer que la Russie se laisserait convaincre de revenir sur sa décision.

    Lors de la même conférence, le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Kisliak a déploré que Moscou n'ait "pas obtenu de réponses" de Washington à ses questions concernant le projet de bouclier antimissile en Europe de l'Est dans le cadre des discussions en cours, qu'il a qualifiées de "décevantes".

    Le général Balouïevski a renchéri en assurant qu'un éventuel tir d'interception à partir du bouclier antimissile pourrait déclencher une riposte, accidentelle, de la part de la Russie.

    "Nous parlons du risque qu'il y a d'une riposte en représailles qui serait déclenchée par la classification erronée d'un tir de missile d'interception", a affirmé le général, évoquant une possible confusion d'un tel missile d'interception avec un missile balistique dirigé contre la Russie.

    Les Etats-Unis veulent installer une station radar en République tchèque et des intercepteurs de missiles en Pologne d'ici 2012, affirmant vouloir parer une éventuelle menace iranienne.

    La Russie y est opposée, considérant ces installations antimissile comme une menace directe à sa porte.

    "Nous allons poursuivre le travail diplomatique et nous allons réfléchir à ce que nous devons faire pour protéger la sécurité de la Russie quel que soit le scénario qui sera retenu", a ajouté quant à lui M. Kisliak.



    Yahoo/Actualités
     

Partager cette page