Moubarak, libéré, rentre chez lui

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 22 Août 2013.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    Égypte :
    Hosni Moubarak sort de prison

    [​IMG]
    Assigné à résidence



    Jeudi 22 août à 16h00, Hosni Moubarak a été libéré. Il a quitté la prison de Tora au Caire et a été admis dans un hôpital militaire dans le sud du Caire.


    L'ancien président égyptien, Hosni Moubarak devrait ensuite être assigné à résidence, selon les services du Premier ministre mercredi 21 août.

    La justice égyptienne a approuvé la demande de remise en liberté conditionnelle de l'ancien président, renversé en 2011.


    "Dans le contexte de la loi d'urgence, le vice-commandant militaire a émis l'ordre de mettre Mohamed Hosni Moubarak en résidence surveillée", lit-on dans le communiqué publié par les services du Premier ministre.

    Toutes les charges justifiant le maintien en détention de l'ex-chef de l'Etat ont désormais été levées. En effet, même si son procès en appel pour complicité de meurtres dans la répression du soulèvement de l'hiver 2011 se poursuit, la période maximum de détention préventive est arrivée à son terme.

    Souffrant et âgé de 85 ans, Hosni Moubarak ne jouera probablement plus aucun rôle politique. Aux yeux de ses détracteurs, sa remise en liberté pourrait toutefois passer pour une tentative de réhabilitation du régime renversé en février 2011 ou même pour une contre-révolution, alors que les forces de l'ordre continuent à arrêter des personnalités liées aux Frères musulmans.


    Mise à jour : jeudi 22 août 2013 16:12 | Par M6&MSNActualités, M6info by MSN
     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    8adshi li goult likoum
    lakin inna Allah Youm8il wa la You8mil
     
  3. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    Égypte:
    Moubarak quitte sa prison pour un hôpital militaire
    [​IMG]


    L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire début 2011, a quitté jeudi sa prison et est désormais assigné à résidence dans un hôpital militaire du Caire, avant la reprise dimanche de son procès pour meurtre de manifestants.


    Mercredi soir, l'armée, qui dirige de facto le pays depuis qu'elle a destitué le 3 juillet son successeur, l'islamiste Mohamed Morsi, avait coupé court aux spéculations après l'annonce de la remise en liberté de M. Moubarak dans la dernière affaire qui le retenait en détention.

    Elle avait prévenu que le raïs déchu, âgé de 85 ans et à la santé vacillante, serait "assigné à résidence" dès sa sortie de la prison de Tora du Caire. Jeudi après-midi, il a été transporté par un hélicoptère médicalisé à l'hôpital militaire de Maadi, dans la capitale égyptienne, où il avait déjà séjourné depuis son incarcération en avril 2011.

    Ce rebondissement intervient alors que l'armée et la police mènent depuis plus d'une semaine une campagne de répression sanglante des manifestations des partisans de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte et issu des Frères musulmans. Ce dernier est détenu au secret par l'armée et accusé de complicité de meurtres.

    Dans ce contexte, "le débat égyptien a déjà été déplacé sur des champs autres", note Barah Mikaïl, spécialiste du Moyen-Orient au sein de l'institut de géopolitique espagnol FRIDE. De ce fait, poursuit-il, "la charge symbolique restera forte, mais sans beaucoup de chances d'aller vers un retour franc à +l'ordre ancien+".

    Procès des Frères musulmans et Moubarak dimanche

    M. Moubarak, qui a dirigé pendant plus de 30 ans l'Egypte, reste accusé et son procès pour "meurtre de manifestants" lors de la révolte de janvier-février 2011 reprendra dimanche au Caire. Il est aussi inculpé dans d'autres affaires de corruption et attend son jugement.

    Le jour de la reprise de son procès doit s'ouvrir celui des dirigeants des Frères musulmans arrêtés par l'armée après le coup de force contre M. Morsi et ses partisans.

    Le Guide suprême Mohamed Badie et ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, doivent comparaître pour "incitation au meurtre" de manifestants anti-Morsi qui avaient attaqué le QG des Frères musulmans le 30 juin, journée de mobilisation massive pour réclamer le départ de M. Morsi.

    Depuis une semaine, près d'un millier de personnes ont péri, pour l'immense majorité des pro-Morsi, quand militaires et policiers se sont lancés dans une répression sanglante de leurs manifestations et arrêté plus d'un millier d'islamistes. Le dernier en date est Ahmed Aref, porte-parole de la confrérie.

    Face au coup porté aux Frères musulmans avec l'arrestation de ses chefs et l'autorisation donnée aux forces de l'ordre autorisées pour tirer, les islamistes peinent à mobiliser depuis quatre jours et seuls quelques centaines de personnes ont manifesté tout au plus.

    "Vendredi des martyrs"

    La journée de vendredi constituera un test de la capacité des Frères musulmans à rassembler dans la rue: les pro-Morsi appellent à de grandes manifestations pour le "vendredi des martyrs" après la mort de centaines de partisans du président déchu dans les violences.

    L'armée s'est appuyée sur la mobilisation massive anti-Morsi du 30 juin pour justifier sa destitution, alors qu'une grande partie des Egyptiens reprochaient au président renversé d'avoir accaparé les pouvoirs au profit des Frères musulmans et d'avoir achevé de ruiner une économie exsangue.

    Face à cet engrenage de la violence, l'Union européenne a décidé la suspension des licences d'exportation vers l'Egypte d'équipements sécuritaires et d'armes et va réexaminer l'aide importante qu'elle apporte au Caire.

    Washington fait également peser la menace d'une rupture des aides financières, mais l'Arabie saoudite a promis qu'elle compenserait avec ses alliés du Golfe tout arrêt de l'aide occidentale.

    En une semaine, au moins 970 personnes ont péri dans les heurts entre pro-Morsi et forces de l'ordre, selon un décompte de l'AFP, incluant 102 policiers tués par des manifestants ou islamistes. Ce bilan en une semaine est plus élevé que celui de 850 morts en 18 jours de révolte contre M. Moubarak en 2011.

    Alors que la répression fait craindre un retour des islamistes à la clandestinité et une radicalisation de leur frange la plus dure, 25 policiers ont été tués lundi dans le Sinaï, l'attentat le plus meurtrier depuis des années contre la police.

    Jeudi, deux soldats ont encore péri dans une attaque contre leur convoi à Ismaïliya, sur le canal de Suez, selon des sources de sécurité.

    Enfin, Human Rights Watch a dénoncé des attaques contre 42 églises et de nombreuses écoles, maisons et entreprises tenues par des coptes, les chrétiens d'Egypte, et rapporté des témoignages accusant les forces de l'ordre d'avoir été absentes lors de ces attaques confessionnelles.


    Mise à jour : jeudi 22 août 2013 18:30 | Par AFP
    http://news.fr.msn.com/m6-actualite/egypte-moubarak-quitte-sa-prison-pour-un-hôpital-militaire-1
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    En Égypte,
    Hosni Moubarak sera rejugé pour corruption


    La Cour de cassation égyptienne a ordonné mardi la tenue d'un nouveau procès de l'ancien président Hosni Moubarak dans une affaire de détournement de fonds, ce qui pourrait constituer l'une des dernières étapes judiciaires avant sa libération.


    L'ancien "raïs" restera toutefois en détention pour le moment, rapporte l'agence de presse Mena, citant un responsable du ministère de l'Intérieur.

    En effet, explique ce dernier, la Cour de cassation n'a pas ordonné de remise en liberté, une décision qui relève du parquet ou du tribunal chargé de le rejuger.

    Moubarak, qui est âgé de 86 ans, est détenu dans un hôpital militaire du Caire, dans le quartier de Maadi.

    L'ancien président égyptien avait été condamné en mai à trois années d'emprisonnement pour détournement de fonds publics, normalement affectés à la rénovation des palais présidentiels, qui avaient été employés à la rénovation de propriétés familiales.

    La haute juridiction a cassé cette décision et ordonné un nouveau procès, dernière procédure pénale visant l'ex-raïs.

    Ses deux fils avaient écopé de quatre ans de prison dans la même affaire, ils bénéficieront également d'un nouveau procès et sont pour l'heure maintenus en détention.

    Selon des sources judiciaires, un nouveau procès dans cette affaire pourrait permettre à Hosni Moubarak de retrouver la liberté si la première condamnation n'est pas confirmée.

    En novembre, la justice égyptienne avait abandonné les charges de complot ayant conduit à l'assassinat de manifestants lors du soulèvement qui avait provoqué sa chute en 2011. Il avait également été blanchi d'accusations de corruption.

    Ces décisions avaient provoqué des manifestations dans les universités du pays et suscité des critiques sur les réseaux sociaux.

    Deux personnes avaient été tuées et neuf autres blessées lors de manifestations qui avaient rassemblé environ un millier de protestataires sur la place Tahrir dans le centre du Caire.

    Depuis l'élection de l'ancien chef d'état-major Abdel Fattah al Sissi à la tête de l'Etat, la répression contre les Frères musulmans et les islamistes s'est accentuée.

    Des milliers de membres ou de partisans de la confrérie ont été emprisonnés et des centaines ont été condamnés à la peine capitale lors de procès de masse dénoncés par la communauté internationale.

    Les membres de l'ancien régime sont, eux, peu à peu disculpés des charges qui avaient été retenues contre eux après la chute de Moubarak.

    Des lois limitant les libertés politiques ont été adoptées ranimant les craintes de certains opposants d'assister à un retour des anciens dirigeants.





    (Lin Noueihed; Pierre Sérisier pour le service français)


    [​IMG] Reuters - Il y a 3 heures
    http://www.msn.com/fr-ca/actualites...ubarak-sera-rejugé-pour-corruption/ar-AA86GsX



     
  5. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4157
    Points:
    113
    mazal masalatsh had lmassra7iya ??
     
    titegazelle aime ça.
  6. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    la2 mazal !
    L'histoire avance à reculons !
    Je l'ai déjà dit : retour à la case départ :p
     
    RedEye aime ça.
  7. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    L'enquête sur la fortune du clan Moubarak se poursuit

    [​IMG]
    Le procureur de la confédération suisse Michael Lauber au Caire, le 16 janvier 2016 | afp

    La justice suisse continue d'enquêter sur des millions d'euros déposés par la famille de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak sur des comptes suisses

    L'enquête tente de déterminer si des fonds de 590 millions de francs suisses (539 millions d'euros) sont issus "de blanchiment d'argent ou d'activités criminelles", a déclaré samedi au Caire le procureur de la confédération Michael Lauber, lors d'une conférence de presse.

    Il a précisé que ses services passaient au peigne fin les comptes de quatorze personnes depuis 2011 sans mentionner le nom de Moubarak et de sa famille.

    Sa visite en Égypte était toutefois destinée à discuter des millions de fonds gelés en Suisse appartenant à la famille Moubarak, avait indiqué son porte-parole la semaine dernière.

    Une trentaine de demande d'assistance ont été déposée auprès des autorités égyptiennes, a encore précisé le procureur.

    Après la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir, la Suisse avait bloqué environ 700 millions de francs suisses (640 millions d'euros) appartenant à l'ex-raïs ou à ses proches. Des mesures similaires avaient été prises pour la Tunisie, après son soulèvement populaire du 14 janvier 2011.

    En décembre 2013, le journal suisse Le Matin Dimanche avait révélé que 300 millions de dollars d'avoirs égyptiens gelés par les autorités et appartenant aux fils Moubarak, Alaa et Gamal, se trouvaient sur les comptes de la grande banque helvétique Credit Suisse.

    Cette somme représente près de 40% des 700 millions de francs gelés par Berne, selon le quotidien.

    Début janvier, la Cour de cassation a confirmé une peine de trois ans de prison dont l'ex-président et ses deux fils avaient écopé dans une affaire de corruption. Ils avaient été condamnés pour avoir détourné plus de 10 millions d'euros de fonds publics pour l'entretien des palais présidentiels.

    M. Moubarak, âgé de 87 ans, a passé le plus clair de son temps détenu dans un hôpital militaire du Caire depuis la révolte de 2011. Il est actuellement jugé pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants lors du soulèvement.






    afp /17.01.2016 : 10h48
    http://www.menara.ma/fr/actualités/...-du-clan-lex-président-égyptien-moubarak.html
     
  8. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    Moubarak acquitté
    pour la mort de manifestants en 2011

    [​IMG]
    Hosni Moubarak comparaît derrière les barreaux lors d'un des procès intentés à son encontre,
    le 9 mai 2015 au Caire | Ph: AFP

    La cour de cassation au Caire a acquitté définitivement, jeudi, l'ancien président égyptien Hosni Moubarak dans le procès pour la mort de manifestants pendant la révolte de 2011.

    Moubarak avait été condamné à la prison à vie en 2012 mais un nouveau procès avait été ordonné par la justice. Une cour criminelle avait ensuite acquitté l'ex-président, décision qui a été confirmée jeudi en cassation.

    Il s'agit de la dernière procédure judiciaire visant l'ancien chef d'Etat impliqué dans plusieurs affaires depuis son retrait du pouvoir en février 2011.

    Dans ce dossier, il a été accusé d'avoir incité au meurtre de manifestants pendant la révolte de 18 jours, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d'affrontements avec la police.

    Hosni Moubarak, 87 ans, a passé le plus clair de son temps dans un hôpital militaire depuis son arrestation en 2011.

    En janvier 2016, la cour d'appel a confirmé une peine de trois ans de prison pour Moubarak et ses deux fils dans une affaire de corruption.

    Mais la peine prononcée tenait compte du temps déjà effectué en prison. Ses deux fils, Alaa et Gamal, ont été remis en liberté.



    Menara avec map
    http://www.menara.ma/fr/actualités/...tté-pour-la-mort-de-manifestants-en-2011.html



     
  9. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113

    Et voilà ! Retour à la case départ......
    #6
     
  10. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    L'ex-président Moubarak, libéré,
    rentre chez lui

    [​IMG]
    Hosni Moubarak comparaît derrière les barreaux lors d'un des procès intentés à son encontre,
    le 9 mai 2015 au Caire | Ph: AFP

    Moubarak a retrouvé la liberté alors que plusieurs figures du Printemps arabe dorment encore derrière les barreaux: dans l’Égypte de Sissi la révolution de 2011 vient d'être liquidée symboliquement.

    L'ex-président égyptien Hosni Moubarak a retrouvé la liberté vendredi. C'est son avocat Farid al-Deeb qui a annoncé vendredi le départ de M. Moubarak de l'hôpital militaire du Caire dans lequel il a passé l'essentiel de ses six années de détention.

    La libération de M. Moubarak qui avait régné sans partage sur le pays pendant 30 ans, vient briser définitivement les aspirations nées d'une révolution qui avait porté l'espoir d'un régime plus démocratique.

    Outre M. Moubarak, son ex-ministre de l'Intérieur, Habib al-Adly, qui symbolise la torture et les abus du régime, a aussi été acquitté pour les meurtres de manifestants pendant la révolte.

    En revanche, Alaa Abdel Fattah et Ahmed Douma deux des plus importants meneurs de la révolution, sont toujours en prison.

    Depuis que l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l'armée, a destitué son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi en 2013, il dirige à son tour le pays d'une main de fer, éliminant toute forme d'opposition.

    Six ans après la révolution, les détracteurs de M. Sissi l'accusent d'avoir refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de janvier-février 2011.



    Menara.ma / 25.03.2017
    http://www.menara.ma/fr/actualités/...résident-moubarak-libéré-rentre-chez-lui.html

     
  11. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4185
    Points:
    113
    Avocat : Farid al-Deeb
    Ex-ministre de l'Intérieur
    : Habib al-Adly

    ra8 7na f akhir zaman
    l7a9 doulm
    w doulm 8ouwa l7a9
    Allah ya Rabbi Allah !

    lakin lakin toumma lakin
    inna Allah youm8il
    wa laYou8mil
     

Partager cette page