Moukawalati : à peine 1 800 projets financés depuis 2006

Discussion dans 'Economie' créé par Med Omar, 8 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Depuis le lancement du programme en 2006, 11 600 dossiers ont été déposés et 5 500 retenus.
    L’objectif des 10 000 petites entreprises à créer d’ici 2012 semble difficile à atteindre.


    Le programme Moukawalati, mis en place par le gouvernement pour encourager la création de très petites entreprises (TPE), n’arrive toujours pas à décoller. Lancé en septembre 2006, et ayant fait l’objet d’un plan de relance au début de 2009, il peine à mobiliser les principaux partenaires qui pourraient garantir son succès. Visiblement, les candidats à la création d’entreprises ne sont pas aussi nombreux qu’on le croyait et les banques ne se montrent pas non plus enthousiastes pour de telles opérations. Résultat : le nombre de bénéficiaires est largement en dessous des objectifs fixés pour ce programme. Sur les 2 035 dossiers approuvés depuis 2006 jusqu’à fin octobre 2009, 1 815 ont été financés par les banques. Un résultat plutôt faible quand on sait que 11 659 projets ont été déposés auprès des guichets de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) et 5 558 dossiers retenus puis remis aux banques après l’opération de traitement. On est donc très loin de l’objectif initial de 30 000 très petites entreprises (TPE) et des 90 000 emplois qu’avait fixés le gouvernement sur trois ans. Même les 10 000 TPE prévues à l’horizon 2012 par le ministère de l’emploi en charge de ce dossier, après une révision à la baisse, au début de l’année, des ambitions paraissent difficiles à atteindre.

    Financement de 788 dossiers d’entrepreneurs sans diplôme

    La suppression de conditions qui étaient considérées comme restrictives à certains candidats, à savoir le diplôme en l’occurrence, n’a visiblement pas aidé à augmenter le nombre de petites entreprises créées. Depuis avril dernier, il suffit en effet d’un certificat de l’enseignement fondamental (au lieu du baccalauréat au moins dans la dernière configuration) pour bénéficier de ce programme. Ceci a permis à 788 projets d’être retenus sur les 1 326 dossiers déposés par des candidats non diplômés. La plupart de ces projets retenus concernent la création de petites entreprises dans le domaine de l’agriculture et de l’artisanat. Le programme Moukawalati a été mis en place par le gouvernement pour encourager la création de petites entreprises. Les diplômés de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur, des bacheliers et tout détenteur d’idée de projet d’entreprise, même sans diplôme peuvent en bénéficier. Il prévoit un accompagnement sur trois phases avant la création de l’entreprise : l’étude de marché, l’étude technique et le montage du business plan. L’objectif est de renforcer les chances du dossier auprès des banques pour le financement du projet. Mais à voir les chiffres, une grande partie des porteurs de projets n’arrivent manifestement même pas à mener leur dossier jusqu’au stade de la demande du crédit bancaire.



    Source : lien

     

Partager cette page