Musulmans d'abord

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 31 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    El Khalfi : « Nationalité et religion ne sont pas des valeurs qui sont en opposition ou qu'il faut opposer ».

    « Que les Marocains se considèrent d'abord comme musulmans avant le critère de la nationalité n'est pas une surprise pour nous, la religion est le facteur déterminant dans le magma composite de l'identité marocaine », affirme le membre du PJD et chercheur Mohamed El khalfi. Un résultat qui corrobore par ailleurs l'étude réalisée sous l'égide du chercheur Mohamed Layadi sur l'islam et les valeurs religieuses auprès de 800 étudiants casablancais. 60,3% des sondés se considéraient avant tout comme musulmans. « Ce résultat, nous l'avons étayé avec d'autres questions connexes. Celle-ci est très significative : êtes-vous plus proche d'un juif marocain ou d'un musulman pakistanais ? La majorité des sondés ont choisi la proximité religieuse », ajoute Layadi.
    En outre, un des résultats saillants du rapport des Nations Unies concernant le développement humain, publié en avril 2005, concernait le fait que la « mosquée » au sens large du terme était l'institution la plus crédible pour les Marocains.
    « Cela va à l'encontre de l'analyse faite par Remy Leveau dans "L'annuaire de l'Afrique du nord" qui considérait que le Maroc vivait un processus de laïcisation de fait. En admettant que ce soit le cas, les valeurs religieuses sont toujours aussi prédominantes pour les Marocains », souligne M. El Khalfi.
    « Mais il ne faut pas voir dans ce résultat une négation de la nationalité. Nationalité et religion ne sont pas des valeurs qui sont en opposition ou qu'il faut opposer. Toujours est-il que ce sondage devrait conforter les partis politiques et l'ensemble des mouvements sociaux sur le postulat suivant : il faut respecter le référentiel islamique », poursuit El Khalfi. De quoi conforter le PJD dans le choix de ce référentiel. « Pas du tout », réfute-t-il. « Pour le PJD, c'est un indice pour lutter contre l'instrumentalisation de l'islam, le champ religieux appartient à tout le monde et aucun parti ne peut s'en prévaloir exclusivement ». Toujours est-il que journal proche du PJD, le quotidien "Attajdid" a fait ses choux gras des résultats du sondage. « Nous avons ressorti les principaux résultats de ce sondage car cela entre parfaitement dans le cadre de notre ligne éditoriale. Ces résultats reflètent les choix et les valeurs du peuple marocain », concède le rédacteur en chef de l'organe du MUR (Mouvement unicité et réforme).


    Source: Le JOURNAL HEBDO.
     

Partager cette page