Nadia Yassine :il n’y avait pas d’"anti-musulmans" au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 9 Novembre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Nadia Yassine, la porte-parole d’une des principales mouvances islamistes marocaines, le mouvement "Justice et Spiritualité", invitée à participer aux Rencontres d’Averroès à Marseille les 7 et 8 novembre, a eu du mal à faire passer son message auprès d’un public en grande partie rétif.

    Le thème de ces Rencontres était cette année "entre islam et Occident, la Méditerranée?", une tentative de chercher une voie entre dialogue et tensions entre les deux rives de cette mer qui concentre toutes les crises de notre époque. Les Rencontres d’Averroès –dont Marseille89, un site de Rue89, est partenaire- en sont à leur quinzième édition, tentative de “penser la Méditerranée des deux rives”.


    Des positions ambiguës derrière un discours de miel

    Au milieu d’une liste d’intervenants issus pour la plupart du monde de l’université et de la recherche, Nadia Yassine était la personnalité "politique" la plus attendue, ne serait-ce que par sa singularité de femme au sein du mouvement fondé par son père, Cheikh Abdessalam Yassine, et féministe autoproclamée autant qu’islamiste. Et le thème de la table ronde à laquelle elle participait était sans détour: "entre djihadisme et occidentalisme, nouvel affrontement des blocs ou renaissance méditerranéenne?"

    Nadia Yassine manie suffisamment bien les concepts pour présenter de manière nuancée sa position originale à un public venu très nombreux. Mais au moment des questions de la salle, pleine à craquer, les difficultés ont commencé.

    Un jeune homme marocain a d’abord témoigné d’avoir été "torturé" par des partisans de "Justice et Spiritualié" lors d’un conflit dans une université marocaine. Puis il a dénoncé l’opposition de ce mouvement à la rénovation du code de la famille au Maroc, avant de conclure:

    "Ce message de miel, je n’y crois plus."

    Puis Nadia Yassine a été prise à partie pour son ambiguïté dans une de ses réponses, alors qu’elle était interrogée sur le statut des non-musulmans dans une société régie par les islamistes. Elle avait affirmé qu’il n’y avait pas d’"anti-musulmans" au Maroc, et que la question ne se posait donc pas.
    Cette réponse plus qu’ambiguë a suscité un tollé dans la partie de la salle venue -et repartie- avec ses convictions laïques, et pas convaincue par le visage souriant de la porte-parole islamiste, femme élégante de 50 ans, venue les cheveux couverts d’un foulard de rigueur.


    http://www.rue89.com/marseille/2008/11/09/nadia-yassine-une-islamiste-qui-dialogue-et-derange
     

Partager cette page