Naki, le clandestin

Discussion dans 'Vos poésies' créé par epervier60, 16 Juin 2008.

  1. epervier60

    epervier60 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Naki, le clandestin
    Crécher dans la négritude absolue.
    Le partage d’une baraque sans rue.
    Un ghetto ignoble, l’image d’une race.
    La pauvreté déployée, pénible trace.

    L’école en retrait, science étouffée.
    Départ, une route espérée.
    Devenir jardinier, adorable pelouse.
    Un futur incroyable d’une blouse.

    L’apartheid, terrible insouciance d’une société
    À l’ombre des géants, un chirurgien effacé.
    Apprendre « en volant avec ses yeux ».
    Grande dextérité, le cœur heureux.

    Être le meilleur dans la clandestinité immonde.
    Sans étude médicale, devenir science féconde.
    L’exceptionnel, professeur émérite.
    Les blancs l’écoutant sous son gîte.

    Effacer son image, photos évanouies.
    La solitude mécréante, souffrances établies.
    Une vie passive sans complainte.
    Pension rachitique, la contrainte.

    Mourir dans l’indifférence, pourquoi?
    Discrimination, injustice, le renvoi.
    Le souvenir tangible de ne point oublier.
    La grandeur d’un esprit en liberté.
    André, épervier


    Hommage à Hamilton Naki,
    Chirurgien de l’apartheid.

    Référence :
    PORTRAIT : LE DOCTEUR HAMILTON NAKI - JDS, Journal De Sénégalais -
     
  2. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    BRAVOOOOOOOOOOOOO, chapeau
     
  3. epervier60

    epervier60 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Fax02,
    Je vous offre mes salutations québécoises,

    André, épervier
     

Partager cette page