nos riches d'apres le journal-hebdo

Discussion dans 'Discussion générale' créé par topsecretmaroc, 24 Octobre 2005.

  1. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Les tribus des nantis
    A Rabat elle est accolée au pouvoir, à Casa elle est frondeuse par intermittence, la bourgeoisie marocaine n'est pas un groupe aux caractéristiques homogènes. Ses modes de consommation sont particulièrement codifiés. Qui sont nos riches ? Qu'achètent-ils ? Comment vivent-ils ? 


    Environ 20% des Marocains consomment 50% des richesses. C'est une étude réalisée sous l'égide du PNUD, reprise par la fondation Bertelsmann qui l'affirme. La fracture est terrible et rend compte spectaculairement du décalage dans les besoins de consommation entre les plus nantis et les plus pauvres des Marocains. Des nantis qui, pendant cinquante ans, ont bénéficié d'un système de rente qui a largement consolidé une accumulation continue de la richesse. « La bourgeoisie marocaine prend rarement des risques au sens vertueux du terme », affirme ce spécialiste.
    C'est sa proximité avec le pouvoir, sa capacité à dompter toutes les formes d'autorité qui pérennise sa prospérité. Entre Rabat, siège de l'autorité, et Casablanca, les tensions traditionnelles seront réduites à la partie visible de l'iceberg lorsque la campagne d'assainissement en 1996 viendra consommer, définitivement, un divorce déjà amorcé. « C'est avec nos impôts que vous construisez vos villas sur la route des Zaërs », s'insurgea un capitaine de la CGEM. De quoi exacerber davantage les tensions entre un microcosme R'bati leurré, déconnecté par la proximité et l'ivresse du pouvoir. Ce décalage explique partiellement les modes de consommation, plus flamboyant chez les Casablancais ou cla grande bourgeoisie rurale. Plus discret et calqué sur le Palais pour la bourgeoisie R'batie. Avec l'ouverture économique forcée et la disparition progressive des situations de rente, le capitalisme casablancais devait fatalement prendre le pouvoir. Ce sont les héritiers plus décomplexés par rapport à l'autorité, plus ouverts sur le monde extérieur qui devaient entamer la mue de la bourgeoisie marocaine. Des héritiers dont l'ascension sociale obéit à un quasi-rituel extrêmement codifié. De l'adolescence au mariage, jusqu'à la maturité, ils obéissent à des modes de consommation réglés comme du papier à musique. Vivant en tribu, en vase clos complètement déconnectés de la réalité sociale du pays, ils respectent à la lettre la règle du mimétisme, les signes extérieurs de richesses qui les consacrent comme partie intégrante de la tribu. Pour chaque étape de la vie, un objet indispensable viendra matérialiser l'appartenance ou non à tel ou tel clan. Dès l'adolescence, ultra-protégés, animés par le sentiment largement véhiculé par les parents d'être privilégiés par le destin, ils se préparent naturellement à pérenniser une situation qui leur paraît immuable. Chaque objet acheté, chaque marque choisie, chaque séjour de vacances est une étape du rituel de sanctification du statut de privilégié. Dans les salons feutrés de Casablanca, l'exigence absolue des adolescents vis-à-vis de leurs parents concerne la star des consoles de jeux, tout juste débarquée dans les magasins européens, l'incontournable PSP, ou Play Station Portable. Disponible depuis moins de six mois en Europe, elle trône, évidemment déjà en bonne place parmi les meilleures ventes de consoles dans le célèbre quartier de l'informel casablancais, Derb Ghallef. Pour l'instant, seule la version européenne existe et s'écoule comme des petits pains au prix de 3000 Dh l'unité, sans compter les 700 Dh à débourser par jeu. Une petite fortune qui ne semble pas gêner des ados fortunés, puisque la demande dépasserait largement l'offre selon un « revendeur » de la place.
    Plus ces ados « exigeants » avancent dans l'âge, plus leurs codes évoluent et donc leurs incontournables également. Une fois au lycée, la différence se fait radicalement via la chose vestimentaire. Parmi les indémodables, la paire de mocassins Weston, qu'on achètera de préférence sur les Champs, à Paris. Plus les coloris et les genres diffèreront (cuir, daim, croco…), plus la cote dans le baromètre des stars du bahut sera élevée. A près de 3500 Dh la paire, la ligne de démarquage se trace très vite. Sur les chaussures, viendront se greffer au gré des fluctuations de la mode, d'autres accessoires vestimentaires. L'inévitable jean sera actuellement de marque Diesel (1200 Dh en moyenne) ou ne sera pas, la montre sera signée Breitling (à partir de 15 000 Dh) ou ne sera qu'une breloque, et les hauts porteront la griffe Van Dutch sinon rien. Pour accompagner tout cela et ravir les jeunes musicos, l'IPod est de mise, plus encore le dernier-né d'Apple, l' IPod Nano, au design plus fun, donc branché. Univers Digital à Casa avoue en écouler plus d'un millier par an, au prix moyen de 3500 Dh et la demande est loin de se tarir. Et des petites exigences du genre, nos ados à l'ascendance fortunée en ont des pelletées. Leurs parents, quant à eux, habiteront soit à Hay Riyad à Rabat, soit dans le Triangle d'or casablancais, qui regroupe le quartier Gauthier, Massira Al Khadra et le must du must, Racine. Les prix dans ces endroits brûlants varieront généralement entre 9000 et 12 000 Dh/m2 pour le neuf, avec des pointes, rares, à 25 000 Dh/m2 pour le très haut standing. Les plus fortunés d'entre eux auront investi dans une résidence secondaire, soit au bord de la plage avec une préférence pour Bouznika quand des maisons seront disponibles, soit plus généralement à Marrakech, dans les Jardins de la Palmeraie. Là, les prix débutent à 1 million de Dh pour les appartements en duplex, 1,5 à 2 millions pour les plus grands, en attendant un jour d'avoir son chez soi dans le nouveau must de la résidence à Marrakech, au River Palm.
    Tout en se regroupant dans ces « ghettos » de luxe, ils ne perdent pas le sens des affaires. Un voisinage trié sur le volet est une manière de valoriser cet investissement immobilier. Mais il n'y a pas que ce secteur qui les intéresse. Les quadras, lassés du brouhaha des salles de marchés ou du ronronnement des machines dans l'usine de papa se lancent souvent dans des projets « innovateurs », plus prosaïquement, les franchises de distribution. Les moins aventuriers d'entre eux laisseront à leurs femmes le soin d'investir ce créneau. Eux, préféreront plutôt mettre de l'argent à l'abri. Les comptes dans les banques européennes se gonflent à chaque déplacement en Europe ou aux Etats-Unis. « L'argent des Marocains déposé à l'étranger est estimé aux alentours de 40 milliards de dollars, soit une année du produit intérieur brut du pays », confie ce banquier d'affaires. Et même dans ces pays, le réflexe d'investissement reste typiquement marocain. Un pied-à-terre est la première étape. En plus du fait que c'est une clé pour accéder à une nationalité étrangère très convoitée, cet investissement immobilier propulse dans le cercle assez fermé des propriétaires immobiliers dans les grandes capitales. Les plus huppés ne s'arrêtent pas à ce niveau.
    L'investissement dans les bourses européennes fait monter d'un cran dans le rang social. Discuter de l'évolution du Dow Jones ou commenter les actions des patrons du CAC 40 devient le sujet de conversation dans les clubs cigares. La Bourse de Casablanca ne représente plus aucun intérêt. Sur cette corbeille, on se contente de jeter un coup d'½il furtif sur les « reporting » périodiques envoyés par le gestionnaire sous mandat du portefeuille de quelques dizaines de millions de dirhams. Et puis, il y a ces nouvelles tendances : les valeurs refuges. Surtout à ne pas confondre avec ce bon vieil or. La « Mdema » est plutôt l'apanage d'une bourgeoisie provinciale traditionaliste. Pour la frange occidentalisée, les diamants griffés par de grandes maisons, certes toujours en vogue, sont détrônés par les objets d'art. Ces tableaux de maîtres aux prix mirobolants qui dominent les living des villas d'Anfa à Casa ou Bir Kacem à Rabat. Surtout que ce marché devient de plus en plus structuré. Les sociétés spécialisées dans l'expertise et la vente aux enchères de tableaux fleurissent. Une nouvelle niche dans laquelle se lancent volontairement les plus rusés de cette classe d'affaires, très habile pour transformer les tendances de leurs pairs en business lucratif. Car si être « bourge » est tout un art, un minimum de connaissance est tout de même indispensable.



    le journal-hebdo

     
  2. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    tjrs nos riches

    Les seniors




    Ils ont passé le cap de la soixantaine. Certains ont été hauts fonctionnaires dans le civil ou sous les drapeaux sous Hassan II, d'autres ont réussi dans les affaires, portés le plus souvent par le " cosy-capitalisme " local. Ils ont amassé une fortune considérable.

    ILS AIMENT les sauts de puce dans les grandes capitales occidentales, les palaces et casinos de la Côte d'Azur, les limousines allemandes (BMW série 7, Mercedes classe S), voire la Rolls Phantom naguère bannie du royaume, les enchères chez Christie's ou Sotheby's, les peintures orientalistes, les soirées cigares, les meubles et bibelots rares plutôt Art déco…

    ILS ONT, ou cherchent à acquérir, un yacht, un compte numéroté en Suisse ou au Luxembourg, organisent des soirées bridge, jouent au Golf, délaissent leur résidence secondaire aux Jardins de la Palmeraie (tranche 1), font leurs emplettes au Liberty de Londres…

    ILS SONT nostalgiques de Hassan II, s'habillent toujours chez Lanvin…

    LES PLUS TRADITIONNELS n'aiment pas le luxe ostentatoire, mènent une vie plutôt austère, font dans le caritatif religieux, multiplient leurs voyages à la Mecque…
     
  3. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    encore nos riches

    Les quadras

    Ils flirtent avec la cinquantaine. Ils ont réussi leur carrière dans le privé (dans l'industrie, la banque ou dans les professions libérales). Ils sont fidèles à Marrakech ou Bouznika et ne lésinent pas sur la dépense.

    ILS AIMENT retrouver leurs pairs dans les cercles privés de Rabat ou Casablanca. Ils collectionnent les voitures de sport, déjeunent au Café M du Hyatt de Casablanca pour affaires.

    ILS SONT tentés par une résidence secondaire au River Palm de Marrakech, font du ski à Courchevel ou à Gstaad et rêvent d'une villa au Nakhil de Dubaï. Ils affectionnent les gros 4x4 et les Mercedes CLS.Leurs épouses écument les boutiques de l'avenue Montaigne, vont régulièrement chez leur psy, s'essaient au Botox et à la silicone. Ils se chaussent chez Berlutti et adorent les montres à tourbillon…

    ILS SONT peu loquaces en politique mais sont dubitatifs sur l'avenir du pays. Résultat, ils sont friands de la double nationalité, généralement la canadienne…

    LES PLUS TRADITIONNELS habitent leur première villa au quartier Californie à Casablanca ou à Bir Kacem à Rabat. Ils ne parlent jamais de leur fortune et font profil bas. Paris est leur destination favorite et peuvent voyager incognito jusqu'en Malaisie avec femme et enfants pour les soldes du TLCC de Kuala-Lampur (centre commercial).
     
  4. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    nos jeunes riches

    Les jeunes actifs

    Ils sont à la fleur de l'âge et sont de vrais « Fashion victims ». Riches héritiers ou super actifs dans les métiers à la mode (com, banques d'affaires…)

    ILS AIMENT les marques, le prêt-à-porter de luxe (Dolce et Gabbana, Vuitton…), habitent dans des appartements aux allures de loft à Hay Riad à Rabat ou Racine à Casablanca, meublés chez Kinetic ou Dune Rouge, les chaînes HiFi Bang and Olufsen. ils roulent en BMW série 3 ou 5, elles roulent en Audi A3, Mini Cooper ou Volkswagen Beetle.

    ILS ADORENT les organiseurs Blackberry et les Palm de dernière génération, changent leurs mobiles tous les six mois. Les femmes ne ratent aucun épisode de Sex and the city en VO sur Téva, Desperate Wive's House et New Port Beach, suivent la vie des stars dans les magazines People. Les hommes regardent plutôt 24 heures chrono . Ils s'identifient aux trentenaires de Friends, parlent en Franglais et commandent des sushis au Matsuri. Tous sortent le soir entre copains et finissent leurs soirées à l'Amstrong à Casablanca. Ils passent leurs week-ends à Marrakech et se retrouvent au Comptoir, au Teatro et au Pacha.

    LES PLUS TRADITIONNELS travaillent « chez papa » dans les métiers classiques de la banque, roulent en berlines françaises (Peugeot 307), s'habillent encore chez Van Gils et chinent souvent aux puces de Derb Ghallef. Ils regardent Al Jazeera et les variétés sur 2M. Ils voyagent en bandes et louent des appartements l'été dans les résidences de la Costa Del Sol.
     
  5. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    ils seront riches aussi

    Les étudiants

    Après le bac, ils s'envolent pour Paris, Boston ou Montréal pour des études commerciales.

    ILS AIMENT se chausser chez Weston, porter des Jeans Diesel et les laptops de dernière génération. Ils regardent M6, aiment bien la série Alias, sont férus de baladeurs MP3, la Fnac et Virgin. A Paris, ils sortent au Bario Latino, au Buddha Bar, au Trois Maillets et au Barfly.

    LES PLUS TRADITIONNELS sont envoyés à l'Université Al Akhawayne d'Ifrane, font pharma à Monastir en Tunisie ou médecine à Dakar. Certains suivent assidûment la Star Ac' libanaise et sont branchés sur les télés musicales arabes (Rotana). Ils écoutent les tubes de Amr Diab et Nancy Ajram. Les plus studieux lisent les ouvrages de Mehdi El Mandjra.
     
  6. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    des riches

    Les casés

    Ils se sont rangés après une jeunesse frivole et insouciante. Ils occupent des postes de prestige avec des rémunérations conséquentes ou ont repris les affaires de leurs parents. Leurs épouses ouvrent des franchises sur le Boulevard Al Massira à Casablanca ou sur Fal Ould Oumeir à Rabat.


    ILS AIMENT les voyages en long-courriers vers des destinations exotiques, des villes comme Los Angeles ou Milan, sont soucieux de leur intérieur, les salons minimalistes (Natuzzi, Ligne Roset ou Roche Bobois), les cuisines sophistiquées ultramodernes (Mobalpa). Ils font des soirées Ardisson avant de sortir en couple, lisent la presse indépendante, regardent LCI en boucle et Paris Première et font régulièrement du sport en salle.

    ILS ONT un écran plasma bien en évidence dans leur salon, un vrai abonnement à CanalSat, roulent en berlines de luxe ou 4X4 de ville (Murano, Rexton) et leurs épouses s'adonnent au Stilnox et commandent leurs caftans chez Zbida, Renata ou Waknine. A Casablanca, ils prennent leur café aux Frères Gourmets, font désormais leurs courses au Rungis et chez Hédiard. A Rabat, on les croise Chez Paul le samedi matin.

    LES PLUS TRADITIONNELS sont soucieux des valeurs familiales, font toujours le marché, construisent leur villa sans faire appel aux décorateurs d'intérieur à la mode, gardent le sacro-saint salon marocain. Ils s'entichent de Tariq Ramadan et accourent au Théatre Mohammed V de Rabat quand Adil Imam s'y produit. Ils emmènent leurs enfants à Fuengirola en Août chaque année.
     
  7. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : Les tribus des nantis

    merci pour le journal-hebdo il a decris la catégorie de gens que je deteste le plus au monde
     
  8. nsser

    nsser Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    merci pour ton partage top secret
    ca prouve ton patriotisme
    tu es un vrai marocain
     
  9. mohamed1983

    mohamed1983 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    merci pour l info si scandale ce qui se passe au maroc je croit que le seul etat au monde au  le fils d un ouvrie va de devenir  ouvrie et le fils d un cadre deviendra cadre ou meme plus a mon avis la situation ne changera jamais que si le peuple se revolte et sa n arivera jamais avec des  jeunes  a 80% reve de quitte ou imegrie en europe ou usa ou canada malheuresement le roi est le 1er responsable de la misere et la pauverte des marocaine suive par les gens qui sont au pouvoire si honte
     
  10. zineb82

    zineb82 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Et puis ? Et après ??? tu crois que cette catégorie de gens vit en paix ?? ah non elle est loin de l’être, we en plus la vie koulha arzaaaaaaaaaaa99e,
    NB : je suis sur a topsercretmamarocmatal3ba que si t’était de la même catégorie tu vas voir les choses d’un autre coté et tu vas aimer cette vie, Et d’après mon intuition je crois que hadi hiya l3ou9da diyalk, t’es qlq un li maradiche be amr lah, tu veux koi de plus, 7emad lah we chakrou, wa baraka 3elina mene had les sujets diyal walou , we hadouk li 3andhoum lah yezidhoum we 7ena lah ye3tina 3ela 9ad nefa3,,,,, waaaahhh lewa7d makay7mad gua3e lah, we une seule et derniere chose, pq tu les aiment pas ??? ache daroulak ????? kat7ass bel7agura, bena9ss ???
    Pq??? We mene hadchi koulou rah dieu bera yechoufhoum haka, howa li 3tahoum, machi san3ouh bidihoum, dc khassna ne7amdoula 3la ay 7aja 9elila wela ketira.
     
  11. mohamed1983

    mohamed1983 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    sa se voit ma soeur que ta  jamais vie dans la misere c est pour sa tu dis ça j espere que t es parent viverent longtemps pour te garder cette belle  vie
     
  12. zineb82

    zineb82 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Je savais que ta réponse sera de la sorte, mais pour t’éclaircir un peu les choses, je suis d’une famille normale, en plus mes parents ne me donnent rien, c moi qui finance mes études walilahi le7amd, et je dois travailler pour le faire mon frère. Rah koulna felehawa sawa. Ca d’un coté
    De l’autre coté, je défends pas les riches car j’en fais partie, mais car c pas faisable d’en parler tout le temps, ahe hadouk 3andhoum we 3aychine, we kaytssrawe we 3andhoume des villas….bal bal bla.bla, pour koi faire ???? Ça changera rien,,, par contre on doit arrêter de parler et passer à l’action, essayer de faire l’impossible , c’est pas pour être comme eux, mais pour être comme nous voulons. Et par l’impossible je veux bien dire, étudier, travailler, c la base be3eda, et après 3ad kayji créer des projets même des petits projets, pour réaliser nos rêves.
    On doit commencer pas le commencement, c est ça la richesse, savoir nos valeurs et notre but dans la vie, et puis a la fin vient l’accomplissement de notre tache ds cette belle vie, li 3etana lah, we hadchi koulou si dieu le veut sinon dikchi arzaaaaaaaaaa99, et je le répète une autre fois, la vie arzaaaaa9999.
     
  13. touareg

    touareg Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Bon courage zineb
    c ca l'avenir de notre pays, il faut commencer de soi méme et oublier les autres sinon on reste deriere la barre ...... travailler dur, on arrivera inchallah, et oubliant un peu la religion et ki est personnelle pour chacun de nous, on se rabt tjr pour la religion car on a pas le choix de faire qqc autre, notre dieu nous a dit : travaillez, et chak boulot c a vous, sauf le Jêune c a moi, et c ..., alors de ce apssage du saint coran on peut conclure ke notre Dieu nous donne pas de cadeaux, we must work hard, and of course our god help us.

    :)
     
  14. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    juste pour information hamdoullah g pu passer par ttes les categorie sociale en 3ans (en france) de la classe moyenne qui vit normale du riche qui touche 1900euros(je travailler comme meme 14h/24) par mois et qui touchera jamais, meme evec des etudes longues...g vecu aussi la misere la vrai g vecu aussi dans la rue et t pas un choix c t une obligation
    en plus a titre dinformation ces gens la je l'ai coutois tous les jours hamdoullah kon on est à l'etranger c pas les memes regards...je suis d'accord avec toi (tu crois que cette catégorie de gens vit en paix ?? ah non elle est loin de l’être...) pe etre meme des fois on est bcp mieux qu'eux et la c par experience...
    ok al arrzaak biadi allah mais juste un exemple kon hassan2 est devenu roi son pere ne lui presque rien laisser en terme de fortune...tu connais la suite
    hna hamdine allah mais ça nous nous internit pas de combattre les injustices
    et lhistoire du maroc a bien demontrer que nos riches ils etaient pas riches avant ou pas tous ça nous remet  ala fameuse question "min ayna laka hada"
    je suis socialiste de base
    Le socialisme désigne une doctrine politique qui s’oppose au capitalisme ,visant une société plus juste ,sans classes sociales où tout le monde détient les mêmes richesses.....
    j'essaye de faire le liens avec l'islam....(en cour de rechreche)
     
  15. mohamed1983

    mohamed1983 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Tout a fait d accord mais dieu veut aussi quand bouge et c est pas le cas de notre maroc ou les riche vont rester toujours riche et le pauvre sans seul rêve et de bien manger pendant que d autre vont envahir la lune se que je souhaite se qu il y a un partage de la richesse pour tout le monde et que les riche paie les impôts je parle de la société ONA
     
  16. zineb82

    zineb82 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    merci :D
     
  17. mohamed1983

    mohamed1983 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    En 1924, un Français, Jean Epinat, fixé au Maroc colonisé, fonde l'Omnium Nord Africain (ONA) et se sert du Glaoui pour étendre son empire minier sur les régions non " pacifiées " du pays. De son côté, Moulay Hassan, futur Hassan II, deviendra administrateur de la SMAG, filiale de l'ONA. - En 1956, le Maroc accède à l'indépendance mais les terres des colons et celles du Glaoui, au lieu d'être rétrocédées au peuple marocain, vont revenir à Hassan II, personnellement ! Le " moteur de la modernisation ", l'ONA, subira la même spoliation. Depuis lors, le " roi " est propriétaire effectif des terres minières et agricoles les plus rentables en devises, de même qu'il monopolise le réseau touristique marocain. " Pas touche au Maroc " dit-il. Lui et ses familiers se sont emparés de tout ce qui peut faire fructifier leurs biens privés. Ainsi, est-il devenu l'une des 10 fortunes mondiales. Cela sans que le Maroc ne recèle pétrole, gaz, or ou diamant ! Mais il y a aussi la drogue et la guerre depuis quinze ans ; il y a les (més)alliances (rétribuées) avec le capital étranger - et notamment français - les allégeances (payantes) aux politiques des Etats " amis ", etc. En tous domaines, il s'avère que la souveraineté du Maroc est dangereusement aliénée, par son dirigeant suprême... Le peuple du Maroc, paupérisé, bidonvillisé, résiste. La maxime hassanienne " Enrichir les pauvres sans appauvrir les riches " (sic) est un leurre. Le peuple en sait quelque chose lui qui a subi les plans d'ajustement structurel après les fausses " privatisations " et " marocanisation " ! Corruption et développement du sous-développement sont la caractéristique du régime hassanien avec la répression impitoyable des mécontents. La violation des droits de l'homme est systématique...
     
  18. topsecretmaroc

    topsecretmaroc Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    mohamed sur ce sujet je pense qu'on est dans la meme longueure d'ondes
     
  19. zineb82

    zineb82 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Primo en ce qui concerne le roi hassan2 le prince héritier a l’époque, en faite je connais pas l’histoire,  ce que je connais c que Hassan 2 est un Roi, le roi du Maroc, il peut faire ce qu’il veut, le Maroc lui appartient. C ça l’image du Roi dans les yeux de la plut part des marocains, et j’en fais partie moi aussi. Car c’est la vérité et ne me dit pas le contraire.

    Secondo  ( histoire du maroc a bien démontrer que nos riches ils étaient pas riches avant ou pas tous ça nous remet ala fameuse question "min ayna laka hada") et pour koi faire, li weka3 weka3, we li mecha mecha, pour koi tu veux que les gens des classes moyennes ou pauvres se posent la kestion < min ayna lahoum  hada>  ça vas les aider a koi ?? Ça va aider le Maroc a se développer ?? Je pense pas.  
     
  20. zineb82

    zineb82 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : nos riches d'apres le journal-hebdo

    Tous ça on le sait, et après ??? C’est ça la question, hassan 2 mechaaaa, et puis koulchi kan diyalou, we radi yebe9a comme ça.
    NB : le maroc koulou connaît cette histoire, mais chou barihoum yedirou, yede3iwe le Roi, be7oujat ta3adi 3ala amwal cha3b ??? we yedirilou be7al Sedam yak , we yeja3e koulchi le malih, :D , film hindi hada. Soyons raisonnables un peu,

    Ana be3eda je vois les choses d’un autre coté, be3eda notre cher Maroc wakha 7azzek mais l7amdoulah mafih la 7arb la walou, on vit en paix, en faite plus ou moins.
    Choufou le cas de Sedam, wakl mal dawela koulouuuuuuuuuuu we kam3e 3ibad lah, we chab3 fihoum 3essa, we kanou saktine we 7amdin lah, hadi hiya deneya, dima fiha lkhayb we lemazzyan
     

Partager cette page