Obama et Poutine : esquive, sourires et sous-entendus

Discussion dans 'Info du monde' créé par dul2, 7 Juin 2014.

  1. dul2

    dul2 salam alikom

    J'aime reçus:
    5698
    Points:
    113
    [​IMG]


    Il aura fallu un jeu de caméras pour qu'un sourire vienne enfin sur les lèvres de Vladimir Poutine : l'affichage en public et sur écran géant de sa sombre mine à côté du visage radieux de Barack Obama. La scène se passe sur la plage Riva Bella d'Ouistreham, où est organisée la commémoration internationale du D Day. Des dix-neuf chefs d'État et de gouvernement conviés, le président russe est l'un des plus observés. Après deux mois de crise ukrainienne et de froid diplomatique, il a soupé jeudi avec François Hollande à Paris, puis a rencontré Angela Merkel à Deauville. Mais aucun tête-à-tête officiel n'était prévu avec son homologue américain - pas plus qu'avec Petro Porochenko, président élu de l'Ukraine qui doit être investi samedi. Pis, Moscou et Washington ont continué, ces derniers jours, de croiser le fer.

    Pour le déjeuner d'État organisé vendredi à Bénouville, Poutine et Obama avaient donc été soigneusement éloignés l'un de l'autre. Ils se sont certes entretenus en marge du repas - une "conversation informelle", s'est empressé de souligner Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale du président américain. Vladimir Poutine a également échangé quelques mots avec Petro Porochenko. Mais le froid persiste. Vers 15 heures, alors que les invités de la cérémonie internationale à Ouistreham descendent, un à un, le tapis rouge qui les conduit à la tribune officielle et saluent la rangée des vétérans qui clignent des yeux sous le trop grand soleil, Vladimir Poutine, manifestement isolé, ne parle guère qu'à la chancelière allemande.

    "Renforcer le rôle des Nations unies"
    Obama, avant-dernier à descendre de voiture, reçoit un accueil de rock star : une salve d'applaudissements, un début d'ovation. Jusqu'aux anciens combattants qui se lèvent unanimement pour lui serrer la main. L'arrivée est retransmise sur les écrans géants qui font face aux quatre tribunes, suivie d'un plan serré de Vladimir Poutine qui regarde la scène, l'oeil froid. Le public a un frémissement amusé, qui se transforme en rire franc quand, l'instant d'après, apparaît le montage du visage des deux chefs d'État qui ne se sont pas dit un mot - Obama hilare, Poutine la mâchoire serrée.


    En prenant ensuite la parole, François Hollande a eu soin d'avoir des mots d'union, en rendant hommage non seulement aux alliés et aux résistants français, mais également aux populations civiles de Normandie, aux Allemands, "victimes eux aussi du nazisme". Enfin à l'Armée rouge et à l'ex-URSS. Vladimir Poutine applaudit, le visage immobile. "Notre devoir est de faire progresser l'union des peuples d'Europe et de renforcer le rôle des Nations unies, poursuit le chef de l'État, afin que les conflits ne dégénèrent plus."

    Doit-on interpréter ce propos à l'aune de la crise ukrainienne ? Vendredi matin, au cimetière américain de Colleville qui surplombe Omaha Beach, Barack Obama avait, lui, salué la mémoire des soldats morts pour la libération de l'Europe et l'avènement d'une ère nouvelle. "Nous avons bâti une nouvelle prospérité. De l'ouest à l'est de l'Europe. De l'Amérique du Sud à l'Asie du Sud-Est : soixante-dix ans de mouvements démocratiques se sont propagés."

    Obama et Poutine à Ouistreham : esquive, sourires et sous-entendus - Le Point

    [​IMG]
     
    insensible aime ça.
  2. insensible

    insensible Bad

    J'aime reçus:
    414
    Points:
    63
    il est bizarre cet homme :) le meme gestuel pour toutes les circonstances , regard aigu et visage neutre qui ne passe aucune emotion
     
    RedEye et dul2 aiment ça.

Partager cette page