Obama tend à nouveau la main à Téhéran

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 20 Mars 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    À l'occasion du Nouvel An iranien, le président américain a envoyé un message vidéo à l'attention des dirigeants iraniens leur offrant de renouer les relations diplomatiques. L'Iran demande des actes concrets.

    Barack Obama tend à nouveau la main à Téhéran à l'occasion du Nouvel An iranien. La Maison-Blanche a rendu publique vendredi un message vidéo du président américain sous-titré en farsi (la langue iranienne) dans lequel il appelle les deux pays à résoudre leurs différends. La diffusion de cette vidéo a été programmée pour la fête iranienne de Norouz, qui signifie «Jour nouveau» et qui marque l'arrivée du printemps. Un geste dont le retentissement s'annonce considérable.

    Obama a en effet rompu avec l'ancienne pratique officielle d'adresser des félicitations au peuple iranien à l'occasion de cette grande fête, et a associé le régime islamique dans les destinataires de son message pour offrir la perspective d'un «avenir où les anciennes dissensions sont surmontées», alors qu'elles ont souvent fait craindre la guerre. Cependant, Obama dit dans cette vidéo que, si son administration est déterminée à «rechercher un dialogue honnête et fondé sur le respect mutuel», le régime iranien a un «choix» à faire lui aussi. Sans parler explicitement du soutien au terrorisme ou de la recherche de l'arme nucléaire dont les Etats-Unis accusent l'Iran depuis des années, Barack Obama dit que la République islamique ne prendra pas le rang international qui lui revient, «par le terrorisme ni par les armes». Mais, «on ne peut obtenir cette place par la terreur ni par les armes, mais par les agissements pacifiques qui démontrent la véritable grandeur du peuple et de la civilisation iranienne», dit-il.


    Le conseiller de presse du président Mahmoud Ahmadinejad a fait savoir mercredi que l'Iran accueillait favorablement le message du président américain. «Jusque-là, M. Obama a parlé et n'a pas fait de pas concret pour réparer les erreurs passées à l'égard de l'Iran, mais si la bonne volonté du président Obama va au-delà des mots et qu'il fait des actes concrets, le gouvernement et les responsables iraniens ne vont pas lui tourner le dos», a-t-il déclaré. Parmi les «erreurs passées», le conseiller d'Ahmadinejad a cité le rôle des Etats-Unis dans le «coup d'Etat contre le gouvernement nationaliste en 1953», «le soutien des Etats-Unis à Saddam Hussein» durant la guerre Iran-Irak mais aussi «les sanctions économiques contre l'Iran» ou encore le soutien aux Moudjahedine du peuple, le principal groupe d'opposition armé iranien. Il a également affirmé que les problèmes ne pourraient pas être réglés si les Etats-Unis continuent «à apporter un soutien aveugle au régime usurpateur d'Israël, à commettre des actions violentes, notamment l'arrestation de musulmans ou le soutien à des groupes terroristes à travers le monde».

    Le diplomate en chef de l'Union européenne Javier Solana a émis vendredi l'espoir qu'un «nouveau chapitre» puisse s'ouvrir dans les relations avec l'Iran.


    «Une diplomatie qui traite la totalité des problèmes»

    Les propos d'Obama font du régime islamique un interlocuteur possible pour le gouvernement américain alors que les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, que l'intervention militaire est une option que les présidents américains se réservent pour empêcher l'Iran d'avoir l'arme nucléaire et que les intérêts américains et iraniens se sont heurtés frontalement au cours des dernières années au Proche-Orient ou au Conseil de sécurité des Nations unies.

    En promettant une «diplomatie qui traite la totalité des problèmes», Obama tient l'une de ses grandes promesses, celle de donner sa chance au dialogue avec les adversaires des Etats-Unis, l'Iran au premier rang d'entre eux, et de rompre avec la diplomatie de son prédécesseur George W. Bush, qui avait classé l'Iran parmi les pays de «l'axe du mal». Le message d'Obama, qui avait promis peu après son investiture de tendre la main si les dirigeants iraniens voulaient «desserrer le poing», fait écho à distance au message que lui avait adressé le président iranien Mahmoud Ahmadinejad après sa victoire à la présidentielle américaine en novembre. Le leader iranien avait félicité Barack Obama, mais lui avait demandé un changement radical de la politique américaine.



    [http://www.lefigaro.fr/internationa...3-obama-tend-a-nouveau-la-main-a-teheran-.php
     

Partager cette page