Obsession algérienne, sérénité marocaine

Discussion dans 'Scooooop' créé par oisis73, 23 Avril 2007.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Le 10 avril dernier, le représentant du Royaume du Maroc aux Nations unies remettait officiellement au secrétaire général de l'organisation mondiale le document estampillé « Initiative marocaine pour la négociation d'un statut d'autonomie dans la région du Sahara ». Ce texte de cinq feuillets, composé de 35 articles, a nécessité des mois et des mois de réflexion et de travail, mobilisé plusieurs personnes, les instances politiques, juridiques et économiques, enfin tout ce qui compte comme experts et spécialistes versés dans le domaine.

    Il a également fait l'objet d'interminables débats contradictoires, aux niveaux local, régional et national. Les membres du CORCAS, les partis politiques, les conseils de gouvernement successifs, les associations en ont débattu ses contours avec responsabilité et l'engagement participatif nécessaire. « L'initiative marocaine » n'est pas tombée du ciel, elle constitue en effet le résultat d'innombrables efforts de réflexion et de rédaction, un travail collectif, la synthèse démocratique vivante et porteuse. Il convient d'ajouter – et c'est l'autre mérite – qu'elle n'a pas été imposée ni même un tant soit peu demandée au Maroc.

    Non seulement le Maroc s'est lancé depuis bientôt trois ans dans l'élaboration d'un projet cohérent, démocratique et surtout marqué du souci de fédérer toutes les parties en conflit, mais il l'a fait savoir et n'a cessé de se concerter avec les pays amis, d'informer régulièrement les membres du Conseil de sécurité. Jusqu'à la remise officielle par le Maroc de son projet, ni l'Algérie ni ses stipendiés du polisario ne s'étaient prononcés.

    Ils ont attendu quasiment le même moment pour saisir, en désespoir de cause, le secrétaire général d'un rapport entièrement concocté pour saboter l'initiative du Maroc. On ne pouvait mieux faire dans le cynisme caractéristique. A voir les pressions qu'un Mohamed Bedjaoui est monté exercer il y a quelques semaines à New York sur les membres du Conseil de sécurité, on s'y attendait quelque peu. Le gouvernement algérien n‘a pas d'autre raison d'être que le Sahara marocain et d'autre objectif que de torpiller toute solution.


    Attentats, « affaires » de corruption ou chaos n'y font rien. Un émissaire américain, Clint Williamson, se rendrait-il à Alger pour s'assurer de la sécurité de ses concitoyens. Mohamed Bedjaoui – tout à sa hargne antimarocaine – le harcèle d'un message sur le Sahara marocain en l'intention de Condoleezza Rice. A croire que l'obsession est érigée en politique d'Etat.

    Le Maroc a fait son choix et l'assume avec la sérénité et la confiance qui lui sont coutumières.


    | LE MATIN
     

Partager cette page