OCP : A nous l’arme du pétrole !

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 6 Octobre 2008.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    La plus grande ambition de l’OCP – pour laquelle toute une stratégie industrielle est développée – c’est : un leadership à l’international au niveau des coûts.



    [​IMG]

    Mustapaha Terrab

    Vendredi 19 septembre, c’était bien la première grande sortie médiatique de Mostafa Terrab, depuis son arrivée à la tête de l’OCP en février 2006. Et pour cause, la veille (le 18 septembre), l’Office Chérifien des Phosphates tenait son premier conseil d’administration sous sa nouvelle forme juridique : OCP SA (société anonyme). Au menu de ce conseil, il y avait l’arrêté des comptes, bien sûr, mais aussi la stratégie industrielle et commerciale du groupe.
    Pour les résultats financiers, les nouvelles n’étaient pas bonnes… Mais excellentes ! Cela est vrai pour l’exercice 2007 et encore plus pour le premier trimestre 2008 qui, à lui seul, enregistre un EBITDA (Earnings before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization. soit : revenus avant intérêts, impôts, dotations aux amortissements et provisions) équivalent à 44% de celui enregistré au terme de l’année 2007 toute entière. En effet, à fin 2007, l’EBITDA de l’OCP était de 11 milliards de Dirhams. Au bout des trois premiers mois de 2008, il atteignait déjà 4,9 milliards (voir résultats 2007 et premier trimestre 2008, en encadré).

    Au 31 décembre 2008, l’Office estime son chiffre d’affaires consolidé à quelque 64 milliards de Dirhams.

    Le Président de l’OCP n’explique cependant pas ces profits extraordinaires par la seule hausse des cours du phosphate et de ses produits dérivés. Il y a aussi, explique-t-il, « la politique de restructuration de l’Office, engagée depuis deux ans, sans laquelle il n’aurait pas été possible de mettre à profit cette heureuse évolution des marchés ». Une restructuration qui a eu pour premier résultat de réduire considérablement les charges.

    Que va faire l’OCP de tout cet argent ? Mostapha Terrab prévient : l’outil de production est obsolescent et doit être mis à niveau. Il faut procéder aux investissements industriels qui s’imposent pour préserver et améliorer la part de marché mondiale du Maroc qui est aujourd’hui de 31,64%, tous produits confondus (roche, engrais, acide phosphorique …). En effet, l’OCP a conforté en 2007 sa place de n°1 mondial du commerce du phosphate sous toutes ses formes, avec 31,64% de part en 2007, contre 31,62% en 2006 et 30,6% en 2005.

    Mais les ambitions de l’OCP ne s’arrêtent pas là. Il ne suffit pas d’être premier, il faut se donner les moyens de le rester toujours.

    D’où la nouvelle stratégie de l’Office qu’explique Mostafa Terrab.

    Il s’agit d’avoir le leadership à trois niveaux. D’abord, au niveau des réserves. Là, pas de soucis : avec ses 50% des réserves mondiales de phosphates, le Maroc est dissuasif pour ses concurrents (un Américain a qualifié Khouribga de « scandale géologique », tant les réserves de cette ville sont énormes). Ensuite, le leadership au niveau des capacités de production. Terrab rappelle qu’une grosse partie des investissements vise justement à augmenter ces capacités. En fait, ce sont vingt milliards de dirhams que l’OCP entend affecter à la mise à niveau des installations de phosphates au cours des sept prochaines années. Et enfin, leadership au niveau des prix. « Nous avons, depuis 2007, exercé un vrai leadership et même su anticiper », déclare à ce sujet Mostafa Terrab. Le prix de la roche est passé de 40 dollars à 300 dollars, il est vrai. Mais pour le Président de l’OCP, il n’y a aucune raison pour que le premier exportateur mondial de phosphates ne soit pas en mesure de toujours déterminer les prix.

    Terrab a dû racheter des contrats qui engageaient l’OCP à vendre son phosphate à prix fixe jusqu’en 2017.

    Et c’est bien pour la maîtrise des coûts que l’Office a décidé d’envisager la construction d’un pipeline, plutôt que de continuer à payer si cher le transport (bien que producteur de phosphate, le Maroc n’est pas compétitif à cause du prix du transport qui aggrave le coût de revient). L’annonce du pipeline a été un signal fort. Les plus importants opérateurs internationaux que compte ce secteur l’ont tout de suite saisi et certains d’entre eux ont déjà entrepris des travaux d’approche en direction de l’OCP.


    Cela tombe bien, la stratégie industrielle de l’OCP consiste à transformer le site de Jorf Lasfar en véritable hub planétaire attirant les entreprises qui comptent dans le secteur des phosphates, comme l’explique le management de l’Office. Avec une offre plug and play proposée aux investisseurs étrangers, qui viendraient sur place fabriquer leurs produits phosphates. L’OCP met à leur disposition terrain, usine clé en main, main d'oeuvre qualifiée, encadrement de haut niveau, approvisionnements en minerai, etc. Grâce à ce partenariat win-win, précise l’OCP, « le groupe sécurise des débouchés pour son minerai, produit pour lequel il est le plus compétitif en raison de l’abondance, de la variété et de la qualité de ses roches. Et les investisseurs étrangers, eux, sécuriseraient leurs approvisionnements de phosphate à un prix non grevé par le coût de plus en plus prohibitif du transport du minerai et des produits intermédiaires. Qui plus est, ces futures unités pourraient parfaitement être opérées en joint-ventures ».

    Pour le Maroc il est bien plus rentable de produire et d’exporter la roche que de l’engrais. Il faut donc que ceux qui sont intéressés par la roche viennent sur place.

    Avec le pipeline, c’est le deuxième pari de Mostafa Terrab.

    Flashs


    . Le chiffre d’affaires que réalise l’ONCF en transportant le phosphate de l’OCP est de 1,3 milliard de DH. C’est ce que l’Office des chemins de fer va perdre avec la construction du pipeline (qui devrait prendre quelque deux années et demie).


    . L’OCP manifestera sa solidarité avec les agriculteurs, cette année, de façon conséquente. C’est un effort évalué à 1,4 milliards que fera l’Office en ne répercutant pas les coûts de l’ammoniaque, du souffre et de la potasse sur les prix des engrais. « Mais il ne faut pas que l’OCP devienne une deuxième caisse de compensation », a néanmoins commenté Terrab.


    . L'Inde et le Pakistan sont les principaux investisseurs dans la production des dérivés de phosphates, au Maroc. Et, a annoncé M. Terrab, le Brésil et la Libye sont sur le point de venir également.


    . Le financement de l’externalisation de la Caisse interne de retraite (CIR) de l’OCP vers le RCAR (Caisse de retraite filiale de la CDG) est bouclé et le schéma a été définitivement approuvé par le conseil d’administration. Ainsi, le financement de cette opération de 28 milliards de DH se fera à hauteur de 18,6 milliards sur fonds propres et de 9,4 milliards empruntés aux banques marocaines. Cette opération d’externalisation s’inscrit dans le cadre de la restructuration financière de l’OCP. Les tractations avaient commencé en février 2005 et conduit, en juillet 2007, à la signature d’un accord tripartite entre l’Etat, la CDG (en tant qu’administrateur et gestionnaire des deux Caisses de Retraite RCAR et CNRA) et l’OCP.

    [FONT=Verdana]Résultats financiers de l’OCP[/FONT]


    [FONT=Verdana][U]Pour l’année 2007…[/U]

    [FONT=Verdana]1. Exportations du Groupe sous toute ses formes : 7,77 millions de tonnes P2O5

    [FONT=Verdana]2. Ventes de phosphate du Groupe : 28 millions de tonnes

    [FONT=Verdana]3. Pour l’OCP consolidé, les ventes nettes ont atteint MAD 27 milliards en

    [FONT=Verdana]progression de 21% par rapport à 2006.

    [FONT=Verdana]4. EBITDA a atteint 11 milliards contre 6.77 milliards de dirhams soit une progression

    [FONT=Verdana]de 63%

    [FONT=Verdana]5. EBITDA/ventes est de 41% en progression de 34% par rapport à 2006


    [FONT=Verdana][U]…Et pour le premier trimestre 2008[/U]

    [FONT=Verdana]1. Ventes de phosphate Groupe OCP : 6,5 millions de tonnes

    [FONT=Verdana]2. Les ventes nettes ont atteint MAD 11 milliards soit une progression de 154%

    [FONT=Verdana]par rapport au premier trimestre 2007.

    [FONT=Verdana]3. EBITDA : MAD 4,9 milliards pour le Groupe OCP.

    [FONT=Verdana]4. Résultat net : MAD 3,6 milliards, en hausse de 274% par rapport à la période

    [FONT=Verdana]correspondante de 2007

    [FONT=Verdana]5. Prix de vente moyen FOB d’une tonne de phosphate : $ 115


    [I]Source : lereporter.ma[/I][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT][/FONT]
     

Partager cette page