"On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sages ! La folie, c'était leur

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par HANDALA, 27 Septembre 2005.

  1. HANDALA

    HANDALA Bannis

    J'aime reçus:
    91
    Points:
    0
    "On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sages ! La folie, c'était leur luxe..."
    LE MONDE | 15.06.05 | 13h39  •  Mis à jour le 15.06.05 | 13h52





    Voici des extraits par thème des entretiens qui figurent dans l'enquête réalisée par Euro-RSCG.

    La perte des valeurs

    "Bernard-Henri Lévy proclamait "je suis le fils naturel d'un couple diabolique : le fascisme et le stalinisme". Aujourd'hui, Michaël Youn dit "je suis le fils du néant". Voilà où nous en sommes."

    "Nous sommes dans un entre-deux : entre le positif de la révolte et le malsain de la décomposition."

    "Qui va dire aux jeunes qu'ils peuvent devenir Mandela plutôt que footballeur ?"

    Le sentiment que la société est pessimiste et bloquée


    "Au cinéma, on ne voit que des trucs qui se regardent le nombril. En littérature, c'est pareil. A la Femis -Fondation européenne des métiers de l'image et du son-, où on peut imaginer que les élèves sont de bons bourgeois de 20 ans, des enfants de cadres supérieurs, les courts métrages tournent tous autour du suicide..."

    "La droite a trahi la culture, la gauche a trahi le progrès. C'est désormais la revendication de la monoculture. On a donc un double conservatisme à tendance dépressive porté par ceux qui disaient "sous les pavés, la plage" et par ceux qui leur résistaient."

    "Le journal télévisé, c'est 20 minutes d'angoisse et 10 minutes de "c'était mieux avant"."

    L'exaspération devant une société "paranoïaque"

    "Le monde futur n'est pas chez nous, car nous ne prenons pas de risques."

    "On donne trop d'importance aux désillusions que les gens peuvent rencontrer dans leur vie. Ce n'est pas grave de déposer le bilan, de faire faillite. On s'en relève."

    "La figure du marginal est devenue majoritaire. Chacun veut être un Fox Mulder qui revendi- quesa lucidité supérieure. Nous avons des malades qui croient être guéris."

    "En France, plus le monde s'ouvre et plus les gens se ferment. C'est insupportable."

    La famille d'abord

    "Mes valeurs, à 35 ans, c'est la famille d'abord : tu touches pas à ma Sue Ellen et ma Lucie, sinon je te coupe les pompes à pétrole."

    "Mon ambition : le bonheur des gens autour de moi, ma famille, mes collaborateurs. Je suis centré sur le monde qui m'entoure."

    "On se dit "mes enfants, qu'est-ce qu'ils auront". Nous ne nous faisons plus d'illusions. Nous nous disons juste "on va sauver ce qui est à sauver"."

    "C'est plus difficile d'envisager l'avenir. Par exemple, notre génération ne sera pas propriétaire de son toit. Donc, que laisserons-nous à nos enfants ?"

    La valeur travail

    "La gauche est tombée dans le piège des 35 heures. Elle a oublié que la capacité de travail des gens, c'est leur seule fortune quand ils n'ont pas de patrimoine."

    "Je trouve dommage d'oublier comment un travail, quand il est intéressant, peut structurer une personnalité. Tous les copains de mon petit frère, de 28 ans, vivent du RMI, travaillent trois mois pour avoir les allocations. Cela me sidère."

    "Il y a un nouveau rapport au travail avec les 35 heures. J'entends rarement des gens se projeter, dire "plus tard, je veux faire ça, je veux être Untel". J'entends plutôt "J'irais bien à Venise, ce week-end"."

    La remise en cause de la génération des baby-boomers

    "La génération du baby-boom s'accroche aux règles du jeu qu'elle a fixées. Du coup, elle nous fait un ¼dipe à l'envers. Là, c'est le père qui veut tuer le fils."

    "On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sage ! La folie, c'était leur luxe."

    "La génération 1968 a été consommatrice d'âmes. Ils ont pris tout ce qu'il y avait sur le marché. Ils n'ont rien laissé pour les suivants."

    "J'ai un vrai sentiment d'appartenir à une génération, surtout quand je bosse avec des gens de la génération au-dessus. J'ai le sentiment très net d'être davantage dans le relativisme : je suis de gauche, mais je pense que l'entreprise est positive..."

    "Nous travaillerons pour leurs retraites, mais nos aînés vont-ils nous le rendre ? Même le lundi de Pentecôte, c'est pour aller bosser pour les vieux. Alors que, finalement, vous avez vu le bordel qu'ils nous laissent ? Des retraites pas financées, une croissance anémique, la pollution, le déficit public."

    "Ceux de 1968 ont vécu une époque bénie. On pouvait alors croire au progrès. Nous, nous sommes nés avec la crise et nous n'avons connu que ça. Le sida a toujours existé pour moi. Je ne sais pas si ça doit me faire rire ou pleurer quand ils me parlent de leur sexualité débridée. Ils ont vécu sur une autre planète et ils nous prennent, en plus, pour des petits cons conservateurs..."

    L'engagement dans l'action individuelle

    "L'obsession du caritatif dans ma génération n'est pas inintéressante. C'est l'idée du "je ne ferai pas pourrir la société". Je ne nous laisserai pas nous faire happer par le tourbillon de la mondialisation. Et, de surcroît, j'interviendrai de façon gratuite."

    "J'ai fini par décider de me consacrer à mon association en banlieue. Je suis sorti du circuit du pouvoir pour aller faire ça."

    "Ce qui compte, pour moi, ce sont les 100 personnes que j'ai embauchées en créant mon entreprise. C'est ma façon d'agir sur la société."



    Article paru dans l'édition du 16.06.05
     
  2. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : "On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sages ! La folie, c'était leur

    C'est intéressant aghilasse, j'ai pas encore tout lu, mais je te remercie pour cette effort et ce sens du partage. J'essayerais d'y revenir plustard inchaa Allah :)
     
  3. tilila

    tilila Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Re : "On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sages ! La folie, c'était leur

    "Par une extravagance une autre est abolie :
    D'âge en âge on ne fait que changer de folie!"

    g pas trouvé mieux pour commenter ton interessant & pertinent topic! ;-) merci ..
     
  4. HANDALA

    HANDALA Bannis

    J'aime reçus:
    91
    Points:
    0
    Re : "On est les enfants des fous. Bien sûr qu'on est sages ! La folie, c'était leur

    merci à vous !!! c'est un plaisir pour moi de partager ttes les belles choses
     

Partager cette page