ONA-SNI: Le mariage juridiquement consommé

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 10 Janvier 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    ONA-SNI: Le mariage juridiquement consommé


    · La nouvelle entité juridique s’appelle «SNI» tout court


    · Une petite nostalgie pour le vieil ONA….


    LE marché boursier retient son souffle. Cette nouvelle année promet le dénouement de plusieurs chantiers. La nouvelle réglementation pour le marché (marché à terme et prêt emprunts de titres), la relance des introductions en Bourse (2011 promet un bon nombre d’IPO) et, surtout, la finalisation de la fusion ONA-SNI. Même si elles ne sont plus cotées, les deux entités n’ont pas fini d’être les principaux animateurs de la place. A ce titre, cette fusion d’envergure est juridiquement effective depuis le 1er janvier créant un holding unique d’investissement «à vocation de partenaire professionnel». Justement, les portefeuilles des deux holdings (les filiales ONA et SNI ainsi que les entités détenues conjointement) seront unifiés au sein de cette entité unique. Selon nos sources, tout porte à croire que celle-ci sera appelée SNI tout court. Le vieux nom historique de Omnium Nord Africain qui était devenu récemment ONA, disparaitra donc. D’autant plus que les obligations ONA cotées à la Bourse de Casablanca ont récemment été libellées au nom de celle-ci. C’est en partie ce qui est ressorti des assemblées générales des deux groupes du 31 décembre qui ont ratifié le projet de fusion.

    Concrètement, la fusion va se traduire, comme nous l’annoncions dans ces colonnes précédemment, le pilotage stratégique des participations détenues ainsi que l’accompagnement, dans la durée, des entreprises qui ont une position dominante sur le marché et les projets structurants pour l’économie. Dans une seconde phase, le désengagement des filiales ayant atteint une maturité vers un management autonome et responsable devant les organes gouvernance. La nouvelle entité est appelée à se retirer progressivement du contrôle des filiales agroalimentaires en premier, à savoir Lesieur, Cosumar et de l’ensemble Centrale Laitière/Bimo/Sotherma. D’après SNI, «ce désengagement devrait s’opérer entre 2011 et 2012». A ce titre, la cession de blocs importants sur le marché boursier afin d’augmenter substantiellement le flottant des filiales agroalimentaires est la piste privilégiée. «La structuration des réductions de périmètre n’est pas totalement définie», est-il indiqué. Selon de premières projections, la nouvelle entité réduirait sa participation à moins de 30% dans ces filiales. Ce qui devrait porter le flottant en Bourse de Lesieur à 66,73%. Celui de Cosumar et de Centrale Laitière atteindra respectivement 44,23% et 37,51%. Une telle ouverture de capital au marché pourrait déclencher des offres publiques d’achat (OPA) sur ces entreprises. Les OPA sont possibles au-delà d’un flottant de 41%.
    Au-delà des offres publiques de ventes qui sont rapidement réalisables, l’ensemble ONA-SNI a clairement annoncé depuis le 1er jour l’introduction en Bourse des filiales qu’elle juge matures. Le nom de Marjane est le plus souvent cité. Son introduction serait programmée pour 2013. Onapar ou encore Wana sont, également fortement pressenties pour rejoindre la cote.
    L’une des premières décisions du nouvel ensemble est la réalisation du split sur la valeur nominale de l’action Lesieur. L’opération est supposée rendre la valeur plus liquide. La décision sera validée prochainement. La question qui passionne les salons est: qui pilotera le nouvel ensemble? Mouatassim Belghazi a déjà fait savoir qu’il partirait sans doute mais peut-être le retiendra-t-on? De sources proches, il semble acquis que Hassan Bouhemou aura la responsabilité de la nouvelle entité.

    M. A. B. & F. Fa.

    Source lien:
     

Partager cette page