Onze national : Chronique d’une élimination annoncée

Discussion dans 'Maroc' créé par Info du bled, 16 Novembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Défaite très très logique et … dans les règles de l’art d’un Onze national brouillon face à un Onze camerounais d’un tout autre calibre
    Et donc ce qui devait arriver arriva. Il n’y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, car on la voyait bien venir cette défaite. A force de bourdes, de tâtonnements et d’improvisation, elle s’était faite inévitable, inéluctable. Mais le peu d’espoir ou d’optimisme bête et béat qui restait, nous poussait à croire qu’elle ne pouvait être aussi ridiculisante, aussi humiliante. Samedi après-midi, dans ce beau stade de la capitale spirituelle, il ne pouvait y avoir de match, ou qu’il n’y avait qu’une seule équipe. Une belle parade pour Eto’o et consorts qui n’avaient pas à forcer leur talent, tellement l’adversaire s’était fait inexistant. Il inspirait de la pitié plus qu’autre chose. Pouvait-il en être autrement quand on s’aventure à lancer dans le bain, dans la gueule de lions indomptables qui plus est, des bleus qui étrennent le maillot national, qui n’ont même pas eu le temps de digérer le fait d’avoir été bombardés internationaux à leur grande surprise.
    Mais, bon Dieu, quelle logique de football, ou logique tout court, voudrait que l’on dispute un match des plus officiels contre une constellation de stars en comptant sur des joueurs appelés en catastrophe sans qu’ils aient eu la plus petite occasion de jouer ensemble, ne serait-ce qu’un semblant de match de préparation ?

    La situation est telle qu’il serait superflu de chercher à relever quelques « détails » techniques, comme le fait de s’obstiner à se doter de plus d’un latéral gauche, tout en oubliant le côté droit. Hier, c’était Allioui que l’on avait sacrifié. Cette fois, c’est Adoua. Lun et l’autre ont eu à évoluer en arrière-droit pour la première fois et en équipe nationale ! S’il n’y avait que cela !
    Maintenant que l’on a bu la tasse que l’on est sortis bredouilles : ni Mondial, ni CAN, rangeons nos mouchoirs : on a assez chialé au fait, et posons-nous quelques questions qui s’imposent.
    Etait-on sérieux quand on a mis un quatuor d’entraîneurs, sans palmarès, à la tête du Onze national ?
    Qu’adviendrait-il des ambitions, sans doute démesurées de quelques cadres du terroir (Ouled Lblad) qui se voient sélectionneurs nationaux et de ceux qui leur en donnent l’occasion, faisant de l’équipe nationale un vulgaire cobaye ?
    Qu’adviendrait-il de ces joueurs du championnat national brûlés de la sorte et de cette « opinion publique » qui soutient que tout le malheur vient des joueurs évoluant sous d’autres cieux ?
    Tant que l’on se focalise sur la seule équipe « A », tant que l’on ne se sent pas offensé de ne figurer nulle part dans le monde ou, tout au plus, au niveau continental, concernant les cadets ou les juniors, on ne mènera pas large.
    Et pour cela, il faut tâcher de se débarrasser de toutes ces vessies que l’on a trop prises pour des lanternes et pendant des lustres. Il est temps de zapper tous ces discours pompeux qui cherchent à faire croire que l’on est les meilleurs (en quoi ?).
    Oublions au passage le court terme. Le moyen serait déjà un luxe.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page