Osasuna 1 - 1 FC Barcelone : Relâchement coupable

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 3 Novembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Alors qu'il tenait les trois points, le Barça s'est fait rejoindre à la dernière minute du temps additionnel sur la pelouse de Pampelune et concède bêtement un second match nul (1-1).

    Les faits et le jeu
    Après avoir perdu ses premiers points de la saison en championnat à Valence (0-0) il y a quinze jours, puis après avoir dans la foulée mordu la poussière à domicile en Ligue des Champions face à la modeste équipe russe du Rubin Kazan (1-2), le Barça avait su parfaitement réagir en explosant le Real Saragosse dans antre du Camp Nou (6-1) dimanche dernier puis en battant mercredi avec une équipe très remaniée un petit club de D3 en Coupe du Roi (2-0).

    L’heure n’était donc plus au sursaut mais à la confirmation sur la pelouse toujours difficile de l’Osasuna Pampelune, celle-là même où Messi, l’an passé, avait fait des prodiges en arrachant la victoire (3-2).



    Pour ce rendez vous crucial avant un déplacement périlleux en Russie mercredi, Guardiola faisait le choix de maintenir sa confiance au onze victorieux du week end dernier, à la seule exception du poste d’arrière gauche où Abidal retrouvait sa place (Maxwell était titulaire contre Saragosse). Au coup d’envoi, on retrouvait ainsi Valdes dans les cages protégé par Puyol (encore obligé de jouer les pompiers à droite du fait de la blessure d’Alves), Piqué, Chygrynskiy et Abidal, avec un milieu Xavi-Busquets-Keita et une attaque Messi-Ibrahimovic-Iniesta.

    Si le match démarrait sur les chapeaux de roue avec une première occasion dès la 50ème seconde (frappe puissante de Messi dégagée par le gardien), la suite ne se poursuivait, hélas !, pas sur ce rythme endiablé. La faute à un Barça poussif trop individuel en attaque et privé de largeur avec peu de présence dans les couloirs, et à une équipe d’Osasuna bien en place, à défaut d’être virevoltante. De fait la partie était assez équilibrée avec un faux rythme caractéristique de ces matches du Barça à l’extérieur dont on sent que le résultat final va se jouer à des détails… Impression prémonitoire à n’en pas douter.

    La première mi-temps pouvait ainsi se résumer à une grande neutralisation, animée uniquement par les alignements douteux de la défense catalane dont Osasuna ne profitait pas et par un corner de Xavi joué en retrait pour une frappe dangereuse d’Ibrahimovic contrée par la défense (29’). Plutôt maigre.

    Le second acte n’était malheureusement pas davantage affriolant avec un jeu assez pauvre de part et d’autre et des défenses impossibles à bouger. Le principal événement nouveau arrivait ainsi à l’heure de jeu avec… le remplacement de Chygrynskiy par Marquez.

    Dès lors ce fut un duel entre Ibrahimovic et Flano en position de dernier défenseur qui sortit le match de sa léthargie. Mais au lieu du carton rouge réclamé par les Blaugranas, l’arbitre laissait jouer.

    Faut-il penser que les joueurs prirent l’arbitre aux mots ? Toujours est-il que cet incident ouvra une période de domination catalane nettement plus intense que les autres avec des vagues offensives un peu (un peu seulement) plus fréquentes et déterminées.

    De là à penser que l’ouverture du score ne tarderait désormais plus, il n’y avait qu’un pas à franchir, chose que Keita se chargeait de faire en reprenant victorieusement un centre en retrait de Puyol bien décalé par Messi (0-1, 72’).


    Le plus dur semblait dès lors avoir été accompli. Il suffisait en effet au Barça de gérer tranquillement cet avantage et d’appuyer sur l’accélérateur pour profiter des espaces offerts à présent par les locaux. Hélas les catalans jouèrent très mal les différents « coups » qui s’offrirent à eux, d’où l’obligation de jouer les dernières minutes du match sans aucun filet de sécurité.

    Le coup de théâtre intervint dans le temps additionnel. Alors que Messi venait par deux fois de manquer la balle du 2-0, Juanfran se jouait de Rafael Marquez côté gauche pour adresser un centre du désespoir, lequel était repris avec énergie par Piqué. But contre son camp et explosion de joie à El Sadar… d’autant plus que l’arbitre sifflait dans la foulée la fin du match.


    Cruel et rageant.

    Avec 23 points en 9 journées, le bilan comptable de cet exercice 2009-2010 est cependant plus que satisfaisant : c’est un point de plus que l’an passé et le même nombre qu’en 2004-2005. Mais il est évident que depuis un mois, les clignotants sont de plus en plus nombreux à se mettre à l’orange. Nul doute qu’un autre résultat qu’une victoire à Kazan mercredi en feraient passer plusieurs au rouge.


    Les joueurs :
    Valdes : 6
    Il n’a pas eu grand-chose à faire dans ce match où les défense sont largement pris le pas sur les attaques. Impuissant sur le CSC de Piqué.

    Puyol : 6
    Bien présent défensivement, il s’est contenté du minimum en attaque. Suffisant pour offrir un but !

    Piqué : 5,5
    On ne va pas enfoncer sa performance à cause d’un geste malheureux à l’antépénultième seconde du match. En dehors de son CSC, ce fut du Piqué habituel, à savoir très serein dans la relance et impeccable dans les duels.

    Chygrynskiy : 4
    Ce n’est pas avec ce type de prestation qu’il arrivera à faire taire les critiques qui se multiplient à son encontre. La principale différence entre ce Barça et celui du triplé ? L’an passé, l’arnaque en défense n’avait coûté que 15 millions.
    Remplacé par Marquez qui eu le mauvais goût de se mettre au niveau de l’Ukrainien, et même pire de perdre stupidement le duel qui amène le centre de l’égalisation…

    Abidal : 6
    Solide comme souvent, et pas nécessairement maladroit dans le jeu offensif. Mais pas au point de compenser l’absence d’ailier de métier dans cette composition d’équipe.

    Busquets : 5,5
    Un match sobre avec peu de pertes de balle. Peut et doit faire mieux néanmoins.

    Xavi : 4,5
    Match assez transparent de la part du vice capitaine Blaugrana.

    Keita : 6
    Pas vraiment à son aise, coincé par le positionnement d’Iniesta, il s’est peu mis en évidence, en dehors de son but qui aurait dû suffire à ramener les trois points.

    Messi : 4,5
    Trop individualiste, peu en réussite face au gardien, il a été agaçant par son incapacité à bien jouer les différents « coups » qui se sont offerts à lui. Depuis qu’il est revenu de sélection, il n’y est pas.

    Ibrahimovic : 4,5
    Après plusieurs performances de très haute volée, Zlatan a montré un visage bien terne ce soir. Difficile à trouver en pivot et encore plus dans la profondeur (nombreux hors-jeu).

    Iniesta : 6,5
    Le meilleur Barcelonais, et cela fait vraiment plaisir d’enfin pouvoir l’écrire cette saison puisque le Manchego était pour le moment très en dedans. De l’agilité, de la vitesse, de la percussion. Néanmoins il serait sans doute plus judicieux de parler de « moins mauvais » plutôt que de meilleur, vu la prestation globale de ses partenaires. N’a pas su tiré l’équipe.
    Remplacé par Pedro.


    Fiche technique :
    Osasuna : Ricardo ; Azpilicueta, Miguel Flaño, Josetxo, Monreal ; Juanfran (Galán, m.82), Puñal (Rúper, m.77), Nekounam, Camuñas ; Pandiani, Aranda (Masoud, m.70).

    FC Barcelone : Valdes ; Puyol, Piqué, Chygrynskiy (Márquez, m.61), Abidal ; Xavi, Busquets, Keita ; Messi, Ibrahimovic, Iniesta (Pedro, m.90).

    Buts : 0-1, m.72: Keita. 1-1, m.93: Piqué (CSC).

    Arbitre : Rubinos Pérez
    Avertissements : Aranda (m.18) ; Chygrynskiy (m.50), Keita (m.55), Ibrahimovic (m.63).
    18.891 spectateurs


    Source
     
  2. prince d'amour

    prince d'amour ZaKaRiA

    J'aime reçus:
    210
    Points:
    63
    vraiment fe had le match ma3ejbounich 2

    comme tjrs marquez et had el marra Messi

    awe seyad mabghach ye3ti koora le ibra wach ma hamlouch oula chno ??

    ç ps la 1ère fois et ç ps pour une fois fe had le match

    in chaa allah m3a Ruben kazan ykouno metfahemin
     
  3. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    moi je pense que marquez est devenu la bête noir du Barça comme l'époque d'Oleguer avec Raijkard maymekench chi match yele3eb o mayetemarekach 3ela Barça chi but
     

Partager cette page