Ouverture du G20 dans un climat de guerre froide

Discussion dans 'Info du monde' créé par dul2, 5 Septembre 2013.

  1. dul2

    dul2 salam alikom

    J'aime reçus:
    5698
    Points:
    113
    [​IMG]
    Le différend entre Barack Obama et Vladimir Poutine sur le dossier syrien risque de reléguer au second plan l'ordre du jour économique du sommet du G20 qui s'ouvre jeudi 5 septembre à Saint-Pétersbourg en Russie.
    Les dirigeants des pays principaux pays industrialisés et en développement ont prévu d'avancer sur la croissance, les échanges commerciaux, la transparence bancaire et la lutte contre la fraude fiscale. Les pays membres de ce club représentent deux tiers de la population mondiale et 90 % de la richesse créée sur la planète.

    Ces pays ne sont pas forcément d'accord sur les conséquences à tirer de la crise des devises sur les marchés émergents ou de la décision de la réserve fédérale des Etats-unis de mettre fin à son programme de soutien à l'économie américaine.

    POLÉMIQUE SUR UNE INTERVENTION EN SYRIE

    Mais, par comparaison, les positions sur ces sujets semblent moins difficiles à rapprocher que celles de Vladimir Poutine et de Barack Obama sur la nécessité d'une intervention en Syrie, alors même que ce dossier n'est pas officiellement à l'ordre du jour. Le président russe comme le président américain ont donné de la voix dès mercredi sur ce sujet.

    Barack Obama a profité d'une escale en Suède sur la route du G20 pour à nouveau défendre son projet d'intervention contre le président syrien Bachar Al-Assad, coupable à ses yeux d'avoir utilisé des armes chimiques contre son peuple le 21 août dans la plaine de la Ghouta près de Damas.

    La communauté internationale ne peut pas rester silencieuse face à la "barbarie" de l'attaque au gaz neurotoxique du 21 août, a déclaré Barack Obama selon qui "le monde a fixé une ligne rouge" contre l'utilisation des armes chimiques.

    ACTE D'"AGRESSION"

    Parallèlement, la commission des affaires étrangères du Sénat américain a adopté un projet de résolution autorisant l'usage de la force armée en Syrie, mais de manière plus limitée que ce que demandait Barack Obama.

    Vladimir Poutine a pour sa part déclaré qu'un feu vert à une intervention donné par le Congrès américain sans vote d'une résolution au conseil de sécurité des Nations unies serait un acte d'"agression".


    Le président russe, qui n'a pas exclu de soutenir une action militaire qui aurait obtenu l'aval du conseil de sécurité, a accusé le secrétaire d'Etat américain John Kerry de mentir en minimisant la place d'Al-Qaida au sein des insurgés qui se battent contre Bachar Al-Assad.

    Lire : Syrie : la Russie "prête à agir" si les preuves sont "convaincantes"

    HARMONIE ROMPUE

    Sur le plan économique, le G20 était parvenu à une coopération sans précédent entre pays développés et pays émergents pour éviter l'effondrement économique durant la crise financière de 2009, mais cette harmonie est désormais rompue.

    Il devrait y avoir toutefois quelques accords, notamment sur les mesures contre la fraude fiscale par les multinationales. Il sera également proposé aux dirigeants du G20 de mieux réglementer le marché mondial des produits dérivés – futures, options et autres swaps – dans le but de prévenir la formation de nouvelles bulles financières.

    Mais un consensus sera difficile à trouver parmi les pays développés : d'un côté les Etats-Unis travaillent activement à soutenir la demande, tandis que l'Europe sort de l'austérité plus lentement.

    Lire l'entretien avec Montek Singh Ahluwalia, "sherpa" du premier ministre indien : "Le G20 doit essayer d'harmoniser les politiques monétaires"

    FRICTIONS

    Parallèlement, les grands pays émergents dits des Brics sont divisés sur le rôle du dollar américain dans les échanges économiques mondiaux. Et pour l'instant, Brésil, Russie, Chine et Afrique du Sud ne semblent pas avoir l'intention de se rallier derrière le cinquième membre des Brics, l'Inde, qui a appelé vendredi dernier à une intervention conjointe sur les marchés des changes.

    D'autres sujets de friction pourraient apparaître en marge du sommet. Barack Obama a l'intention de rencontrer des militants des droits de l'homme dont des membres d'un groupe de défense des droits des homosexuels qui protestent contre une nouvelle loi russe qui interdit la "propagande" homosexuelle chez les mineurs.
    http://www.lemonde.fr/international...29_3210.html#ens_id=3471330&xtor=RSS-3208
     

Partager cette page