Palestine/Israël Azoulay, le « négociateur »

Discussion dans 'Scooooop' créé par nanitouta, 21 Avril 2006.

  1. nanitouta

    nanitouta Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Une délégation israélienne dirigée par le futur député travailliste Ami Ayalon devrait incessamment se rendre à Casablanca pour y rencontrer des représentants de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Selon le site NRG du quotidien Maariv, qui a diffusé l'information, avec ce voyage les Israéliens comptent maintenir le contact avec des éléments "modérés" de l'Autorité palestinienne "dans l'espoir de les voir revenir au pouvoir après la chute du gouvernement du Hamas" disent-ils. Pour ces discussions prévues prochainement sous l'égide du roi Mohammed VI, avec la participation de son conseiller André Azoulay, Ayalon doit être accompagné de Yehouda Lancry et du professeur Eli Barnabi, tous deux anciens ambassadeurs d'Israël en France. Quant aux interlocuteurs palestiniens, il s'agit des anciens responsables de l'Autorité palestinienne, Yasser Abed Rabo, Sofian Abou Zaïda et Zayed Abou Zayed. Les Israéliens de gauche ne cachent pas l'objectif de ces rencontres : ils indiquent clairement qu'ils souhaitent "la reprise du dialogue entre Israël et les Palestiniens" malgré l'arrivée du Hamas. En fait, les débats s'inscriront dans l'esprit de l'initiative de Genève, présentée il y a trois ans et demi par le député d'extrême gauche, Yossi Beilin, qui effectue à présent un retour à la Knesset à la tête de son parti, le Meretz. Les participants tiendraient à prouver qu'il est "possible de parvenir à un accord avec l'Autorité palestinienne sans procéder à des retraits unilatéraux selon le plan d'Ehoud Olmert".


    Les conversations informelles devraient débuter à Casablanca le 4 mai prochain.
    Elles ne semblent pas déranger outre mesure les dirigeants officiels du gouvernement israélien. En fait, il semble s'agir surtout de la suite logique du projet de Genève, engagé justement avec la participation du Palestinien Abed Rab. Par ailleurs, le Premier ministre israélien par intérim Ehoud Olmert a annoncé, le 9 avril dernier que son gouvernement adopterait une politique plus ferme et suspendrait toute relation avec l'Autorité palestinienne tant qu'elle serait dirigée par le Hamas.
    Mais officieusement, les contacts sont maintenus à certains niveaux.

    Source: le journal-hebdo.
     

Partager cette page