Parkinson et troubles du sommeil: causes et solutions

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par jijirose, 25 Mai 2010.

  1. jijirose

    jijirose this is my life

    J'aime reçus:
    390
    Points:
    83
    La maladie de Parkinson est très souvent liée à des troubles du sommeil. Les personnes qui en souffrent se plaignent surtout de somnolence pendant la journée. Comment cela s'explique-t-il?

    Quel est le lien entre maladie de Parkinson et troubles du sommeil?


    Les personnes souffrant de maladie de Parkinson se plaignent très souvent de troubles du sommeil divers. Une partie de ces troubles est sans doute liée au simple vieillissement, comme la diminution de la quantité et de la qualité du sommeil. La dépression peut aussi jouer un rôle, puisqu'elle est souvent présente en conjonction avec la maladie de Parkinson, et qu'elle favorise l'insomnie.

    La maladie de Parkinson entraîne directement des troubles du sommeil

    Un autre trouble, l'augmentation de la somnolence pendant la journée, semble cependant directement lié à la maladie elle-même selon une étude récente (1). Celle-ci a en effet montré que les somnolences en journée ne sont pas liées aux troubles du sommeil nocturnes, ni aux médicaments administrés. Il semble donc que les modifications que la maladie effectue dans le cerveau touchent le sommeil. Les personnes souffrant de maladie de Parkinson sont aussi plus sujettes aux mouvements pendant leur sommeil, ce qui les réveille et entraîne automatiquement des nuits moins paisibles. Enfin, la maladie de Parkinson s'accompagne parfois de troubles respiratoires. Dans ces cas également, le sommeil souffre

    Comment lutter contre les troubles du sommeil associés à la maladie de Parkinson?

    Il est, bien entendu, intéressant d'aborder le sujet avec le médecin traitant. Mais la solution passe bien souvent par un aménagement du style de vie:



    Ne pas trop "travailler" sur le sommeil: si au bout de vingt minutes ou une demi-heure on n'a pas fermé l'oeil, mieux vaut ouvrir un livre que s'angoisser sur le sommeil qui ne vient pas.

    Eviter les longues siestes. La somnolence en journée ne peut souvent pas être évitée, et par ailleurs une sieste courte est plutôt bénéfique; mais si les phases de sommeil en journée durent plus qu'une heure, c'est le sommeil de la nuit qui est menacé.

    Cela semble évident, mais il est toujours utile de le rappeler: tout excitant (caféine, théine, nicotine) doit être évité à partir de 16 heures. Les repas trop lourds sont aussi mauvais pour le sommeil.

    Enfin, en cas de difficultés de sommeil, une heure de lever et de coucher qui est toujours la même est parfois d'une grande aide

    source
     

Partager cette page