Pastore se défend

Discussion dans 'France' créé par simo160, 10 Novembre 2011.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Critiqué pour ses dernières prestations, Javier Pastore est sorti de sa réserve pour se défendre, lundi lors d'une visite à Disneyland. La star du PSG met son coup de mou sur le compte de la fatigue. L'Argentin, qui vit encore à l'hôtel, a du mal à digérer l'enchaînement des matches.

    Depuis quelques semaines, Javier Pastore est dans le creux de la vague. Dimanche soir, face à Bordeaux (1-1), il a même livré ce qu'on peut considérer comme sa plus mauvaise copie depuis son arrivée dans la capitale. Aucun tir cadré et aucune frappe réussie. Depuis la 10e journée, il n'a frappé en moyenne que deux fois par match et n'a réussi que quatre dribbles sur onze tentés, rapporte L'Equipe. Jusque là, ses buts ou ses passes décisives (6 buts en 10 matches) avaient masqué son passage à vide. Mais difficile désormais de se cacher. Interrogé par Le Parisien alors qu'il visitait Disneyland Paris en famille, l'Argentin a confirmé ce que tout le monde pensait : il est fatigué. Une fatigue physique ou morale ? "Un peu des deux, répond-il. Il y a eu mon arrivée et tout ce qui s’est passé autour qui m’ont éprouvé. La vérité, c’est que dans mes clubs précédents, je n’étais pas habitué à jouer tous les trois jours". Il faut dire que Pastore n'a pas effectué une vraie préparation cet été. Deux semaines après son arrivée de Palerme, il était déjà titulaire face à Differdange en Ligue Europa.

    "Ce n'est pas un surhomme. Il a 22 ans, il apprend son métier aussi", explique pour sa part Antoine Kombouaré qui lui reconnaît des "soucis physiques". Pourtant, l'entraîneur ne l'a pas fait souffler, profitant au contraire des matches pour lui faire rattraper son retard de préparation. Pastore pointe donc du doigt un autre problème : son adaptation à sa nouvelle vie parisienne. "Je viens de vivre un peu plus de deux mois à l’hôtel, c’est fatigant, avance-t-il. Mais on a enfin trouvé une maison et on emménagera à mon retour de sélection. La maison est déjà prête, on sera plus tranquilles là-bas. J’aurai plus de temps pour me reposer et profiter de ma famille. A l’hôtel, ce n’est pas possible". Mais le fait qu'il ne parle pas encore français n'est pas un obstacle, selon lui : "j’ai beaucoup de coéquipiers qui parlent italien ou espagnol. Le directeur sportif Leonardo parle aussi espagnol. Tous m’aident beaucoup".

    "Certains joueurs éprouvent de la jalousie"


    Recruté pour 42 millions d'euros, Pastore est également tombé dans un PSG qui ne brille pas par son sens collectif et s'en remet trop souvent à ses individualités. Dans L'Equipe, son ancien président à Palerme va même plus loin et met en garde après avoir vu le match face aux Girondins. "Parfois, ses coéquipiers ne lui passaient pas le ballon. Il se démarquait mais la balle n'arrivait toujours pas, a noté Maurizio Zamparini. Peut-être que certains joueurs éprouvent de la jalousie envers lui. Pastore doit être décisif, sinon il y aura toujours de la jalousie. C'est comme pour les belles actrices. Si elles se ratent, tout le monde leur tombe dessus". Et il conseille : "Leonardo et l'entraîneur du PSG devront faire attention à ça. A Palerme, il a eu ce problème". Zamparini, lui, avait dû intervenir auprès de son entraîneur et de son directeur sportif lorsque Pastore avait posé ses valises en Sicile.

    En attendant, il assure que "les critiques ne (l)’affectent pas". "Elles font partie du jeu, dit-il. Quand je joue bien, on parle de moi en bien, et quand je joue mal, c’est l’inverse. Il faut savoir prendre du recul et ne pas trop y prêter attention. Ça permet de garder la tête froide dans les moments difficiles". Malgré les heures de vol, Pastore compte néanmoins sur son périple à Buenos Aires, où il doit rejoindre la sélection argentine pour affronter la Bolivie puis la Colombie lors des éliminatoires du Mondial 2014, pour revenir plus fort. "Je suis tranquille, estime-t-il. J’ai dix jours maintenant pour penser à la sélection argentine, me changer les idées et me remettre d’aplomb quand je reviens". Le rendez-vous est pris.


    Eurosport
     

Partager cette page