Peer-to-peer: les studios américains attaquent les moteurs de recherche

Discussion dans 'Scooooop' créé par kochlok03, 25 Février 2006.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Nouvelle offensive des studios d'Hollywood: ils visent les moteurs de recherche spécialisés, qui redirigent les internautes vers des sites hébergeant des fichiers piratés. Des sites de la communauté Usenet vont aussi faire l'objet d'une plainte.
    Poursuivant son combat tous azimuts contre le peer-to-peer, la puissante association professionnelle qui représentent les studios d'Hollywood (MPAA) lance une nouvelle offensive juridique contre différents acteurs liés au piratage de films.
    Plusieurs sites visés sont, pour la première fois, des moteurs de recherche qui n'hébergent pas eux-mêmes de fichiers vidéo, mais facilitent le téléchargement, affirme la MPAA.
    C'est aussi la première fois qu'elle s'en prend à des sites, comme DVDRs.net et BinNews.com, qui redirigent leurs utilisateurs vers les "newsgroups" du protocole Usenet (l'ancêtre des forums de discussion de l'internet, Ndlr), précise une porte-parole.
    Outre BinNews.com et DVDRs.net, les sites ciblés sont: Torrentspy.com, IsoHunt, BTHub.com, TorrentBox.com, NiteShadow.com, Ed2k-It.com, NZB-Zone.com.
    Les moteurs sont des sites comme les autres pour la MPAA
    Les studios considèrent qu'il y a peu de différence entre un réseau d'échange de fichiers et un moteur de recherche qui pointe vers des oeuvres piratées. «Désactiver ces puissants réseaux de distribution illégale de fichiers est une étape importante pour stopper la vague de piratage sur internet», a déclaré John Malcom, directeur pour la MPAA des opérations mondiales antipiratage.
    Cette nouvelle attaque des studios crée une certaine gêne au sein de la Silicon Valley, car des moteurs tels que ceux de Google et de Yahoo peuvent aussi aider à trouver des films piratés.
    La loi américaine DMCA (Digital Millennium Copyright Act) les protège toutefois. Ils ne peuvent être tenus responsables s'ils pointent vers des ouvrages piratés, mais à trois conditions. Que leurs administrateurs ignorent que des contenus sont en infraction, qu'ils ne tirent pas profit financièrement de ces liens, et qu'ils les retirent rapidement à la demande des détenteurs du copyright.
    Contrairement aux moteurs généralistes, les sites ciblés remontent presque exclusivement des liens et références à des films, des logiciels et de la musique protégés par le copyright. IsoHunt, l'un des plus gros moteurs incriminés, prévient cependant ses visiteurs avec un message clair: «Nous respectons le copyright, et filtrons les liens P2P si on nous le demande.»
    L'absence de précédents juridiques
    Certains des moteurs visés par les studios indiquent ne pas avoir encore reçu de lettre. Mais ils comptent bien se défendre le cas échéant. IsoHunt.com, qui déplore l'initiative étant donné ses efforts d'information, va former avec TorrentBox.com notamment une coalition, en espérant recevoir le soutien de l'EFF. Il entend se battre pour ne pas subir le sort de LokiTorrent ou Suprnova.


    Côté justice, les tribunaux américains n'ont pas encore statué sur la responsabilité des outils de recherche, tient à souligner l'avocat de l'EFF (Electronic Frontier Foundation), Fred von Lohmann. Et pour cause: la plupart des affaires similaires ces dernières années, comme le cas MP3board, ont été réglées à l'amiable sans procès. «Il n'y a pas eu de dossier concluant si oui ou non, fournir un service d'indexation constitue en soi une infraction», ajoute-t-il.
    La MPAA a déjà réussi à faire fermer des sites qui distribuaient des films via le réseau BitTorrent, dont les populaires Suprnova et LokiTorrent. Il y a quelques jours, elle a également annoncé que, grâce à la collaboration des polices suisse et belge, le serveur européen Razorback 2 cessait toute activité. Il faisait partie du réseau eDonkey, utilisé par 1 million de personnes.
    Par ailleurs, l'association a récemment signé un accord avec la société BitTorrent.com, qui propose la technologie d'échange de fichiers, et le moteur de recherche du même nom. BitTorrent a accepté de retirer des liens vers certains films dans l'outil de recherche.

    source : zdnet
     
  2. zakaria007

    zakaria007 Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0

Partager cette page