Plan de développement industriel: Des comités en place

Discussion dans 'Info du bled' créé par fax02, 23 Juillet 2008.

  1. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    · Lancement d’une étude pour la feuille de route du secteur

    · Objectif: mettre en place un plan de développement industriel intégré

    · Un contrat-programme avec la CGEM avant la fin de l’année

    L’élaboration du Plan de développement industriel intégré, dans le cadre d’un partenariat public-privé, annoncée dernièrement par le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, prend forme. Il s’agit de mettre en place une feuille de route dédiée au secteur industriel, décliné sur 5 grands axes porteurs identifiés.
    Pour la cogestion de cette démarche stratégique, Ahmed Réda Chami est allé à la rencontre du patronat, mardi après-midi au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), à Casablanca. Sa volonté d’impliquer le monde des affaires est réelle. Il entend mettre en place une sorte de plateforme de concertation transversale avec tous les groupes de compétences, pilotés par des cadres aussi bien économiques que politiques. De sorte à créer une émulation d’un groupe à l’autre, et que le plan «roule tout seul». Ainsi, le ministre n’a pas lésiné sur les détails. Et pour tenir ce pari, Chami signera un contrat-programme avec la CGEM avant la fin de l’année.
    Les métiers mondiaux du Maroc constituent l’essentiel de la stratégie. Un ensemble de secteurs industriels sur lesquels le Royaume offre des avantages comparatifs certains notamment par rapport à quelques pays d’Asie. Un plus qui, pour le ministre, fait que le pays peut attirer des investissements importants, «en profitant de la refonte actuelle de la carte mondiale de la production industrielle». Pour ces potentiels investisseurs, Chami a une idée séduisante: développer pour eux des plateformes industrielles intégrées. «Ces plateformes feront du Maroc une destination majeure d’investissement dans l’industrie», déclare-t-il. Car, en plus des incitations sectorielles, le ministre prévoit dans son plan «du foncier à bon prix, des services généraux et spécifiques communs et un guichet unique pour faciliter les interactions».
    Le 2e axe du plan porte sur la modernisation compétitive des PME. Pour cela aussi, le ministre annonce la mise en place d’actions portant sur tout le cycle de vie de l’entreprise. S’agit-il d’un nouveau traitement spécifique à cette catégorie d’entreprises? «Seuls les résultats de l’étude en détermineront l’approche à adopter», confie l’un des collaborateurs du ministre.
    Au programme également, l’amélioration du climat des affaires. Mais à la différence que cela se fera sur la base d’une «approche réaliste, ciblée et pragmatique». Va-t-il réduire davantage le transfert de propriété en réduisant son droit, actuellement de 2,5% de la valeur du bien ainsi que simplifier ses règles fiscales? Histoire d’aller au-delà du dernier Doing Business de la Banque mondiale et de SFI, classant le Maroc premier réformateur dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient.
    Enfin, les 4e et 5e axes portent respectivement sur l’adéquation de la formation aux besoins des investisseurs et la création de l’Agence pour le développement des investissements.

    l'économiste

     

Partager cette page