Plus de 28.000 clandestins arrêtés depuis le début de l'année

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 8 Décembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Quelque 28.500 candidats à l'émigration clandestine ont été arrêtés au Maroc depuis le début de l'année 2005, a indiqué le ministre marocain de l'Intérieur, Moustapha Sahel, devant le Parlement à Rabat.

    Quelque 7.400 Marocains se trouvaient parmi ces migrants, pour la plupart originaires de pays de l'Afrique sub-saharienne, a indiqué M. Sahel mardi devant les députés.

    En outre, plus de 380 réseaux d'immigration clandestine ont été démantelés au cours de la même période, selon le ministre de l'Intérieur.

    En 2004, 15.675 immigrants clandestins avaient été interceptés sur les côtes d'Andalousie ou de l'archipel des Canaries, selon des statistiques officielles.

    "Le gouvernement a renforcé la coopération internationale (...) pour faire face aux réseaux terroristes qui s'activent dans le trafic d'êtres humains", a déclaré M. Sahel dont les propos ont été repris par l'agence marocaine Map.


    Dans le dossier de l'immigration clandestine, "l'approche purement sécuritaire demeure inefficace", a estimé le ministre marocain, ajoutant qu'il était "nécessaire de définir les principales causes" de ce phénomène.

    M. Sahel a appelé tous les pays, qu'ils soient émetteurs, de transit ou d'accueil, à s'impliquer "dans ce dossier épineux".

    Le Maroc s'était prononcé en octobre pour l'organisation d'une "conférence euro-africaine" qui regrouperait tous les pays concernés par l'immigration.

    Les émigrants subsahariens tentent de gagner l'Espagne par mer, en traversant le détroit de Gibraltar à partir du nord marocain, ou l'archipel espagnol des Canaries, à partir des côtes du Sahara occidental.

    Des milliers de Subsahariens se regroupaient par le passé près de Ceuta et Melilla - enclaves espagnoles dans le nord marocain - et forçaient les grillages des deux villes avant que les autorités marocaines ne recourent, à partir de l'été dernier, à des rapatriements massifs et à un contrôle systématique de la région.

    L'intelligent
     

Partager cette page