Polémique autour de l'éducation islamique

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 7 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Au c½ur d'une polémique entre le ministère de l'Education nationale et le PJD, l'éducation islamique est elle réellement sacrifiée. Aujourd'hui, l'Association des inspecteurs, fortement relayée par Attajdid, estime que le ministère est en train de "marginaliser et d'affaiblir l'éducation islamique". Le directeur des curricula aurait décidé de réduire le nombre d'heures enseignées au niveau du baccalauréat. Celui-ci est catégorique "aucune réduction des heures consacrées à l'éducation islamique n'a été décidée, ni en ce qui concerne le cycle supérieur, ni les autres".

    Vraisemblablement, tout partirait d'un projet de livre blanc qui date de 2003 et qui est dépassé.

    Actuellement, la configuration est différente et l'éducation islamique d'après les tableaux de répartition du ministère arrive en tête des matières enseignées, soit 884 heures contre 409 pour l'histoire et 714 pour la physique et les sciences de la vie.

    De plus, cette matière avec celle de l'arabe traversent l'ensemble du cursus de l'élève de la première année du primaire à l'année du baccalauréat.

    "Les changements intervenus ces dernières années n'ont nullement touché l'éducation islamique", conclut Abderrahmane Rami, le directeur des curricula au ministère de l'Education nationale.

    «Le ministère de l'Education nationale humilie la matière d'éducation islamique». C'est littéralement le titre qu'Attajdid, journal proche du PJD, a choisi de mettre en une pour commenter le communiqué diffusé par l'Association marocaine des inspecteurs d'éducation islamique et repris ostensiblement par le quotidien islamiste.

    Le communiqué accuse le ministère de vouloir réduire d'une manière significative les heures dédiées à l'enseignement de la matière d'éducation islamique dans le cycle du baccalauréat.

    Selon l'Association des inspecteurs, fortement relayée par Attajdid, il y a manifestement scandale puisqu'il ne s'agit ni plus ni moins que d'une volonté délibérée d'escamoter l'enseignement de la religion.

    La terminologie utilisée dans le communiqué est digne des fatwas d'excommunication. Il parle «d'agression» contre la charte de l'éducation et de la formation.

    Il parle également d'une «politique de marginalisation et d'affaiblissement de la matière d'éducation islamique» et appelle, par la même occasion, les acteurs de la société civile et les alems du Royaume à prendre leurs responsabilités dans la défense de l'identité islamique du Maroc.

    Si la charge est virulente et les propos presque martiaux. Cela n'étonne qu'à moitié, venant d'une association connue pour ses sympathies pjédistes.

    Ce qui étonne le plus, c'est la sortie juste après sur les colonnes d'Al Alam d'Abou Bakr Al Kadiri, véritable monument du parti de l'Istiqlal et l'un des alems éclairés du Royaume.

    Le membre du comité des sages de l'Istiqlal vilipende, sur la base comme il le dit dans sa lettre ouverte au ministre de l'Education nationale «d'informations publiées par les journaux», la décision impromptue de la direction des Curricula de baisser les heures consacrées à l'enseignement de l'éducation islamique.

    L'affaire prend alors une autre tournure. Qu'en est-il vraiment de cette baisse et qui l'a décidée ?


    Contacté par Le Matin, Abderrahmane Rami, directeur de la direction des Curricula, est catégorique : «aucune baisse des heures consacrées à l'enseignement de l'éducation islamique n'a été décidée ni en ce qui concerne le cycle du baccalauréat ni les autres cycles».

    Alors d'où vient le problème ? «L'association des inspecteurs de l'éducation islamique se base sur le projet de livre blanc qui date de l'année 2003. Ce livre n'est qu'un référent parmi tant d'autres pour notre ministère.

    Ce livre blanc ne prend en considération ni le changement de la Moudawana ni du code du travail, qui sont de véritables projets de société, ce qui fait qu'il fallait quelque part le dépasser. Le Maroc bouge et son enseignement aussi», ajoute Abderrahmane Rami.

    En ce qui concerne les heures consacrées aux différentes matières enseignées dans les différents cycles et branches, l'éducation islamique d'après les tableaux de répartition du ministère vient en tête des matières enseignées. Ainsi, pour le primaire et le collège, les élèves reçoivent un total de 884 heures contre 409 heures pour l'histoire, la géographie et l'éducation à la citoyenneté et 714 heures pour la physique et les sciences de la vie.

    En outre, la langue Arabe et l'éducation islamique sont les seules matières qui traversent le cursus de l'élève marocain de la première année du primaire jusqu'à la dernière année du baccalauréat. «Les changements que nous avons introduits au niveau des matières enseignées dans toutes les branches n'ont en aucune manière touché la place de l'éducation islamique», conclut Abderrrahmane Rami.


    Karim Douichi
    Le Matin
     
  2. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Polémique autour de l'éducation islamique

    c'est valable peut-être pour le primaire et le collège, mais au lycée, on fait une heure, pffff [34h]
     

Partager cette page